La Raison d'Aimer

Oumou Armand Diarra

L’amour ! Un sentiment affectif du cœur !  Qui montre souvent des signes incompréhensibles.

Incohérent, instable, Il est irréversible, brutal et nous oriente vers une situation inconfortable et difficile dans notre entourage.

Aimer est le beau plus  geste qu’un  homme peut faire dans sa vie. Sans  cet élan du cœur, la vie n’a pas de sens.

 Le tableau de ce récit est tiré des faits et témoignages d’une jeune fille  du nom de Patricia,  qui habitait  dans un village, à  proximité d’une station de gare.

Patricia, depuis son enfance, a participé à toutes les manifestations, honorant  le passage de l’enfance à l’adolescence. Elle grandit au sein d’une communauté  où la solidarité, l’amour étaient des faits perceptibles.

  A L’approche de la saison sèche, elle et ses sœurs d’âge quittaient leur village pour  travailler en ville, afin de préparer “le  trousseau de leur mariage”. L’exode rural est une pratique qui est devenue récurrente dans le village. En effet,  la forte influence des jeunes filles  vers la ville est fréquente, la cause de cette ruée est  due à la pauvreté. Ce déplacement est massif durant la saison sèche, en principe elles  retournent  au village durant la saison pluvieuse avec leur économie et des ustensiles de cuisine. C’est une manière pour les filles de la zone rurale de contribuer financièrement à leur mariage.

C’est d’ailleurs, pour cela qu’elles veulent toutes partir, partir dans la cité pour avoir de l’argent et subvenir aux besoins de leurs familles.

 Parmi les  demoiselles prêtes pour  le départ en ville , il y a  celles qui avaient une grande frayeur.Elles ne connaissaient que le village et ses périmètres cultivables. Elles étaient informées que dès leur entrée dans la grande cité, elles seront séparées et devront se débrouiller seules contre les aléas de la ville. Patricia était anxieuse, ses vêtements attachés dans un foulard, une corpulence mince, les cheveux en plusieurs nattes, le regard angoissant, elle ne sait  pas, ce que la vie en ville lui réservera.

 A son arrivée, elle fut confiée à  une famille qui devait l’amener chez sa nouvelle patronne Sali. Une dame riche, hautaine et très bavarde.

 Sali avait une maison splendide, quatre grands salons et des dizaines de chambres, trois cuisines, deux grandes terrasses, un grand jardin et une piscine, un véritable château.

  Dès son entrée dans cette  magnifique maison, on l’a dirigea dans une petite chambre, un matelas était à peine sur le sol, une petite fenêtre qui permettait d’avoir une vue dans la cour du jardin. Elle partageait ainsi la chambre avec Clairette, qui est au service de la dame Sali depuis une  dizaine d’années. Elle était une femme de confiance et l’œil de Sali . Elle connaissait tous ses secrets. Clairette était charmante, elle ne pouvait égaler la beauté de Sali. Elle aimait son métier de ménage. Quand elle nettoyait un espace, la propreté était visible dans tous les coins.

Contrairement à sa  patronne, elle était peu bavarde. Après son travail, au milieu de la nuit, son sommeil était interrompu . Le patron abusait de dame Clairette. Patricia  pouvait rester, des heures, assise devant la porte. Elle aussi n’était pas bavarde. C’est d’ailleurs pour cela, elle devint l’intime amie de Clairette qui lui offrait en retour de l’argent au prix de son silence. Patricia devait aussi l’aider dans le travail.

 Clairette  avait su pénétrer avec délicatesse les secrets de sa patronne, elle connaissait  les amies, parents et proches, c’est elle qui gérait les rendez-vous de cette derrière.

Coup d’éclat !  Clairette tombe  enceinte, la seule personne qui était censée garder le secret, était Patricia.

 Au fur et à  mesure que la grossesse avançait, Clairette s’affaiblissait et son travail prit un coup terrible, elle décida de prendre un congé de six mois afin d’aller réglé un problème familial au village.Selon  ses dires, c’était son troisième enfant qui devait naitre. Sali ne pensait qu’à  l’opulence, elle consacrait peu d’affection et de tendresse à  son époux. L’amour caché est souvent difficile à déceler.

Le mensonge, l’ignorance,  le masque sont des attitudes qui détruisent les relations humaines.

Après le départ de Clairette, le travail devint énorme pour Patricia, la patronne la sollicitait davantage à ses côtés mais elle gardait ses distances.  Sali passait la plupart de son temps à se vanter, elle se prenait par la suite comme  une princesse. La parole  pour Patricia était interdite. Bouche cousue,  elle devait se contenter d’observer les comportements des hommes de son entourage. Devant les amis de son époux, elle se sentait fière, parfois humiliait ce dernier par la formulation des phrases vides de sens, le mari devait se contenter de dire chérie, chérie…Elle se taisait et baissait les yeux, sans dire un mot.

 Sali ne se contrôlait pas devant un public. Ses paroles l’échappaient, elle devait souvent chercher des mots pour réparer certaines erreurs.

Après son accouchement, Clairette décide ne plus revenir pour travailler à  la maison de dame Sali. Une grande  déception pour la patronne.

Quelques  jours plus tard, son époux  lui fit savoir son intention de divorcer. Au même moment,  il lui annonce son intention de refaire sa vie avec Clairette, sa dame de ménage. Déprimée, Sali est dépassée par les évènements. En l’espace de quelques heures, c’est le  désastre pour elle, en voyant une affection de quinze années s’envolée.

              Plus d’espoir, la vie de Sali s’écroule comme une carte de châteaux.

Patricia ne sait plus où se trouve aujourd’hui Clairette, peut- être  son statut a changé ? selon les dires, elle est devenue  une grande dame de la place.

Dame Sali ne désespère pas, elle reste seule dans son château. Rongée par la dignité, elle espère retrouver  son époux, même si certains coups de la vie sont fatals. Elle résistera contre tous les obstacles pour retrouver son bonheur.

Elle continuera à aimer son époux. Dame Sali est persuadé qu’il reviendra un jour.

Durant ces moments difficiles, elle n’avait pas été lâchée par ses amies et proches, la solidarité s’est renforcée dans son entourage.  Sali avait un très bon cœur,  elle avait soutenu de nombreuses personnes, elle aimait aussi les  parents, amis de son époux. C’est pour cela, qu’elle finira par adopter Patricia.

 Le rôle de la petite  Patricia devint incontournable  dans cette demeure,  Sali la considéra enfin  comme sa fille. Elle a su conserver cette relation dans le respect et  la dignité.

Un  jour, en allant  au  marché,  elle profite pour passer dans une épicerie.

 Coup de tonnerre!

Elle aperçoit  Clairette, dans une allure «  grande dame  de la cité. »

Elle se dirigea vers elle, et lui dit :

“Comment vas-tu Clairette, te rappelles tu de moi?”

Clairette  fit un semblant ne pas la reconnaitre. Très bien habillée,  dans un tissu wax, qui faisait ressortir son élégance, elle jeta un regard hautain et  dédain  à l’endroit de Patricia, d’un ton ferme, elle répondit:

 “ Non mademoiselle”

Elle détourna la tête. Et pourtant durant de longues années, Patricia avait gardé ses secrets, surprise par cette action, elle la regardait partir sans donner plus d’informations.

 Deux jeunes filles la suivaient avec des paquets remplis de fruits, légumes…

Clairette a vite oublié

C’était leur  dernière rencontre, puisqu’après nous apprîmes que Clairette avait abandonné enfants et mari au profit d’un homme qu’elle aimait passionnément. Son ex-mari était obligé de revenir chez  Dame Sali avec ses enfants pour reprendre sa vie à  zéro.  Aujourd’hui Sali était comblée,  elle vivait dans une famille unie.

Elle a su pardonner à  son mari à cause de son affection pour ce dernier.

Ainsi, la raison d’aimer était encore plus fort que jamais...

Report this text