La Salle d'Attente

Christine Buès

Résumé

Un homme rentre chez lui, vers 3h du matin et découvre  une femme , habillée en robe de soirée, qu'il ne connaît pas.

Il sera incapable d'obtenir des renseignements sur elle ( comment est-elle entrée , pourquoi chez lui, qui est-elle , quelle est son histoire ... ) ,par contre , lui , va beaucoup se livrer et grâce à sa visite éclair , grandement évoluer ...jusqu'à ce qu'il la retrouve , de manière tout aussi curieuse ...

Parti pris de mise en scène :

J'ai choisi un décor «  suggestif » . Il se résume à quelques pièces de mobilier et des accessoires suggérant le lieu où l'on est , les répliques permettant aux spectateurs de compléter ces informations.

Le travail de l'éclairage permet de situer l'intrigue dans le temps ( de la nuit à l'aube ,par exemple )en utilisant les différentes tentures existantes dans tout théâtre classique.

La bande-son très importante , permet de souligner différents éléments présents dans les répliques .

La mise en scène est traditionnelle, mais j'ai pris soin de faire un travail harmonieux visuellement : je me suis appliquée à utiliser l'espace , au niveau des corps , avec des lignes droites, verticales ou perpendiculaires , comme le fait l'oeil , naturellement quand il lit .

On écoute autant qu'on lit la pièce , grâce au texte et à la corporalité des comédiens sur scène .

Cela fait très technique dans mon explication , mais paraît tout naturel quand on regarde la pièce.

Il y a trois changements de décor dans cette pièce de 1h30 : Le premier : on est chez Justin : décor très peu fourni ( voir description de la pièce ), le second chez Solange, la soeur de Justin , décor plus fourni et le dernier : retour chez Justin qui a changé son intérieur.

C'est une pièce à 4 personnages : 2 hommes et 2 femmes

Justin qui peut avoir entre 40 et 55 ans ( selon les possibilités d'acteur ...) , très rigoriste, introverti mais avec un potentiel d'évolution qui sera révélé par ELLE. IL a le rôle principal , toujours sur scène sauf dans une scène .

Une femme , ELLE, au début de la pièce car on ne connaît pas son nom. La comédienne peut avoir entre 35 et 55 ans ( selon son apparence ), mystérieuse, surprenante, à la fois horripilante et touchante ...

Le Copain , porte le comique de la pièce par son bagou et son vocabulaire. Il a à peu près le même âge que son ami Justin .

Solange, la soeur de Justin , peut avoir entre 60 et 65 ans , chaleureuse, nature et énergique.

LA SALLE D’ATTENTE

Comédie

de

Christine Buès

Mars 2008

Aix les Bains

christinebues@sfr.fr

0457343415

En quatre actes

avec

4 personnages :

Elle : La femme mystérieuse

Justin : divorcé,

Le Copain : Marc, ami de Justin

Solange : Sœur aînée de Justin

Créée au théâtre du Casino d’Aix les Bains le 24 avril 2010, dans une mise en scène de Christine Buès avec dans le rôle de :Elle : Christine Buès

Justin : Jean-Paul Paget

Le Copain : Bernard Corboz

Solange : Christine Faure

Acte I

Scène 1

Au lever du rideau , la scène est noire. Il s’agit d’une pièce salon-salle à manger sobre et triste, sans décoration .

La porte d’entrée est complètement sur le devant de la scène , côté cour.

Au fond de la pièce, une fenêtre qui donne sur la rue.

Sur le devant de la scène : un canapé, avec une petite table basse et derrière le canapé, une petite table à manger et deux chaises.

.On entend manœuvrer une clé dans la serrure, elle a des difficultés à ouvrir la porte. On voit enfin la porte s’ouvrir et une silhouette de femme entre. Elle laisse la clé sur la porte et la porte très légèrement ouverte.

La femme pose son sac de voyage dans l’entrée ( sur le passage ), enlève son manteau et le suspend au porte- manteau près de la porte, avance lentement dans la pièce et pose son sac sur la table basse. Elle regarde autour d’elle.

Un homme arrive à la porte, surpris de la voir ouverte , il s’avance silencieusement et se cogne au sac de voyage. La femme a senti une présence , se retourne et ensemble :

Elle et Lui – Ah !

Lui – Qu’est ce que c’est ?

Elle – Qui est-ce ?

Lui – Y’a quelqu’un ? ? Et il allume la lumière, montre sa surprise de voir une femme et en plus en robe de soirée .- Comment êtes-vous entrée ?

Elle – Par la porte !

Lui – Mais elle était fermée à clé ! Qui vous a permis de rentrer chez moi ? Qui êtes-vous ?

Elle – Et vous , qui êtes-vous ? Que faites-vous chez mon amie ?

Lui furieuxMais je suis chez moi ici !

Elle tout étonnée Vous êtes chez vous ici ?

Lui – Bien sûr ! Mais pas vous ! Qu’est ce que c’est que cette histoire ? J’appelle la police ! Il se dirige vers le téléphone .

Elle avance prestement un bras comme pour le retenir et s’écrie vivement :

Elle – Non ! Puis plus doucement : Non , attendez ! vous êtes le mari de Bérengère , alors ?

Lui – Alors quoi ? Quelle Bérengère ? Mais que faites-vous chez moi à la fin ? J’appelle la police !

De nouveau , il se dirige vers le téléphone et de nouveau ,elle essaie de le retenir .

Elle – Mais non ! Attendez qu’on s’explique , il y a sûrement moyen de se comprendre tout de même !

Lui – «Tout de même ! »Mais quel toupet ! Vous ne vous rendez pas compte de ce que vous dites !

Elle – en s’approchant de lui , aimable : Reprenons depuis le début , Bonsoir Monsieur , je suis vraiment désolée de vous avoir fait peur, mais

Lui – «Fait peur ! » mais il n’est absolument pas question de ça ! Et d’abord je n’ai pas eu peur…

Elle – Ah si !

Lui – comment «Ah si ! »

Elle – En même temps que moi, d’ailleurs, souvenez-vous, cela a été notre premier mot : « ah ! » dit-elle en mimant le cri de surprise .

Lui – exaspéré : Vous êtes folle ! Complètement folle ! Cela suffit maintenant, je ne veux pas discuter plus longtemps avec vous, cette comédie a assez duré : j’appelle la police !

Il refait la tentative vers le téléphone. Elle se place prestement entre le téléphone et lui :

Elle – Mais qu’est-ce qui me dit d’abord que ce n’est pas vous qui vous vous êtes trompé , mais moi qui suis bien chez mon amie ?

Lui – outré – Quoi ? … Qu’est ce que vous racontez ? Elle est trop forte celle-là ! Mais ma p’tite dame, non seulement vous êtes chez moi, et sans y avoir été invitée, mais en plus vous êtes entrée par effraction ! J’appelle la police !

Il essaie d’atteindre le téléphone dont elle s’empare :

ElleD’une voix forte – Mais c’est une manie chez vous de vouloir appeler la police ! Vous n’avez que ce mot à la bouche !

Lui – Très en colère – Vous le faites exprès ou quoi ? Elle prend l’air étonné Vous ne vous rendez vraiment pas compte de la situation alors ! C’est ahurissant ! Je vais vous mettre les points sur les «  i «  ma p’tite dame !Il s’est approché d’elle presque menaçant , le doigt pointé sur elle , vous êtes dans une propriété privée ici  et vous vous y êtes introduite de manière frauduleuse , vous êtes une malhonnête , coupable d’effraction , voilà ! C’est clair , maintenant ?

Elle Très calme et souriante : Vous faites erreur sur toute la ligne Monsieur ! Se met en colère elle aussi et moi aussi , je suis capable de me mettre en colère !

Primo , je ne suis pas votre p’tite dame , juste une dame , petite , secundo , contrairement à ce que vous dites , j’ai été invitée ici , chez mon amie , Bérengère de Carnac, et tertio , je ne suis ab-so-lu-ment pas entrée par effraction comme vous vous plaisez tant à m’en accuser : votre porte n’est ni fracturée ni abîmée ! Sachez Monsieur qu’il est stipulé juridiquement qu’une «  effraction est un bris de clôture commis dans une intention criminelle « … Où est votre clôture brisée , Monsieur ? Et je n’ai jamais eu d’intention criminelle !

Après cette tirade , épuisée , cherche un siège pour s’asseoir et demande d’une petite voix :

Elle – Vous permettez que je m’asseye ? Il fait «  oui «  de la tête et lui montre le canapé , s’il vous plaît ? Merci , je suis tellement fatiguée ! Elle va s’asseoir sur le canapé , –Si je suis chez vous …devant son air , elle corrige oui , oui , comme je suis chez vous , je vous prie de m’ excuser,Elle s’ allonge .- puisque cela vous perturbe tant , je m’en irai dès que je me serai reposée un peu . Il doit bien y avoir un hôtel dans les environs n’est – ce pas ?Elle s’endort et n’entend pas son monologue à lui.

Lui – Il enlève son manteau . Regarde la serrure , toujours étonné :Mais comment avez-vous fait pour entrer ?...La porte était fermée à clé , je ferme toujours ma porte à clé quand je pars de chez moi , ça , j’en suis certain ! Elle était fermée ! C’est une précaution à laquelle je ne déroge jamais ! La prudence , ça me connaît !... Je n’ai jamais vu une clé comme ça ! …Il retire la clé de la porte et se met à l’examiner … Comment avez –vous pu vous procurer une clé qui ouvre ma porte ? Dites-moi ? D’où vient cette clé ? Comment peut-elle ouvrir ma porte ? C’est trop fort Pendant ce temps , on entend un bruit de moteur de voiture qui s’arrête , un claquement portière et un brouhaha de voix . Le Copain arrive et fait tomber Justin en entrant :

Scène2

Le Copain – Alors Juju , qu’est- c’ tu fous ? Tu t’ magnes ? … Y’a un problème à ta porte ?

Lui –Non , si , enfin ….

Le Copain – Tu l’as ce plan ? Qu’on file chez Débo. , elle nous attend depuis belle lurette ! …Il constate l’air bizarre de Lui , qu’est –ce qui s’ passe ?

Lui fait signe par-dessus son épaule et lui montre Elle endormie

Le Copain – Aaaaaah ! Tu nous avais caché ça ! …Mon cochon, tu te fais un plan cul sans nous en parler !… mais dis donc , c’est pas dl’a première jeunesse ça ! Qui c’est ?

Lui – J’en sais rien !

Le Copain – Arrête ! Tu veux t’la garder pour toi tout seul ! Bon , tu sais , passée trente berges , ça n’intéresse aucun d’entre nous ! On va pas t’la piquer ! Alors qui c’est ?

Lui – énervé Je t’ai dit « j’en sais rien ! »

Le Copain - Arrête de rigoler ! Tu …

Lui – Encore plus énervé Mais je rigole pas !

Le Copain – Merde alors ! Tu l’as récupérée en rentrant de ta soirée et t’as pas eu le temps de faire connaissance ?.... mais elle a dû vachement travailler cette nuit pour s’endormir déjà sans te faire un câlin  ? Il rigole et frappe du coude Lui… Mais enfin , Vieux , t’as trop bu ? Tu sais bien qu’on doit finir la soirée ensemble chez Débo. ! ça , c’est du tendre au moins ! Bon , tu la fous dehors , tu prends le plan et on se casse fissa, fissa, ! On entend des voix qui appellent et des bruits de klaxon t’entends ? Les potes s’impatientent !

Lui – Elle était chez moi quand je suis entré …

Le Copain – C’est une vieille connaissance alors ? …

Lui – Encore une fois , je te dis que je ne sais pas qui c’est …

Le Copain – Bordel ! T’es pas clair , mec ….Tu es en train de me dire que tu sais pas qui c’est et tu l’as trouvée chez toi en rentrant ?

Lui fait «  oui » de la tête , sans rien dire …

Le Copain – Chez toi , dedans , dedans ?

Lui refait «oui » de la tête

Le Copain – Putain ! Comment elle a fait pour entrer ? Et qu’est ce qu’elle fout chez toi ?

Geste de la main et des épaules d’ignorance et de fatalité de la part de Lui

Le Copain – Attends , mec , t’as une gonzesse que tu ne connais ni des lèvres ni des dents qui se trouve à trois plombes du mat. chez toi quand tu rentres et tu la laisses roupiller sur ton canapé ?

Lui lève de nouveau les épaules , vaincu

Le Copain – t’es carrément débile ou t’as vraiment trop bu pour avoir les idées claires ?

Lui – J’ai appelé la police … enfin , j’ai ….

Le Copain – Quand même !

Lui – fier de lui : Trois fois !

Le Copain – Trois fois et elle est toujours là ?

Lui – En fait , j’ai tenté de l’appeler trois fois …mais , elle m’a expliqué qu’elle pensait être chez une amie, qui lui avait donné la clé , à cause de sa rentrée tardive, et elle a cru que c’était moi qui n’était pas chez moi !

Le Copain – Putain , j’y comprends que dalle , , mais assez pour savoir que tu t’es fait grave avoir, toi !

Lui ne veut pas perdre la face , il tente d’expliquer :

Lui – Mais non ! D’abord , elle a cru que j’étais le mari de son amie Bérengère de Carnac et ….

Le Copain en rigolant bien fort :

Le Copain – Bérengère de Carnac , ben voyons ! … Elle est dingue cette histoire et toi , t’es trop con de l’avoir crue ! …

Lui – C’est plutôt elle qui est dingue ! On n’arrête pas une pauvre paumée …

Le Copain – On l’enferme ! C’est pareil !...Mon Vieux , même avec ton beau smoking , tu t’es fait baiser comme il faut !.....

Les coups de klaxon et les appels reprennent tellement fort qu’Elle se réveille :

Elle – Que se passe-t-il ?

Le Copain en aparté à Lui

Le Copain – Tu vas voir , moi , si elle peut m’embobiner !

Il s’adresse à Elle :

Le Copain – Alors , ma poule , qu’est c’que tu fous chez mon pote sans y avoir été invitée, hein ?

Elle ,se levant et s’avançant vers lui en lui tendant la main :- Bonsoir Monsieur ! Vous êtes un ami de Bérengère de Carnac peut-être ?

Le Copain – surpris Ah , connais pas de Bérengère de Carnac ,moi ! Qui t’a permis d’te poser ici d’abord ?

Elle – Bérengère de Carnac et Monsieur aussi – elle indique Lui de la tête car j’étais très fatiguée …

Le Copain , ahuri , se tourne vers Lui et s’exclame : Tu lui as permis de rester ?

Lui – Juste de s’asseoir ! Elle était fatiguée …

Elle – Excusez-moi, puis-je vous demander où sont les toilettes ?

Lui – La porte de gauche , là

Elle – Merci ! Elle sort de scène, Le Copain se rapproche alors de Lui avec de grands gestes :

Le Copain - Mais t’es trop con , mec ! Fallait en profiter pour la virer ! Le sac de voyages , le sac à mains , le manteau , la nana et hop ! Tout le monde sur le paillasson !

Lui – Elle avait envie …

Le Copain – Mais tu t’en fous ! Elle va pisser sur le paillasson du dessous !

De nouveau , bruits de klaxon et cris

Le Copain – Et merde ! Ton histoire finit par me faire chier !, On trouvera bien Débo sans toi ! Ciao !

Le Copain sort de scène et on entend qqes secondes plus tard des bruits de portière et moteur de voiture qui démarre.

Scène 3

Elle revient

Elle – Merci encore ! Manifestement , il y a eu erreur … Je suis encore désolée pour cette situation . Je vous demande de nouveau de m’ excuser , Monsieur ,et d’ailleurs je ne vais pas vous déranger plus longtemps …

Elle se lève et va mettre son manteau

Lui – Que faites-vous ?

Elle – Je pars . Je vous laisse chez vous, je vous ai assez ennuyé ce soir ..Je vais trouver un hôtel pour finir la nuit et repartir ….

Lui – Un hôtel à cette heure ! Vous rigolez !...Et puis , j’aimerais quand même y voir clair dans cette affaire…Enlevez votre manteau ! …Elle s’exécute …J’ai besoin d’explications , moi ! Vous débarquez sans crier gare, d’une manière plus qu’étrange, pour ne pas dire malhonnête , il est quand même normal que vous répondiez à mes questions puisque j’ai eu la délicatesse de ne pas appeler la police ! D’abord , comment avez-vous pu entrer chez moi , comme ça ?

Elle – C'est-à-dire « comme ça » ?

Lui – Eh bien … sans rien casser …

Elle – Vous voyez !

Lui – Quoi ? Je vois quoi ?

Elle – Vous reconnaissez qu’il n’y a pas eu d’ effraction !

Lui – N’ergotez donc pas tout le temps ! Entrer chez les gens sans y être invité , c’est une effraction … morale ! Bon , je reprends : comment avez-vous pu entrer ? Qu’est-ce que c’est que cette clé qui ouvre ma porte ? Où l’avez-vous eue ? Comment avez-vous pu atterrir ici , alors que ce n’est pas chez votre amie ? Et pourquoi mon appartement ?

Elle – Vous avez aussi la manie des questions multiples ! Comment peut-on vous répondre ?

Lui – C’est incroyable ça ! Il y a bien des choses bizarres dans votre histoire , moi , je ne vous laisserai pas partir comme ça ! C’est trop facile !

Elle le regarde longuement sans rien dire

Elle-  d’un ton grave Vous avez raison , oui , mon histoire a été très bizarre , mais non , vraiment non , jamais facile ! Bon , je vais vous laisser à votre tranquillité , Monsieur , mais Monsieur comment au fait ?

Lui – mécaniquement Justin Bornet !

Elle – se lève , le regarde et murmure « borné » Monsieur Bornet , je vous remercie de votre hospitalité et vous souhaite un bon dimanche .

Elle se dirige vers la porte , remet son manteau , prend son sac de voyage , son sac à main , et s’apprête à sortir quand il demande sèchement :

Lui – Vous pourriez quand même me dire à qui ai-je l’honneur ?

A ce moment-là le téléphone sonne. Il va décrocher et furieux aboie :

Lui – Allo ?...Ah, c’est toi Gérard ! T’as vu l’heure pour m’appeler ? ………Comment ? Ma sacoche ? (Il regarde autour de lui et constate effectivement qu’il n’a pas rapporté sa sacoche ) Mais c’est vrai ça ! Je l’ai oubliée à la soirée ! Et j’ai tous mes papiers dedans , ma carte d’identité , mon permis de … Tu l’as rapportée chez toi ? … Mais non , je m’affole pas , mais y’a tous mes papiers dedans ! … … Oh , je préfère maintenant , si cela ne t’ennuie pas , oui tout de suite , j’arrive ! J’espère que je ne me ferai pas arrêter en route….Bon , merci ! J’arrive !

Elle – Si cela ne vous fait pas faire un trop grand détour , pourriez-vous me déposer à la gare ? Je suis d’accord avec vous, vu l’heure qu’il est , cela ne vaut plus la peine que j’aille à l’hôtel !

Lui ,un peu dépassé par les événements : oui, oui, bon sang , quelle histoire !

Il remet son manteau . Ils sortent de scène . Il prend la fameuse clé et la met dans sa poche .

Noir .

On entend un bruit de portières qui claquent et de moteur de voiture qui démarre .

Puis , on entend les mêmes bruits de voiture qui revient.

Ils entrent dans l’appartement tous les deux .

On constate que Justin est revenu avec sa sacoche qu’il dépose sur le porte manteau .

Scène 4

Elle – Vous auriez pu me laisser à la gare vous savez ! Mais j’apprécie votre invitation !

Lui – essaie de plaisanter : La salle d’attente est quand même plus confortable ici, non ? Enlevez votre manteau ! Ces abrutis ! Toujours en train de faire grève ! Le jour où j’ai besoin d’un train, tous les départs sont annulés !

Elle – Ah bon ? Vous deviez prendre le train vous aussi ?

Lui – Pas moi ! Vous ! J’avais besoin d’un train pour vous !

Elle – Encore une fois, j’apprécie votre invitation, c’est vraiment très gentil de m’avoir proposé de venir chez vous !

Lui – Tout était fermé à la gare ! Même la salle d’attente !

Elle – Au lieu de prendre le train, je prendrai un taxi pour aller à l’aéroport !

Lui – étonné : à l’aéroport ?

Elle – Oui, à Roissy !

Lui – pour aller où ?

Elle – Je vais prendre ma liste…

Il la regarde , éberlué ; elle se lève, va prendre une liste dans son sac à main et en se retournant, le regarde :

Elle – Le smoking vous va très bien ! Vous le portez avec beaucoup de classe !

Il se rengorge

Lui – Vraiment ?

Elle – Oui, vraiment !

Elle s’assied pour parcourir sa liste et relève encore les yeux sur lui :

Elle – Je me demande comment vous seriez avec un sourire … ?

Lui – Comment je serais … ?

Elle – Vous pouvez sourire ?

Il fait un rictus .Alors , elle se re-penche sur sa liste .

Lui – Alors ?

Elle – C’est mieux sans grimace !

Lui – Comment vous y allez , vous !

Elle – Je viens de vous le dire , en avion !

Lui – Vous avez une drôle de manière de répondre !

Elle – Et vous de sourire !

Lui - ! Qu’est ce qu’il a mon sourire ?

Elle – Cela n’en est pas un ! On peut nommer votre retroussement de lèvres : rictus , contraction musculaire , grimace , mimique , tout ce que vous voulez , mais pas sourire , il lui manque quelque chose pour en être un !

Lui – qu’est ce qu’il vous faut alors !

Elle – Il ne me faut rien ! C’est à vous qu’il faut quelque chose pour que ce soit un sourire !

Lui – A moi , qu’il faut quelque chose ? Que voulez-vous dire ? Qu’est ce qu’il me manque ?

Elle – Il n’y a que vous pour le dire !

Lui – alors vous ! Vous avez une sacré énervante manière de répondre ! Jamais directe , jamais simple ! Comme les femmes , vous compliquez tout !

Elle – Que vous manque-t-il Justin pour pouvoir sourire ?

Lui – en colère –Mais rien ! D’abord ,c’est vous qui déclarez que je ne fais pas un sourire , qu’il me manque quelque chose pour savoir en faire un ! Mais si je me base sur ce que vous faites vous , depuis hier , ça m’a l’air de bien rater à chaque fois ! Alors la vérité c’est pas vous qui la détenez , hein ?

Elle – Pourquoi est-ce que vous vous mettez en colère , Justin ?

Lui – en colère – Mais je ne me mets pas en colère ! Et si je me mettais en colère, ce serait à cause de vous  ! Depuis hier vous avez le don de ne faire que ça : me mettre en colère !

Elle – Quand cela ne va pas chez vous , c’est souvent la faute des autres ?

Lui – agité- Vous voyez ! Vous voyez ! Ce que vous êtes énervante !

Elle – La vérité vous énerve …

Lui – toujours en colère – C’est quoi encore celle-là ? Ah oui, la vérité m’énerve ! Surtout quand elle arrive comme ça sans prévenir , à point d’heure, trois heures du mat, avec une clé mystère , faire je ne sais quoi et venue de je ne sais où ….

Elle – Du Vénézuela …

Lui – Quoi ?

Elle – J’arrive du Vénézuela …

Lui – En robe de soirée ?

Elle – en avion

Lui – exaspéré- en robe de soirée en avion ?

Elle – Oui , j’étais invitée par tous mes amis à un pot d’adieu pour mon départ du Vénézuela et comme cela s’est terminé tard , j’ai pris directement l’avion et à l’arrivée en France un taxi jusqu’ici , au 32 rue de la République à Evry, chez mon amie Bérengère de Carnac !

Lui – Il avait bu votre taxi , on n’est pas à Evry ici , ni rue de la République , par contre , on est bien au 32 , mais rue Michelet et à Ivry !

Elle :pas plus surprise que ça : Ah bon !

Lui – Comment ça «Ah bon ! » ? Mais vous ne sautez pas au plafond de vous rendre compte que vous vous êtes complètement gourée ? Votre amie doit s’inquiéter si elle vous attendait hier ! Vous y avez pensé ? Maintenant , vous pouvez aller à la bonne adresse ! Téléphonez-lui ! Si vous n’avez pas de portable !......

Pendant qu’il s’agite avec toutes ces questions , elle est restée calme .

Lui – Mais comment cela se fait-il alors que vous ayez pu entrer chez moi avec la clé de votre amie ? Vous voulez lui téléphoner ? Vous pouvez m’expliquer ?

Elle – Il m’est impossible de répondre à votre mitraillage de questions Monsieur Bornet , impossible ! D’ailleurs , pour tout le monde ce serait impossible !

Lui – En se frottant les tempes : Reprenons du début ! C’est abracadabrant votre histoire !

Elle – Oui , effectivement , mais comment le savez-vous ?

Lui – Depuis hier , je vis … une situation rocambolesque ! Epouvantable !

Elle – Ah bon .

Lui – « Ah bon » … parce que cela vous arrive souvent de faire le coucou ?

Elle – Mais je n’ai viré personne de son nid !

Lui – Mais attendez , pour une fois , juste avant , vous étiez d’accord avec moi quand j’ai parlé d’histoire abracadabrante , de quoi s’agit-il ?

Elle – De ma vie . …Elle s’apprête à poursuivre , puis y renonce. soupire … Voilà , cela répond à vos questions ?

Lui – Cela les a plutôt multipliées ! Que vous est –il arrivé si jeune ?

Elle – Ma mère est morte en accouchant de moi …

Lui – Au Vézénuela , manque d’hygiène …Bien sûr …

Elle – En Chine , manque de chance ….tuée par balle …Il y avait une bagarre entre mon père , ses acolytes et une bande rivale : ils se tiraient tous dessus quand ma mère est venue le prévenir qu’elle allait accoucher …Elle a reçu une balle perdue . Alors vous vous doutez de la suite , Il fait «  non » de la tête mon père s’est vengé , il a décimé toute la famille du tueur … sauf des cousins , très éloignés mais survivants , alors vous savez comment cela se passe … De nouveau , il hoche négativement de la tête eh bien eux aussi ont voulu se venger ,ils ont réussi à retrouver mon père qui s’était enfui avec moi et qui passait son temps à se cacher pourtant … un cousin très éloigné , mais survivant l’a abattu d’une balle … malheureusement pour lui , il a laissé le revolver de mon père sur place , alors j’ai fait les mêmes gestes : j’ai pris l’arme et j’ai tiré sur le cousin !

Lui – Très étonné Quel âge aviez-vous donc ?

Elle - … 4 ans !

Lui – étonné 4 ans !

Elle – On apprend vite à cet âge !

Lui – il la regarde , puis éclate de rire : Vous me faites marcher depuis un moment ! Vous êtes une sacrée rigolote !

Elle - se replonge dans sa liste

Lui - Que lisez-vous ?

Elle – Celle qui est la suivante sur ma liste , après Bérengère de Carnac … C’est Jade Ting Na à Guangzhou

Lui - Quoi ?

Elle - A Canton , si vous préférez !

Lui – Quoi ?

Elle – J’ai une amie chinoise , Jade Ting Na , qui habite à Canton ,ou Guangzhou , g-u-a-n-g-z-h-o-u , « Guangzhou » avec l’intonation chinoise .Elle a appuyé sur « zhou »d’une manière aigüe

Lui – C’est quoi cette liste ?

Elle - … mes petits cailloux blancs … pour ne pas trop me perdre ….

Lui - Cela ne vous plaisait plus le Vézénuéla ?

Elle – Si …

Lui - Alors , ce sont les vézéu…les vénuzé…ah , les ….

Ensemble - vé-né-zu-e-liens

Lui – C’est ça , eux , qui ne vous plaisaient plus ?

Elle – C’est moi qui ne leur plaisait plus …

Lui- Au fait , c’est quoi la capitale du Vézénuéla ?

Elle :surprise par la question , hésite : Vous ne la connaissez pas ?

Lui – Non !

Elle – Ce n’est pas grave , je n’y habitais pas !

Lui- Vous habitiez où ?

Elle- Dans un faubourg , à côté !

Lui , intéressé : Ah bon , il s’appelait comment ?

Elle- … Sao…Pedro !

Lui – Que faisiez-vous là-bas ?

Elle – J’avais une école de danse , danses américo-latines , gros soupir et j’y donnais des cours ….

Lui - Et … ?

Elle - Et j’ai refusé d’être rackettée, comme cela se passe parfois dans certains quartiers , alors on m’a menacée de mort et comme je n’ai pas cédé, on a fait sauter mon école …et on m’a prévenue ensuite que ce serait moi qui sauterais si je persistais ….

Lui - Donc vous avez sauté dans le premier avion … Oh , excusez-moi , je ne voulais pas …

Elle – Vous connaissez le paso doble ? Il fait «  non » de la tête, Je vais vous apprendre , d’accord ?

Lui , interdit :

Lui – Mais je ne sais absolument pas danser ! J’y connais rien en rythmes , je suis nul !

Elle – Cela ne fait rien ! Je vais vous apprendre ! Vous allez voir , c’est très facile ! Tout excitée , et tout en parlant , elle va prendre dans son sac de voyage un lecteur de K7 et une cassette Levez-vous ! bien sûr , le smoking n’est pas la tenue idéale , mais on va faire avec ! Tout en préparant l’installation ,elle lui explique :Vous savez , le paso doble est une danse espagnole, avec une origine également mexicaine lors de sa création, influencée par le flamenco . Vous connaissez le flamenco ? Elle mime une attitude de flamenco … Le paso possède un caractère … arrogant mais passionné…lorsqu’on danse le paso , il faut absolument penser à la tauromachie : le danseur est le torero et la femme , vous savez ce que représente la femme ?

Lui – Le taureau !

Elle – Surprise – Heureusement pas ! Non , la cape du torero ! C’est pour cela que le costume traditionnel de la danseuse en paso est une robe … de couleur … ?

Lui - … rouge ?

Elle – Bravo , oui rouge ! Bon , ce soir , on fait sans les costumes  ! Donc , le Paso Doble est l’une des danses les plus simples à apprendre au début. Elle est allée prendre son manteau et le donne à Lui : Tenez , voilà votre danseuse ! Etonné et déçu , il reste sans voix , elle lui explique alors : je ne danse pas avec vous car je vais vous montrer le pas de l’homme , c’est plus rapide pour apprendre ! Le pas de base est un simple pas de marche , comme ça , vous voyez , un deux trois en avant. Le danseur part du pied droit en avant , ( la danseuse , elle part du pied gauche en arrière ) , les danseurs , au départ , se font face car leur pas sont réalisés en miroir l’un par rapport à l’autre ,pour le pas de base . Vous mettez votre main droite dans le dos de votre partenaire, sous l’omoplate gauche , et votre bras gauche doit faire un angle marqué au niveau du coude et se positionner à la hauteur des yeux de votre danseuse O. K . ?. On y va ? Elle va mettre en route la musique Pied droit en avant , un deux, trois , en arrière , sur la même ligne , un deux , trois ,encore une fois ! l’air arrogant et passionné Justin ! passionné !

Ils dansent quelques pas d’avant en arrière , puis elle continue ses explications en allant d’abord arrêter le son .

Elle – Ensuite , vous faites pirouetter votre danseuse à la manière du torero qui joue avec sa cape face au taureau , vous laissez faire votre imagination !

A ce mot , Justin est complètement perdu !

Lui – Mais je n’ai jamais fait de tauromachie et j’ai horreur de cette barbarie !

Elle – Vous allez me suivre !

Elle remet la musique plus fort et s’écrie :

Elle – De l’assurance Justin ! De l’arrogance et de la passion !

Ils font un aller-retour jusqu’à se trouver près du porte- manteau , alors Justin remet le manteau dessus et en se tournant, s’écrie :

Lui – Y’en a marre du manteau ! Je veux une vraie danseuse !

et à ce moment-là, on entend des coups et une voix crier , furieuse :

Une voix off – ça suffit là-dedans ! Arrêtez ce barouf !

Elle se précipite , affolée , pour éteindre l’appareil et s’inquiète :

Elle – Mon Dieu ! On faisait trop de bruit ! Elle ne va pas appeler la police au moins ?

Lui –  : Non , elle râle toujours mais ça ne va plus loin ! On continue ? C’est pas mal votre truc !

Elle retourne immédiatement se rasseoir :

Elle – Je suis contente que ça vous plaise , mais on passe à du plus calme …C’est sûr , elle ne va pas appeler la police ? …. ( Justin fait non de la tête ) Dîtes-moi , et vous ?

Lui – Et moi , quoi ?

Elle - Que vous est-il arrivé de 0 à 8 ans ?

Lui – Contrarié et boudeur Rien !

Elle – Rien ? … Voyons !

Lui – Eh ben , j’ai grandi !

Elle – Comment ?

Lui – énervé : Comment comment ? Ben comme tout le monde , pardi !

Elle – C’est comment «  comme tout le monde » ?

Il la regarde étonné et ému par la question . Il cherche ses mots :

Lui – « Comme tout le monde » , cela veut dire … qu’on va d’abord à l’école maternelle… avec plein de petits garçons et de petites filles de votre âge … on est tous ensemble , mélangés , à faire des dessins et des rondes !

Elle – C’est génial !

Lui – Un peu , au début , mais après ça saoule : on est obligé de faire la sieste, on n’a pas le droit de se bagarrer ni de se tirer dessus !

Tous deux rient et sourient

Elle – Mais ça y est !

Lui – Quoi ?

Elle - Vous venez de sourire !...Vous êtes beau quand vous souriez !

Lui – ravi  , merci !

Brusquement gênés , ils se taisent . Léger silence . Lui , alors, propose en regardant sa montre :

Lui – Oh , dîtes , vu l’heure qu’il est , que diriez-vous d’un p’tit déj ?

Elle – C’est très aimable à vous ! Bien volontiers , mais je ne veux pas vous déranger !

Lui – Thé ou café ?

Elle – Thé , si vous en avez ! C’est la salle d’attente grand luxe !

Il sort de scène ( en cuisine ) préparer un plateau sans fantaisie : deux tasses quelconques , le sachet de thé déjà dedans et une bouilloire d’eau chaude , une demie baguette et une barquette de beurre , deux couteaux . Il continue de dialoguer de la cuisine :

Lui – Non , ce n’est pas le grand luxe .. au pied levé , comme ça ! … et en plus , la déco , les … l’esthétique … c’est pas mon truc , vous savez !

Elle – Le grand luxe , pour moi , c’est que vous avez eu la gentillesse de me le proposer …Et de 8 à 16 ?

Lui – Comment ?

Elle – Oui , de 8 à 16 ans , que s’est –il passé dans votre vie ?

Lui – Je ne m’en souviens plus !

Elle – Non ?

Lui – Si !

Elle – Ah ! alors ?

Justin apparaît à la porte en disant la réplique suivante , qui fait sursauter Elle :

Lui – Alors quoi ?

Elle – Vous avez dit « si », vous vous souvenez donc !

Lui – Mais non ! « si » , je ne me souviens pas !

Elle soupire profondément , mais ne veut pas ergoter et poursuit :

Elle – Et de 20 à …45 … alors ?

Lui – Oh , rien de particulier , que du général ….

Elle penche la tête vers lui pour qu’il poursuive

Lui – Etudes , boulot , femme , enfant, divorce , boulot , boulot et rien ! Voilà !

Elle – Quelle est votre passion dans la vie , Justin ?

Lui – Ah mon Dieu , ces questions !

Elle – Allez ! Dîtes-moi quelle est votre passion !

Lui – D’abord , qu’est –ce que vous entendez par « passion » ?

Elle – Qu’est- ce que c’est pour vous Justin une passion ?

Lui – Mais j’en sais rien ! Vous en posez aussi des drôles de question vous !

Elle – Vous ne pensez pas que c’est une question essentielle ?

Lui – Ah , vous êtes bien une femme  !

Elle – Oui , vous en doutiez ? Vous m’avez crue transsexuelle ou travestie ?

Lui – Bien sûr que non ! Il faudrait être imbécile ou aveugle pour en douter !

Elle – Depuis l’âge de 45 ans , Justin ?

Lui – Mais vous insistez ! RIEN , je vous l’ai dit !

Elle – Ce n’est pas possible , ça , RIEN !

Lui – Eh ben , si !

Elle – Mais c’est terrible !

Lui – Tout de suite les grands mots ! Ah , vous êtes bien une …

Elle – Vous n’avez jamais eu le désir de reconstruire une vie de couple ?

Lui - Avec une femme !

Elle – Ou avec un homme si vous préférez …

Lui – Vous dites n’importe quoi ! Je ne suis pas homo ! Vous trouvez que j’ai l’air d’un homo ?

Elle – Il faudrait être imbécile ou aveugle pour en douter !.... que vous ne l’êtes pas !

Ils se regardent et sourient en même temps

Elle – Vous n’aimez ni les femmes , ni les hommes, que vous reste-t-il pour remplir votre vie de chaleur humaine ?

Lui – Encore une fois les grands mots ! N’importe quoi ! Il soupire

Elle – Pour vous c’est n’importe quoi «  la chaleur humaine » ?

Lui – avec véhémence : ! Ah ! Mais j’ai plein de potes , moi  ! Pour la chaleur humaine , j’ai pas besoin d’aller courir en Chine , hein ! ! Ils sont tous ici mes amis !

Il a fait un tour circulaire de la pièce avec le bras et la tête

Elle – Des potes ou des amis ?

Lui – C’est pareil ! Chipotez pas comme ça !

Elle – Pas du tout !

Lui - Alors là , si ! Et vous êtes mauvaise perdante ! Il rigole d’elle parce que j’ai pas besoin de liste , moi ! Eh , eh ! C’est moi qui marque un point ce coup-ci ! Avec un ton victorieux Je les ai ici , dans ma vie , mes potes ,et pas la peine de faire la chichiteuse « des potes ou des amis » ? Il a imité sa voix , j’ai pas à traverser l’Atlantique pour trouver un bon copain pour passer une super soirée !

Elle – Je suis contente pour vous ,Justin , alors pourquoi dites-vous qu’il n’y a rien dans votre vie ?

Il fait un geste de la main comme pour chasser la question …

Elle – Comment cela se fait-il que vous soyez si beau ce soir dans ce smoking ?

Lui – A cause de mon patron . Il a organisé un big dîner pour fêter les 30 ans de sa boîte , alors c’était le grand tralala , j’ai d’ailleurs dû louer ce smoking pour ça …

Elle – Que faites-vous comme profession , Justin ?

Lui –Expert - comptable .

Elle – « Justin » , c’est « le juste » , c’est beau comme prénom , vous êtes un juste certainement très compétent dans votre profession !...Il se rengorge . Ah ,les chiffres , c’est rassurant ! Ils ne réservent aucune surprise eux , ni bonne , ni mauvaise ! C’est la sécurité émotionnelle , pas d’imprévu , ils font exactement ce qu’on leur demande : les additions augmentent , les soustractions diminuent , pas d’état d’âme avec les chiffres !

Lui – Vous parlez de ce que vous ne connaissez pas ! Ce sont bien des commentaires de femme ça , à mettre les sentiments à toutes les sauces ! Vous ne savez pas combien cela peut être jubilatoire de voir les chiffres bien alignés , proprement placés dans leur colonne , tous à leur place ,là où il faut qu’ils soient , là où on doit les trouver et pas ailleurs ! C’est jouissif !

Elle – Vous avez remplacé votre femme par les chiffres !

Lui – Ma femme s’est barrée… Ah ,vous pensez : « ça m’étonne pas ! C’est bien fait pour lui ! », osez le dire ! Hein ?

Elle – Je vais vous le dire , ce que j’ai pensé,Justin : « sa femme s’est barrée , il a dû vachement déguster et il déguste toujours d’ailleurs »….

Lui – De manière agressive  Tiens , ça vous arrive de parler populaire , vous ?

Elle – Tiens , ça vous arrive d’entendre les nuances , vous ? … Oh , excusez-moi Justin de ma remarque caustique , je regrette …Bon , Monsieur Bonet , je vous remercie encore pour ce petit déjeuner et je vais vous demander la permission d’appeler un taxi. Je ne vous dérange pas plus longtemps…

Elle cherche dans sa liste un numéro

Lui – Mon Dieu , que vous êtes cérémonieuse !...C’est vraiment la liste de tous les S.O.S….

Elle – Je peux appeler ?

Lui – Faites donc mon numéro :le 01 43 62 07 28,  ! Elle note son numéro pendant qu’il le lui dit Je peux vous conduire à la gare maintenant que j’ai récupéré mes papiers !

Elle – Merci , mais je vais à l’aéroport et je ne veux pas vous déranger plus ! Elle compose le numéro d’un service de taxis : Allo ? Pourriez-vous venir me chercher au 32 , rue Michelet à Ivry ? … oui, tout de suite … merci …je vous attends en bas …

Lui – Vous allez où déjà ?

Elle – A Roissy !

Lui – Roissy ?

Elle – Oui, j’ai un avion pour Pékin , ce soir à 22 heures .

Lui – Vous plaisantez ? Vous savez là , comme ça , maintenant à Il regarde sa montre …8heures 20 que vous avez un avion pour Pékin , ce soir à 22 heures ?

Elle rit sans répondre en allant remettre son manteau

Lui – Je vais vraiment commencer par croire à la magie et aux sorcières !

Elle lève un sourcil , amusée

Lui – Euh , aux fées !

Elle - Ce serait un bel antidote aux chiffres et au « rien » !

Lui - Vous ne voulez toujours rien me dire ?

Elle – A propos de … ?

Lui – Mais de tout ! … de tout ! Vous , le Vézénuéla , Vous ici , vous là-bas en Chine … La clé ! …Restez encore un peu pour m’expliquer … j’ai besoin de comprendre !

Elle - Imaginez ! Imaginez Justin ! Ce sera beaucoup plus beau que tout ce que je pourrais vous expliquer … plus beau et plus intéressant !

Lui – désemparé Je ne sais pas imaginer … apprenez-moi !

Elle s’approche de lui, caresse son visage, lui ferme les yeux

Elle – Voilà , ça commence comme ça … laissez monter tout ce que vous avez là…Elle place sa main sur son cœur et la remonte jusqu’à son front … Laissez venir les images qui habitent votre coeur , les couleurs , les sons , les odeurs , les voix , les émotions , tout ….Elle se tourne lentement et marche vers la porte

Lui – Mais vous avez un visa pour la Chine ? Et vos vaccins ?

Elle – J’ai tout fait faire au Vénézuela avant de partir !

Elle a pris son sac à mains , son sac de voyage et se trouve à la porte …Bonne route , Justin !

Lui – Mais je ne pars pas !

Elle - Vous allez beaucoup voyager dans votre tête !

On entend le taxi klaxonner

Elle – J’y vais , ne vous dérangez pas ! Encore merci !

Lui – J’ai l’impression que je dois aussi vous dire merci , mais je ne sais pas pourquoi !

Elle –Tiens , ça pourrait être une parole de femme ! Adieu Justin !

Lui – On pourrait quand même s’embrasser pour se dire «  au revoir ! »

Elle s’approche , l’embrasse sur les deux joues et se retourne pour franchir la porte

Lui -  Vous partez , vous partez, mais je ne sais même pas comment vous vous appelez ?

Elle est déjà sortie de scène , en voix off , on entend :

Elle – en voix off Imaginez, Justin ! Comment aimeriez-vous que je m’appelle ?

On entend le taxi klaxonner encore une fois .

Il se précipite au fond de la pièce et à la fenêtre s’exclame :

Lui - Vous reviendrez ? Promettez-moi de revenir ! … Je vous raconterai mes voyages …Vous me raconterez Guangzhou ! Avec la bonne intonation

On entend les bruits de portière et de moteur : le taxi s’en va.

Il va se laisser tomber sur le canapé

La porte d’entrée n’est pas complètement fermée

Scène 5

Lui -  Martine ? Martine au Vénézuela …Martine à Ivry … Martine en Chine ….Non , ça ne va pas ! …Sophie ? Non , c’est trop philosophique ! …Annabelle ? Non ,c’est trop jeune comme prénom ! Ah ! Christine ! C’est de son âge , mais ça ne me plaît pas ….

Il se lève , fait les cent pas , Et ce baiser ! …  N’importe quoi ! Il faut peut-être que je l’imagine , lui aussi ! … Comment peut-elle s’appeler ? … C’est pas croyable , ça ! Elle connaît mon nom , mon prénom , mon adresse , mon métier , mon numéro de téléphone , mon visage ,même ! Et moi , RIEN ! … C’est dingue cette histoire ! Dément ! Il m’est arrivé une histoire dingue ! Une histoire démente !

Il s’assied sur le canapé et prend de plus en plus conscience de ce qu’il dit et y trouve petit à petit du plaisir en répétant ces mots et en rit même . Il m’est arrivé une histoire de fou !... incroyable …ahurissante…étonnante…Il prend plaisir à chercher des adjectifs …stupéfiante…troublante…ensorcelante…magique…enchantée…Merlin…Viviane ! Voilà ! j’ai trouvé : elle s’appelle Viviane !

Il laisse résonner le prénom dans la pièce et écoute. Puis il voit l’appareil à K7

Elle a oublié son appareil ! …Je vais apprendre le paso doble ! Il prend le porte manteaux perroquet comme danseuse et remet la K7 en marche. On entend des bruits de moteur qui s’arrêtent . Marc et Solange, la sœur de Justin, entrent.

Justin se précipite pour arrêter la K7 .

Scène 6

Le Copain (Marc) - Dis, tu sais qu’ ta porte est encore ouverte ? Elle l’a fracturée ? Il fait le tour de l’appartement des yeux : Elle est partie ? Tu l’as virée ? Les flics l’ont embarquée ?

Lui – T’as la manie des questions multiples ! Comment veux-tu que je te réponde ?

Solange - Je sors de ma garde et j’ai rencontré Marco en bas de l’immeuble. Dis donc p’tit frère, il m’en a raconté une bien bonne ! C’est quoi cette histoire extravagante de nana inconnue chez toi à trois heures du mat’ ? Qu’est ce que tu as bu à la soirée de ton boss ?

Justin s’approche de sa sœur et lui fait la bise sans répondre.

Marc- Je suis repassé aux nouvelles ! J’ arrive direct de chez Débo. , d’ailleurs t’as loupé une sacrée affaire ! C’était une putain de soirée , Mec ! Et toi ? Tu l’as eue ? Ah non , tu es toujours en pingouin ! Alors,raconte !

Solange- Ben oui, mon lapin,raconte-nous !

Lui - Elle s’est envolée …

Marc – Envolée ? La fine mouche ! Où ça 

Solange- Envolée , où ça ?

Lui – Pour Guangzhou Il prononce en accentuant la dernière syllabe de manière aigüe

Marc -  A tes souhaits !

Solange- Pour où ?

Lui – G-u-a-n-g-z-h-o-u ! Canton , quoi , en Chine !

Solange - Tu délires, mon lapin ! Elle t’a fait boire quelque chose que tu ne connaissais pas ?

Marc- Ouais , tu délires ,Mec ! Qu’est –ce que t’as bu ?

Lui – Mais non ! C’est la vérité ! Elle n’a pas trouvé son amie ici , alors elle est partie en voir une autre en Chine !

Marc - Ben voyons ! Et moi , je suis l’ roi de Prusse ! Quel bouffon tu fais !

Solange- Tu as tout gobé ! Elle t’a rien piqué au moins ? T’as regardé ?

Ils font rapidement le tour de l’appartement en disant :

Marc – On dirait pas ! Remarque ,sans te vexer , ton ex t’a pas laissé grand-chose qu’on aimerait chouraver !

Solange - Hélas non , pas grand-chose !

Marc remarque le lecteur de K7 - Marc - Ca sort d’où ? D’un camp de fouilles ?

Solange- D’un camp de fouilles archéologiques ?

Lui – Tu vois bien toi-même ! C’est à elle , elle l’a oublié . Elle voulait m’apprendre le Paso Doble !

Les deux ensemble - Le Paso Doble , à toi ? Ils éclatent de rire

Marc- - Alors là , je me marre , je me bidonne ! Le Paso Doble à toi !

Lui - Vexé et étonné à la fois Tu connais le Paso Doble , toi 

Marc - – Mais mon cher , je ne suis peut-être pas le Nobel des chiffres comme toi , mais pour tout ce qui permet de serrer une gonzesse contre soi , moi , je suis im-bat-table !

Lui – Toujours stupéfait Tu connais le Paso ! On parle bien du Paso Doble ? Le vrai ? Inventé par les espagnols et même au Mexique ….

Marc - Inventé par qui tu veux , je m’en fous ! Mais quand je te dis que je connais le Paso , je connais ! Tiens …

Il va mettre en marche la K7 et prend Solange dans les bras

Marc – Allez Poulette ! C’est parti pour un tour ! Et ils dansent avec beaucoup de talent !

Lui - C’est bon , c’est bon , je te crois ! Marc arrête le lecteur de K 7

Marc – … Revenons à ta danseuse , au fait c’est quoi son p’tit nom ?

Lui - hésitant à répondre … Viviane …

Solange – Viviane , Viviane comment ?

Lui – très bas chais pas

Marc – Viviane Chépa ?

Lui – Non , j’n sais pas !

Solange – Quoi ? Viviane Jenesaispas ! Les deux éclatent de rire - C’est le canular du siècle  !

Lui – Enervé Je vous répète que je ne le connais pas !

Marc – Ah bon , elle t’a donné que son prénom ! Hum ,c’est chelou !

Solange- Hum , c’est très louche !

Lui – Excédé Mais non , elle ne m’a rien dit du tout ! Là , ça suffit !

Solange – T’as regardé ses papiers et t’as même pas vu son nom en entier ?

Lui - Gêné Non , ça ne s’est pas passé comme ça …. Elle ne m’a rien dit , c’est moi qui l’imagine ….

Les le regardent , ahuris et lentement :

Marc – Putain , Vieux , t’es pas devenu aussi con !

Solange- : i-ma-gi-ner comment elle peut s’appeler ?

Silence

Marc – C’est grave grave , Vieux !

Solange- Ah oui,mon lapin c’est grave !

Lui –( A Marc ) Arrête de m’appeler « Vieux » !( A Solange ) Et arrête toi aussi de toujours m’appeler «  mon lapin » !

Les deux le regardent éberlués

Lui à Solange - Comment tu me trouves en smoking , dis ?

Le Copain le regarde encore plus éberlué

Lui à Marc - Comment tu trouves mon sourire ?

Marc – ça va Vieux ?

Solange- ça va mon lapin ?

Lui - vous ne pouvez pas pour une fois répondre sérieusement à une question sérieuse ?

Les deux sont toujours aussi surpris mais essaient de raisonner

Solange – Pour toi , là maintenant , comment on trouve ton sourire est une question sérieuse ?

Marc- C’est ta follasse qui t’a posé ces questions de merde ? Elle a bien fait de se tirer vite fait en Chine ! Où déjà ? Guangtchoum ?

Lui – S’il te plaît , c’est important pour moi !

ils n’essaient plus de raisonner , ils secouent la tête et s’approche de Justin :

Marc – Fais risette à tonton Marco que je vois si t’as des fossettes !

Justin fait la même grimace qu’auparavant .

Solange – C’est pas un sourire , ça , frérot , tu retrousses les babines comme ça …eIle imite Justin … … c’est un …rictus ! Il est tout fier d’avoir trouvé le mot juste

Marc- Ouais , exactement ça : un rictus !

Solange- ou si tu préfères : contraction musculaire , grimace , mimique … je continue ?

Lui – Effondré Non , non … tu parles comme elle !

Solange- – Elle n’est pas si folle que ça , finalement ta sorcière !

Marc- Non , pas si folle la sorcière !

Lui – Viviane , c’est le prénom d’une fée , pas d’une sorcière ! … Et une fée c’est un bel antidote aux chiffres , non ?

Solange - surprise Eh bé …C’est cette inconnue qui te fait causer comme ça ?

Lui – Dis , qu’est –ce qu’il me manque pour que ce soit un vrai sourire ?

Marc – C’est pas vrai ! C’est reparti ! Elle t’a rendu plus con que con , cette nana ! Elle t’a complètement renversé le ciboulot ! Se poser des questions pareilles ! Qu’est ce qu’on s’en fout !

Lui – T’es heureux dans ton boulot ?

Solange – : Tu me tapes une de ces petites dépressions toi !

Marc- T’as pas assez baisé , Vieux ! C’est ça ! Depuis le temps que t’es célibataire ! T’as beau faire le torero dans ton « smokinge », sous la ceinture , y’a rien qui s’passe  !

Lui – Arrête un peu d’être vulgaire et grossier quand tu parles !

Marc – T’aurais dû la flanquer à la porte plus vite , ta nana et venir avec nous chez Débo. T’en serais pas là à te tordre les neurones comme une serpillière !

Lui - avec véhémence N’exagère pas !

Marc - Merde ! C’est toi qui commences à faire chier avec tes questions pourries !

Lui - pensif Pourquoi , nous les mecs , on ne se pose jamais ces questions-là … ?

Marc - Justement , parce qu’on est des mec ! Si on s’ les posait , on s’rait plus des mecs , on s’rait des gonzesses , y’aurait plus que des gonzesses et ce serait la galère totale ! Heureusement qu’on est là , nous les mecs , pour pas emmerder le monde avec des conneries pareilles !

Lui – Toujours pensif … On devrait les écouter un peu plus les femmes …De temps en temps seulement … c’est vrai ce que tu dis , ce serait un peu fatigant tout le temps …Mais elles posent les questions essentielles !

Les deux – essentielles ?

Lui à Marc – Toi, quelle est ta passion dans la vie ?

Marc – Baiser les gonzesses !

Lui – Non, c’est ton passe-temps  ! Tu remplis tes soirées vides avec ça, mais ce n’est pas une passion ! D’ailleurs, dis-moi, c’est quoi une passion pour toi ?

Marc  interloqué C’est quoi une passion pour moi ? A Solange – C’est quoi une passion pour toi ? Signe dubitatif de sa part . Puis Marc s’adresse à Justin : Tu vas me faire péter le cerveau avec tes conneries ! Il rit, gêné

Lui – Tu vois, on n’est même pas capable de répondre à une question essentielle ! On est des pauvres types !

Solange – Oh ça y est, la dépression le reprend ! Il faut que je te change les idées mon p’tit lapin, t’es sur la mauvaise pente ! Ouais,mais pas ce soir , je suis trop crevée ,d’ailleurs , j’y vais . Je vous laisse les amis ! A bientôt mon frère , , on reparle de tout ça très vite !

Solange sort de scène . Ne restent plus que Marc et Justin .Bruit de voiture qui démarre

Marc- Ca fait trop longtemps que t’as pas eu de nana dans ton plumard !

Lui – Tu rabaisses toujours tout en dessous de la ceinture !

Marc – Ben oui, Vieux, moi je rabaisse, je rabaisse parce que toi, t’arrêtes pas de monter, tu montes, tu t’envoles, c’est une vraie montgolfière là-dedans ! Il lui touche le front avec le doigt Y’a urgence à te faire atterrir ! Le septième ciel, il n’est pas là-haut, il est en bas, au pieu, Vieux !

Lui – Oui, oui, ça va !

Marc– Bon, soyons concrets… Qui c’est que je pourrais te trouver... ? Ginette n’est pas toute fraîche, Nicole ça marchera pas non plus… Marion, elle a déjà un mec mais si j’lui demande ça comme un service, pour une nuit, ça pourrait le faire…

Lui – Excédé Arrête ! Arrête ! C’est dégueulasse ! ! Tu ne penses qu’à ça  ! …. Y’a autre chose , merde , dans la vie !

Tous deux restent silencieux .

Marc – Ben mon Vieux ! … Pourquoi tu gueules ? Depuis qu’on s’connaît , j’ai toujours parlé comme ça ! Silence. Justin ne répond pas. Le Copain poursuit d’une voix acide : … Ah , Le Monsieur en smoking maintenant fait le dégoûté ! … Justin ne répond toujours pas et ne regarde pas son ami non plus… Il a qu’à aller s’trouver un pote ailleurs ! …. Le Copain attend une réaction . Le silence de Justin continue qui ne le regarde toujours pas … Plus distingué , au langage châtié, un pisse-froid comme lui ! ….Silence de Justin qui ne regarde toujours pas son ami , Le Copain attend chaque fois une réaction qui ne vient pas J’t’ai jamais reproché de me gonfler avec tes bilans , tes entrées , tes sorties , tes colonnes de chiffres ! Il imite la voix émerveillée de Justin disant ces phrases … «  Où ils doivent être ! C’est jouissif ! » … Pauvre mec ! « jouissifs », les calculs ! ..Mon cul ! Tu veux que j’ te dise , Ducon ? T’es un handicapé ! Ouais , un handicapé de la vie ! T’as même jamais été capable de m’trouver un p’tit nom gentil pour m’parler ! Les autres n’existent pas pour toi !! C’est à pleurer , mec ,à pleurer ! …T’as même pas compris que c’est pour te faire rire que j’fais le con , avec ma vulgarité et ma grossièreté peut-être , mais j’fais ça pour toi , pour te sortir de ton bunker de chiffres ! …Il imite de nouveau le ton de Justin : «  Arrête ! Arrête ! C’est dégueulasse ! » C’est ça ta réponse d’ami ? t’es qu’un pauvre type ! J’me tire !

Justin, qui était assis sans rien dire jusque là, se lève, et au moment où Le Copain va sortir :

Lui – Je suis désolé ! Je suis vraiment désolé ! T’as tout à fait raison ! Je suis un pauvre type ! …Oui … Marc … Je ne suis qu’un pauvre con qui n’a pas pris conscience de la chance formidable qu’il a d’avoir un ami comme toi ! .. Ce que tu as dit est vrai … Et j’ai même pas vu toute la chaleur humaine que tu n’as jamais cessé de me donner … Mar … Marco ? … Excuse-moi ! J’ai pas vu ma chance …J’ai jamais vu ma chance d’ailleurs ! J’ai toujours fait chier le monde ,hein ? C’est pour ça que mon ex s’est barrée …et peut-être aussi celle d’hier ! Justin se rassied lourdement sur la canapé … Marco ,je regrette , je te demande pardon …

Marc revient vers lui, s’assied à côté de lui :

Marc - Ah , Mec , ça m’ fait tout drôle que tu m’appelles « Marco » ! Drôle , mais chouette ! Allez Juju ! T’en fais pas ! On va pas t’lâcher , nous autres ,la vieille bande de connards de potes que t’as ! On sait pas s’poser les questions essentielles , mais putain , on est là , nous au moins ! On s’est pas barré pour Gonguezou , nous ! Entre nous, dis, tu n’aurais pas craqué pour ta sorcière ?... Putain, c’est vrai ça, je comprends pas ce qui t’arrive, t’es jamais comme ça, d’habitude ! T’es le mec tout gentil, jamais un mot plus haut que l’autre ! Explique-moi ce qui se passe !

Lui – Je n’arrive même pas à me l’expliquer à moi-même… Essaie d’imaginer Marco, ce sera plus intéressant que ce que je pourrais t’expliquer…

Marc – « Que j’imagine ? » … Easy … Une nana débarque chez toi hier soir, toi, tu rentrais de ta soirée un peu trop imbibé. Du coup, t’as pris cette dingue pour une sorcière et elle t’a farci le cerveau de questions de bonnes femmes en mal d’amour ! T’as rien compris en fait, mec ! C’était une paumée toute triste qui voulait se taper un beau type en smokinge ! Il s’esclaffe … Elle t’a dragué toute la soirée et t’as rien vu ! T’es pas réactif Vieux ! Dommage ! T’aurais pu tirer un bon coup à l’œil, et toi tu l’as laissée filer en Chine sur son balai ! Voilà, pas mal imaginé hein ?!

Lui – Triste ? Tu crois qu’elle était triste ? Je ne l ’ ai pas vu !

Marc – Gentiment Toi ? Voir ? Si on n’a pas un code barre collé là Il montre son front avec plein d’ chiffres, tu vois rien chez les gens !

Lui – Je ne vois jamais rien ? C’est pas possible !

Marc – Eh ben, dis-moi comment elle était habillée ta sorcière ?

Lui – Je pourrais te dire n’importe quoi, tu ne l’as presque pas vue !

Marc – « Je l’ai presque pas vue ? » assez pour te la décrire ! Je lui ai même parlé souviens-toi, je l’ai vue se lever, venir vers moi en me tendant la main avec beaucoup de grâce, d’ailleurs , Il imite sa voix et copie son geste : « Bonsoir Monsieur ! Vous êtes un ami de Bérengère de Carnac,sans doute ? » Putain, je peux tout te décrire : sa coiffure, la couleur de ses cheveux, de ses yeux, sa robe , ses rides même !

Lui – Moi aussi ! L’ air rêveur et dans les nuages , il invente sans s’en apercevoir : je l’ai tenue dans mes bras, j’ai senti sa taille fine, et sa chute de reins sublime !

Marc – Mais mon cochon, tu m’as pas tout dit !

Lui – Toujours l’air rêveur : Elle était légère dans mes bras …

Marc – C’est vrai ?! Dire que tu l’avais dans les bras avec sa taille fine et sa chute de reins sublime, et que t’as pas fait deux pas de plus pour coucher tout ça sur ton pieu !

Lui – Elle m’a embrassé avant de partir…

Marc – C’était le lot de consolation !

Lui – Sur les deux joues pour me dire au revoir !

Marc – Ahuri, en mimant Sur les deux joues, comme ça ? Mais quel boulet, putain quel boulet ! T’es un gros naze quand tu t’y mets ! T’as pas assuré sur ce coup-là !!

Lui – Les yeux perdus dans le vague Je me souviens, elle est……elle a les yeux… …un regard … … l’air… … une robe … heureux d’avoir un détail , s’exclame : pas  rouge !

Marc : «  pas rouge » ! Ah ça, sûr ! Et ni bleue, ni verte , ni jaune …

Lui : Tout heureux d’un autre détail : Noire ! Scintillante comme … comme …

Marc : Un sapin de Noël !

Lui : … comme une nuit étoilée ….

Marc: incrédule : Tu deviens poète , Vieux ! ... Là , t’imagines ou tu te souviens ?

Lui – Je laisse monter tout ce que j’ai …Il pointe sa poitrine du doigt

Marc - Ben , crois-moi , à mon avis , t’as pas laissé monter l’essentiel ! … Il fait sommeil ! Ca ira ?

Lui – Pas de problème Marc ! … Et merci , Vieux !

Marc – En riant : « Vieux » ? Moi ? Tu déconnes !...Allez , t’en fais pas , mon Juju ! Elle reviendra ta sorcière ! Elle reviendra chercher son antiquité et te raconter son voyage en Chine ! …Sûr ? ça ira ?.

Lui - Il fait « oui » de la tête avec un signe de la main. Marc sort.

Justin reste assis un moment en silence .On entend un bruit de réacteurs d’avion. Il se lève et va regarder par la fenêtre :

Lui – Cela doit être beau Guangzhou 

Noir

ACTE 2

6 mois plus tard ( en voix off)

Chez Justin

Scène 1

La pièce est la même que celle de «  La salle d’attente », mais beaucoup plus agréable : elle a été repeinte et possède plus de meubles , des coussins sur le canapé , des bibelots ( dont un petit dragon et une tasse décorée), une lampe sur un socle et à une place d’honneur : une clé dans un cadre.

La pièce est dans un grand désordre au lever de rideau : il vient d’y avoir une fête ., Une boule lumineuse au plafond, des gobelets et assiettes en carton , des reliefs de nourriture et il fait sombre.

La musique , assez forte, est un air de paso doble.

Il est 3 heures du matin : Justin fait ses adieux aux amis sur le palier, on ne voit qu’une partie de son corps dans l’appartement et Marc et Solange continuent de parler aux amis, penchés par la fenêtre. Solange , la sœur aînée de Justin ,va ensuite jeter dans un grand sac plastique gobelets et assiettes en carton usagers.

Leurs paroles seront en voix off pour qu’elles ne soient pas couvertes par la musique de paso doble.

En voix off :

Justin – A ses amis qui sont dans la descente d’escalier : Bon retour et merci !

Des voix de filles et de garçons : voix fortes , gaies , excitées ,mêlées : Ouais ! Tchao Justin ! Merci à toi ! C’était super ! Ces mêmes mots sont repris par des voix différentes

Te couche pas trop tard ! Rires

Justin - Ne faites pas trop de bruit à cause des voisins ! Nombreux rires !

Solange - penchée à la fenêtre , au fond : voix off également : Que seuls ceux qui voient encore clair conduisent  ! Ceux qui voient deux volants s’abstiennent ! Bon retour et soyez prudents !

Des voix  - T’en fais pas Solange ! Tu peux compter sur nous !

Solange- Justement , je me le demande ! …

On entend encore des bruits de portières et de moteurs qui démarrent au milieu de rires et de voix . Puis silence à l’extérieur.

Justin , Solange et Marc se retrouvent seuls dans l’appartement.

Justin entraîne Marc dans un paso doble :,celui-ci a mis des oranges pour se faire une poitrine et jouer la danseuse.

Solange - : Vous êtes increvables les gars !

Après quelques pas de danse , ils s’écroulent sur le canapé, poussé dans un coin .Marc enlève ses oranges.et éteint le son .

Solange- Dites les danseurs, si vous avez encore des forces pour danser , vous en avez assez pour m’aider à débarrasser le plus gros !

Justin - : Un peu de silence ,ça fait du bien ! Quelques secondes silencieuses passent.

Justin - : C’était une super soirée , vous ne trouvez pas ? hein , grande sœur  ?

Marc - : Ouais , chouette ! Les gonzesses étaient au poil … mais pas assez à poil , à mon goût .

Solange- Dis donc .Marco , si Débo t’entendait !....

Marc – Mais je plaisantais Solange ! Je suis un mec rangé maintenant ! ( Il regarde sa montre ) D’ailleurs , je dois aller la chercher, elle va finir son service de nuit…… Ouais Juju, super ta pendaison-de-crémaillère-renaissance !

Justin - Ma quoi ?

Marc- : T’as refait ton appart. à neuf , Il montre les choses qu’il nomme au fur et à mesure les murs, le plafond , le sol , c’est nickel ! Donc , c’est une pendaison de crémaillère !

Justin – Pourquoi « Renaissance » ? Ce n’est pas ce style ici !

Marc - Si , Si ! Je confirme ! Le Juju d’il y a 6 mois est mort ! Vive le Juju de la Renaissance !

Justin - En riant, tout en remettant le canapé en place avec Marc : Arrête de déconner Marco ! T’as trop bu !

Marc - J’ai bu , affirmatif ! Trop ? On ne boit jamais trop pour fêter une naissance ! Et le Juju nouveau est né ! Il montre ce qu’il dit de la main , grâce à ces coussins ,Il en lance un en l’air ces bibelots  Il se lève et va jongler avec un petit dragon et une tasse , surtout s’ ils sont chinois !

Justin – Arrête ! Tu vas me les casser ! Je vais allumer …Il éclaire la pièce Oh non ! Il y a trop de fourbi , j’éteins !

Marc - Tout en jonglant  : le dragon chinois et la tasse de Ganguezou !

Justin - Guangzhou ! Arrête de jouer avec ça !

solange - t’ y penses toujours à ta sorcière , hein, Mon Lapin ?

Justin - Viviane ! Un prénom de fée , je te l’ai dit au moins 1000 fois !

Solange ( En riant ) Si ce n’est pas au moins 10 000 fois et dire qu’ en plus elle ne s’appelle sûrement pas comme ça  !

Ils rient tous les trois franchement

Solange - Sacré Frérot ! En 6 mois , je t’ai vu rire et sourire 10 millions de fois plus souvent qu’en 40 ans !

Justin – N’exagère pas !

Solange – Je n’exagère pas ! Tu sais que tu es devenu abordable ? Tu as découvert les êtres humains ! … Mais oui ! Avant ces 6 mois , rien ne pouvait te détourner de tes chiffres ! … Et puis il y eut le passage éclair d’une certaine sorcière , pardon , d’une fée … et tout a changé dans la vie de notre expert-comptable ! … Combien de temps elle est restée chez toi ta fée ? Venue de nulle part et repartie vers nulle part …

Justin –Elle est restée 6 heures, elle venait du Vénézuela et elle partait pour la Chine

Marc -  6 heures ! Putain , en 6 heures top chrono , elle a transformé ta vie de

Vieux grincheux !

Justin - Oh ! …

Marc - .. Et sans balai ni baguette magique ! Rien qu’avec un ciboulot un peu fêlé !

Justin – Ta vision des choses est tout à fait partiale !

Solange – C’est sûr , t’as sacrément changé et en bien ! Y’a qu’à voir comment les minettes miaulent autour du beau matou ! … D’ailleurs , comment ça se fait que t’en n’ as pas une demie douzaine qui te préchauffent ton lit en ce moment ?

Justin - Je suppose qu’aucune n’avait envie de tout briquer ici demain !

Solange – Et moi non plus, mon P’tit lapin je ne vais pas tout te briquer !

Marc - …Et moi , je me tire , Débo m’attend !

Justin- Mais écoutez_moi ça , on a aussi un Marco Renaissance , tout nouveau !

Marc- C’est à cause de tes chiottes , Vieux !

Justin- Quoi ?

Marc- Tu les as décorées avec des tas de maximes qui me font réfléchir…

Je suis allé pisser et …

Justin – En éclatant de rire tu réfléchis en pissant maintenant ?

Marc- Eh ben , ça m’a fait réfléchir , oui , Mec !

Justin – Et à quoi ?

Marc - Tu sais , tu m’as beaucoup éclairé ! Air surpris de Justin oui , oui, sans te vexer , je me suis dit : «  Putain , si mon pote Juju a pu se transformer à ce point, ben moi aussi , je pourrais bien redresser le tir avant qu’il ne soit trop tard ! » ,

Je réfléchissais à une autre manière de vivre, construire quelque chose de solide avec Débo …..

Justin - Tu as pensé à tout ça en pissant ! Tu avais la vessie vachement pleine ! … Allez , je plaisante Marco !

Marc – Je me fais vieux ! La crise du milieu de la vie !

Solange- Eh bé .. !...

Marc- Bon , cette fois-ci j’y vais , encore bravo pour ta soirée Vieux et merci !

A ce moment-là , on entend sonner.

Scène 2

Ils se regardent, surpris .Justin regarde sa montre :

Justin – Qui ça peut être à 3h30heures du mat. passé ?

Solange– va regarder à la fenêtre Pas de taxi ni de voiture ! C’est un rigolo qui a dû se tromper de pallier , ne réponds pas !

Marco se lève pour embrasser Solange et Justin car il part.

Nouveau coup de sonnette :

Justin - Merde ! Ca re-sonne !

Il va ouvrir.

Justin - Viviane !

« Elle » est là , l’air timide et las , portant un imper et un sac à mains :

Elle – Bonsoir Justin , vous me reconnaissez ? Justin fait « oui » de la tête , l’air ravi , Est-ce que je vous dérange ?

Pendant ce temps , Marc et Solange se sont approchés. Marc l’a reconnaît aussi .

D’un ton agressif , il lui lance :

Marc – Ah ben merde  ! Vous avez toujours de ces heures pour débarquer , vous !

Solange à Marc – Qui c’est ?

Marc à Solange– Eh ben , c’est elle ! Sa sorcière !

Justin –Entrez , je vous en prie , entrez ! C’est pas croyable ! Vous êtes revenue ! Enfin !

Elle – S’approchant de Marc : Bonsoir Monsieur ! Je vous connais , n’est-ce pas ?Et s’adressant à Solange :Bonsoir Madame !

Justin- Je vous présente Solange , ma sœur !

Solange- Enchantée de connaître l’enchanteresse , bonsoir Madame !

Pendant que Marc grommelle , Justin reste abasourdi , ravi , étonné :

Justin - C’est inouï ! On parlait de vous d’ailleurs il y a peu , pas vrai Marc ? Comment allez-vous ? Vous rentrez de Chine ? C’était comment Guangzhou ? Mais donnez-moi votre imper …Elle fait « non » de la tête et le retient contre elle …Asseyez-vous donc , je vais éclairer , on n’ y voit rien !

Elle - Non , non ! C’est très bien ainsi ! La lumière me fatigue les yeux !

Marc – Toujours le même ton agressif et soupçonneux : Vous êtes toujours fatiguée, vous , quand vous débarquez ici !

Justin – Mais asseyez-vous donc , je suis tellement content de vous revoir , Viviane !

Elle – Françoise …

Justin - Comment ?

Elle – Je m’appelle Françoise …

Justin – Désemparé Françoise ?

Marc – D’un ton rogue Vous auriez quand même pu le lui dire la dernière fois , merde, au lieu de le laisser gamberger !

Elle – Se tournant vers Justin : Est-ce que cela vous a déplu de gamberger , Justin ?

Justin – Toujours désemparé : Non … pas vraiment. .. C’est juste que cela fait 6 mois que je vous parle … dans ma tête , vous êtes Viviane ! Vous savez , la fée de Merlin l’enchanteur ? Alors ….

Marc - Alors , vous pourriez peut-être un peu nous expliquer maintenant pourquoi vous vous amusez à rendre les gens dingues ?

Solange- Marc , quand même !

Elle - Mais votre ami n’est pas dingue du tout !

Justin – Mais je ne suis pas dingue du tout ,Marc ! Qu’est ce que tu racontes ? T’as pas arrêté de me dire que j’avais changé , et en bien , depuis que Viviane est Elle, en douceur : Françoise

Justin - qui n’a pas fait attention à la remarque : … passée , qu’en 6 mois , je me suis transformé , que le nouveau Juju est né et maintenant tu dis que je suis dingue ?

Elle heureuse d’entendre parler de la transformation de Justin : C’est vrai ?

Justin et Marc répondent en même temps,avec vigueur :

Justin pour confirmer qu’il a changé : Oui !

Marc pour ne pas montrer qu’il a tort : Non !

Elle regarde l’appartement et admire :

Elle - C’est beau , chez vous Justin ! Il a eu aussi du changement dans le décor !

Justin la contemple , ravi et n’a pas entendu . Marc en profite pour revenir à la charge :

Marc - Alors , cette fois , ça va être quoi ton roman ? Tu vas lui farcir quel baratin à mon pote ?

Solange- Marc , s’il te plaît , calme-toi , asseyez-vous Madame , je vous en prie !

Elle- Merci !

Elle s’est assise et Justin est venue la rejoindre sur le bord du canapé :

Justin - Vous savez , Viviane ,que

Elle, avec douceur : Françoise

Justin … que j’ai pris des cours de paso doble !

Elle - ravie : Ah , oui ! Vous devez être un superbe danseur !

Marc - C’est ça , vas-y avec la pommade ! Merde, qu’est ce que vous voulez lui extorquer ce coup-ci pour le flatter comme ça ?

Justin - .. et mon ami Marc est un grand danseur lui aussi , mais lui depuis plus longtemps que moi ! Et je ne le savais même pas ! Grâce à vous , on est allé ensemble dans un club et …

Marc – Ca va Juju , tu vas pas lui raconter ma vie ! Bon , d’ailleurs , je me tire, Débo m’attend (il regarde sa montre ) ! Tchao , mes hommages Madame !( Il lui fait un simulacre de baise main en partant ) Bruit de voiture qui démarre .

Justin – Alors , il vous plaît mon appartement ? Evidemment avec de la lumière vous verriez mieux les améliorations … Il se lève pour allumer :

Elle – Non,non !

Justin – Vous avez raison, on voit moins le bazar  ! En fait , vous arrivez à la fin d’une soirée que je viens de donner pour fêter justement la fin des travaux … J’ai choisi des couleurs chaudes , comme en Chine ! Cela vous plaît ? C’était comment Guangzhou ? Vous y êtes restée combien de temps ? Vous avez trouvé votre amie facilement ? … Ah ! Il rit , vous voyez , je n’ai pas complètement perdu la manie des questions multiples ! Mais j’en fais beaucoup moins qu’auparavant , n’est ce pas Solange ? Bon , je vais nous chercher quelque chose à boire quand même , il faut trinquer à votre retour , Viviane ! Il sort en cuisine.

Elle- Son ami m’en veut ….

Solange- Non , il protège son meilleur ami : il joue au Rottweiler alors que ce n’est qu’un bon gros Saint Bernard !

Elle- « Le protège » ? mais je n’ai jamais voulu faire de mal à Justin ! Dites-moi , je ne lui ai pas fait de mal ?

Solange– Avec beaucoup de douceur dans la voix : Non ,Françoise, , vous ne lui en n’ avez pas fait … au contraire , sa fée Viviane ne lui a apporté que du bonheur …lui a fait découvrir les richesses de l’imagination …la douceur du rêve … de vrais amis : il est devenu fréquentable , notre Juju , grâce à vous , et il est devenu humain  aussi !

Elle – Merci !

Justin - Revenant de la cuisine avec un plateau portant un service à thé : Le thé est servi ! Vous aimez toujours ça ? Venez à table !

Elle - Oui ! Oh , le joli service !

Elle se lève du canapé pour aller s’asseoir à table , quand elle s’évanouit à la hauteur de Solange qui la reçoit dans ses bras .EIle l’allonge à terre .

Justin - Mon Dieu ! Qu’est ce qu’il se passe ?

Solange – Allume tes lampes !

EIle lui prend le pouls en regardant sa montre, puis lui ouvre les paupières

Justin – C’est grave ? Qu’est ce qu’elle a  ? J’appelle le samu ?

Solange – Non , pas la peine ! A mon avis , c’est de l’hypoglycémie couplée à une grande fatigue…Françoise , vous m’entendez ? … Elle revient à elle déjà …

EIle l’aide à se relever en lui demandant :

Solange – Eh , Ma Belle , cela vous arrive souvent ces épisodes …

Elle – Oh , je suis vraiment désolée !

Justin – Solange, tu dois l’emmener aux urgences , c’est urgent !

Elle - Non !

Elle, à Solange -  Ce n’est pas la peine ,je vous assure ! C’est juste que je n’ai pas mangé depuis … trop longtemps … et pas dormi non plus …

Justin – Pas mangé ? Pas de problème ! Avec tous les restes  de la soirée , je vais vous préparer un bon petit déjeuner ! En attendant , buvez votre thé , cela vous fera du bien , il est tout chaud !

Justin se précipite dans la cuisine.. En voix off :  Mais ce n’est pas raisonnable ça, Viviane, de ne pas avoir mangé depuis si longtemps !

Solange l’aide alors à se relever et les pans de l’imper s’ouvrent laissant apparaître de nombreuses traces de coup …

Solange- Oh non ! Oh mon Dieu , merde alors … je vois …

Elles se regardent sans rien dire , Solange avec compassion et Elle avec détresse .

Solange- Vous vous êtes fait examiner par un médecin ?

Elle- fait « non » de la tête .

Solange l’examine légèrement et lui demande :

Solange- Vous n’avez rien de cassé ?

Elle- Je ne crois pas … Vous êtes médecin ?

Solange –Oui, urgentiste , enfin , je l’ai été pendant 30 ans , je suis à la retraite depuis trois mois …Hélas , je connais tout ça ! …

Elle- C’est un beau métier que vous faisiez !

Solange Vous avez déjà vomi dans la journée ?

Elle – Non ,

Solange - Vous vous êtes déjà évanouie plusieurs fois ?

Elle – Non , pas du tout ! Cela ne m’arrive jamais d’ailleurs ! Pourquoi ?

Solange - Je ne voudrais pas que vous ayez la rate éclatée , quand on cogne trop fort , ça arrive parfois ….

Elle – C’est vraiment la vérité , je n’ai pas mangé depuis 36 heures… ni beaucoup dormi …

Justin entrant avec un autre plateau : Voilà le petit déjeuner ! Toasts , canapés , petits fours , servez-vous ! Vous avez peut-être l’habitude des soupes aux nouilles , non ? Qu’est ce qu’on prend le matin à Guangzhou , Viviane ?

Elle – Fait signe qu’elle a la bouche pleine et donc qu’elle ne peut pas répondre. Elle aura toujours la bouche pleine pendant toutes les questions de Justin .

Justin – C’est beau Guangzhou ! Depuis 6 mois , j’ai vu tous les reportages sur la Chine qui passent ! C’est vraiment un continent extraordinaire ! Avec une diversité de cultures , de reliefs , de races …Guangzhou a été visitée pour la première fois par les portugais en 1526 , à l’époque , elle s’appelait Canton , mais vous le savez , n’est ce pas ? Et elle fut jusqu’en 1842, tu te rends compte Solange , jusqu’en 1842 , le seul port chinois ouvert aux européens !

Solange– Ecoute frérot, c’est un peu tard ou encore trop tôt pour un cours d’histoire !

Justin – Vous avez dû aller sur la Rivières des Perles ?

Solange – La Rivière des perles ?

Justin - Oui, c’est beau comme nom , hein Solange ? Cela fait rêver ! C’est l’affluent du Xijiang , au fond du delta , pas vrai Viviane ?

Solange – Françoise …

Elle fait « oui » de la tête

Justin – D’ailleurs , une partie de la population vit sur des embarcations , elle était sur l’eau votre amie ?

Elle – Fait « non » de la tête

Justin - Vous devez avoir des tonnes de souvenirs à raconter ! Aller si loin , dans un pays si exotique ,n’est-ce pas ?

Elle fait « oui » de la tête

Justin - Remarquez , moi , c’est comme si j’y étais allé avec vous , Viviane …

Solange – Françoise …

Justin – J’ai fait tout votre trajet dans ma tête et j’ai lu tous les bouquins s’y reportant ! Ah , vous aviez raison de me souhaiter « bonne route » en partant , vous vous souvenez ? C’est vrai , j‘ai beaucoup voyagé … et ça m’a pas coûté cher en plus ! J’ai jamais eu de retard de train ni d’avion , je ne me suis jamais perdu , jamais fait arnaquer ! Jamais été malade et pourtant j’en ai découvert des choses !

Solange - T’a même pas eu à apprendre le chinois !

Justin – Le mandarin , Solange ! La langue qu’on parle là bas est le mandarin !

Solange Oui , c’est vrai , tu me l’as assez dit ! T’as pas eu de mandarin .. ni de mandarine non plus d’ailleurs …Bon , passons … C’est pas que tu nous saoules mon lapin ,mais Françoise doit se reposer …

Justin – T’es sûr que tu ne devrais pas l’emmener aux urgences ?

Elle et Solange en même temps : Non !

EIles se lèvent pour partir

Elle – C’est vraiment très gentil à vous Justin de m’avoir ouvert votre porte …

Justin – Ah oui ! Il éclate de rire La première fois , c’est vous qui l’avez ouverte toute seule ! D’ailleurs regardez !Il montre du doigt la clé encadrée et accrochée au mur Vous pouvez enfin me dire d’où venait votre clé et comment ça se fait qu’elle ait pu ouvrir ma porte ?

Solange– Ecoute frérot , , tu vas pas recommencer ta litanie ! Tu vois bien qu’elle a besoin de repos , tu vas l’achever avec ton interrogatoire !

Justin – Oh, pardon Viviane ! Je suis désolé ! Plus tard bien sûr ! Je vais vous prêter ma chambre …

Elle – C’est très gentil , Justin ,mais je ne vais pas vous déranger …

Justin - En colère Ah , non , cette fois-ci , je ne vous laisse pas vous échapper ! Ne recommencez pas ! Je ne vous ai rien dit de ma vie depuis 6 mois ! Et j’ai tant à vous remercier ! Il faut que je vous raconte ! Vous avez été ma fée , Viviane ..

Solange et Elle , ensemble : Françoise …

Justin - .. mon ange gardien , il faut que vous le sachiez ! Il faut que je vous explique comment tout ce que vous m’avez dit quand vous êtes venue chez moi m’a transformé …

Solange – Tu ne vas rien faire du tout  ! Pour le moment , elle doit être sous surveillance médicale et ça , c’est plus de mon ressort que du tien , d’accord ? Alors j’emmène Françoise chez moi pour la surveiller et quand elle sera d ’aplomb , on y verra plus clair , tu comprends ?

Justin - Oui , s’ il faut l’emmener aux urgences ,t’es mieux placé que moi !

Solange – Voilà , t’as tout compris ! Allez , venez , on y va , on est tous crevé ! En voiture Simone !

Justin –Mais elle ne s’appelle pas Simone ! Et tu ne la laisses pas s’échapper , hein ? Tu me le promets ? Vous n’allez pas vous enfuir Viviane ! Pas cette fois ? Vous n’avez pas de sac de voyage ?

Elle fait « non » de la tête.

Justin – Ils ne vous ont pas fait de soirée d’adieu vos copains chinois ?

Elle,étonnée ..de soirée d’adieu ?

Justin – Ben oui ! Comme les vézéluéniens ! Pas de robe de soirée scintillante comme la dernière fois ?

Solange – en ouvrant la porte Bon , on y va ,, elle est fatiguée et je suis fatiguée , on est tous fatigué et on va tous se pieuter maintenant ! Ciao et merci encore pour ta soirée ! Je t’envoie Germaine demain pour nettoyer , elle passera vers 17 heures , t’as le temps de roupiller comme ça !

EIles sortent et Justin se rassied quelques secondes :

Justin - : ! Elle est revenue ! Ma fée est revenue !

On entend des bruits de portière et de moteur qui démarre.

Pendant le changement de décor , la salle reste dans le noir mais on entend une musique de Bach pour faire patienter…

ACTE 3

Scène 1

Chez Solange

Elles entrent .Solange s’approche d’Elle pour l’aider à enlever son imper. Elle fait « non » de la tête.

Elle – Comme je vous l’ai dit dans la voiture , je vous remercie infiniment de votre aide , je ne veux pas vous déranger alors je vais m »en aller .

Solange– Ah bon , pour aller où ?

Elle – Ne répond rien , juste un regard désemparé par la question

Solange – Bon  et d’ d’un ,je peux vous assurer que vous êtes à l’abri ici, et de deux, je tiens toujours mes promesses et comme j’ai promis à mon frère de ne pas vous laissez jouer les filles de l’air , je ne vous laisserai pas filer , et de trois, il y a assez de place chez moi pour que vous puissiez y rester le temps d’y voir clair et de reprendre des forces, j’ai une chambre d’amis , et de quatre vous pouvez enlever votre imper , j’ai vu tout ce qu’il y avait dessous et croyez-moi , , aux urgences , j’en ai vu bien d’autres ,et hélas , bien pire , vous savez !

EIle veut s’approcher pour l’aider de nouveau :

Elle – Je vous remercie vraiment très sincèrement de votre offre , mais je ne peux pas rester !

Solange – en colère  ! Arrêtez votre politesse à la noix ! Vous faites suer à la fin ! Puisque vous tenez tant à partir pourquoi vous arrivez ? A quoi ça rime ce petit jeu : «  je sonne, j’entre et je repars ? » Vous avez besoin qu’on vous supplie ? C’est ça votre truc à vous ? C’est comme ça que vous prenez votre pied ? Débouler chez un pauvre type , lui chambouler la vie et pfffuit , se tirer ?

Elle - Abasourdie et désolée … C’est l’impression que je donne … ce que vous dites ? …. C’est comme ça que vous voyez   les choses ? … Je suis désolée … je n’ai jamais souhaité ça !

Solange Eh bien , expliquez-vous pour une fois !

Elle éclate en sanglots .

Solange -  Eh voilà ! Les larmes ! Alors ça c’est pratique , hein ? Ca remplace tout : les explications, les éclaircissements, les détails , et j’en passe ! En plus , ça culpabilise et embarrasse bien les pauvres poires qui essaient d’y voir clair !. Tiens cela me rappelle la phrase fétiche de mon chef de service , il adorait lancer à tout va : « Il faut vraiment être très , très con pour tenter de comprendre quelque chose au comportement d’une nana ! Ne perdez jamais votre temps , mes gaillards , à élucider le mystérieux mystère des femmes , elles n’y arrivent même pas elles-mêmes ! »… Vous n’avez pas assez confiance en moi , Françoise ?

Elle – La première fois que je suis arrivée chez Justin , grâce à un ami serrurier qui m’avait fait une clé rossignol , je fuyais celui qui m’a fait ça …Elle montre ses coups … et quand j’ai vu combien votre frère avait du mal à gérer l’inattendu , la surprise de me voir , je me suis dit que je ne pourrai pas lui expliquer , même un petit peu , ce qui m’arrivait , donc je ne pouvais pas me réfugier chez lui …mais j’ai joué un personnage , une femme loufoque et j’ai inventé tout un tas d’histoires pour … lui offrir quelque chose de différent d’avec sa vie … un peu de rêve …et je suis partie …Pendant quelques mois , j’ai continué à me cacher … je suis allée de ci de là ,chez quelques connaissances sans pouvoir vraiment reprendre pieds …et récemment ….La brute m’a retrouvée … et ….puis , j’ai pu m’enfuir de nouveau et alors je suis retournée sonner chez Justin …je ne sais pas pourquoi d’ailleurs …. mais je viens de le voir si heureux , , si épanoui , je ne veux pas le troubler avec mon histoire sordide … et vous , vous avez un métier assez éprouvant , je ne veux pas vous mettre en difficulté à cause de moi …

Solange – Laissez-moi donc en décider ! Si cela me plaît à moi de vous aider ! D’ailleurs, donnez-moi une seule bonne raison de vous laisser partir et je vous ouvrirai la porte !

Elle –Je vous dérange …

Solange Il n’y a que vous qui le dites ! –  !

Elle – Cela ne se fait pas .. de .. s’incruster chez les gens …

Solange– C’est moi qui vous invite .

Elle – Cela ne se fait pas d’inviter une inconnue…

Solange- J’adore les inconnues et les histoires extravagantes !

Elle – Je n’ai pas grand-chose pour vous dédommager : 500 euros , c’est tout ce que je possède !

Solange– Je vous ai déjà dit que je vous invitais !

Elle - … Ce que j’ai vécu est si compliqué

Solange-– Dites que je suis trop poire pour comprendre !

Elle – S’il me trouve , cela peut être dangereux pour vous …

Solange – Cela tombe bien , j’ai un manque d’adrénaline dans mes dernières analyse de sang !

Elle – … Je suis si épuisée et perdue … j’ai tellement envie de dire « oui » !

Solange– Et c’est pour ça que vous n’arrêtez pas de dire « non » ! Mon chef avait bien raison !..Vous êtes impossible à comprendre !... ... Françoise , allez , dites « oui » pour moi , j’ai une dette envers vous !

Elle – Une dette ?

Solange– C’est celle de mon frère ! La sienne ,c’est la mienne ! Vous avez métamorphosé sa vie ! …Je suis donc votre débitrice !

Finalement elle enlève son imper et le lui tend .  :Elle est cependant gênée des marques , alors Solange va lui chercher un gilet qu’elle enfile et pendant qu’elle le met , elle s’exclame :

Solange – C’est pas trop tôt !

Elle – Je voudrais vous demander de ne donner mon identité à personne , vraiment personne …

Solange – Reçu 5 sur 5 ! … Quant à Justin , de toutes façons, il ne va parler que de sa Viviane … vous ne risquez rien !

EIles se sourient.

Solange – Bon , ici la salle de bains , là les WC , la cuisine, ma chambre d’amis , et là ma chambre …

Elle – Je ne sais pas comment vous remercier , Madame !…

Solange – D’abord en m’appelant « Solange » et ensuite on verra plus tard…On va se coucher , il se fait vraiment trop tard pour réfléchir davantage !

Elle s’approche et prend Solange dans les bras en lui disant :

Elle- Merci infiniment Solange !

NOIR

Scène 2

Le lendemain , 12heures 30

Solange est levée .EIle prend son petit déjeuner en écoutant de la musique .On sonne à sa porte .EIle regarde par l’œillère et ouvre. Entre Justin , habillé comme la veille. Solange va baisser la musique. Justin est nerveux , fébrile , il demande :

Justin –Elle est partie ?

Solange fait non de la tête .

Justin :

Elle dort ? Il regarde autour de lui Elle va bien ? Il ne s’est rien passé de grave cette nuit ? Elle n’est pas partie au moins ? Tu ne l’as pas laissée filer ? Mais parle !

Solange– Bonjour mon petit lapin ! Tu pourrais d’abord saluer ta grande soeur et si tu veux que je parle , respire un bon coup , pendant ce temps j’en placerai une !

Justin – Alors ?

Solange - Alors , elle est toujours là , oui ! Ca va ? Tu te calmes ? T’as déjà pris ton café ?

Justin – Oui , j’en ai bu des litres en attendant une heure décente pour venir aux nouvelles !

Solange– J’ai le téléphone , tu sais !

Justin – Mais je sais !

Solange– Tu ne tenais plus en place et tu veux la voir de tes propres yeux , hein ,mon lapin ?

Justin – En marchant de long en large , nerveusement , tout en parlant : Cette fois-ci , Solange , je te jure , je ne la laisserai pas repartir ! Qu’elle veuille aller courir en Chine , en Patagonie ou en Afrique du Sud , elle ne pourra plus me faire le coup du courant d’air !

Solange- Juju , c’est pas un oiseau migrateur , ta fée ,et quand bien même elle déciderait de s’envoler , tu ne peux pas la mettre en cage !

Justin – L’air malheureux : Mais je ne veux pas qu’elle parte ! J’ai trop besoin d’elle !

Solange – Ecoute , mon grand , tu viens de passer 6 mois sans elle et tu t’en es très bien tiré d’ailleurs ! Tu as même vécu les meilleurs moments de ta décennie !

Justin - Parce que j’ai pensé à elle chaque seconde de ma vie , à elle et à son retour , tu comprends ?

Solange – Eh bien , tu referais pareil si ça arrivait !

Justin – Mais justement , je ne le veux pas ! Tu ne comprends rien  !

Solange , en riant C’est toi ,mon Justin qui ne comprends pas que la présence physique de Françoise n’a aucune importance dans ta vie car elle n’a absolument rien à voir avec la personne qui remplit ton imaginaire ! La seule chose qui compte ( et c’est très bien d’ailleurs ) , c’est ta Viviane ! Mais tu l’as inventée de toutes pièces , ta fée ,elle n’existe que pour toi , elle n’est pas réelle …

Justin - Qu’est –ce que tu me racontes ? Elle n’est pas réelle ? Et qui dort alors à côté ? Un fantôme ?

Solange soupire profondément et avec un geste de la main abandonne les explications .EIle va éteindre la musique et continue sa collation. Justin continue ses allers et venues nerveusement.

Justin - .. Tu sais d’où elle vient ?

Solange – Non

Justin – Ce qu’elle a fait pendant ces 6 derniers mois ?

Solange – Pas en détails

Justin – Et avant ?

Solange– Pas vraiment

Justin – Tu connais son nom en entier ?

Solange- Non !

Justin , en colère –Mais tu t’en fous d’elle alors ? A quoi ça sert que tu l’aies ramenée chez toi ? Comment peux-tu être aussi insensible ?

Solange – C’est sûrement parce que je ne suis pas un mec !

Justin , en marchant de long en large –Tu ne me dis rien ! Est-ce qu’elle va bien au moins ? Son état ne s’est pas aggravé ? Tu as diagnostiqué quelque chose de grave ? Tu as pu l’examiner au moins ?

Solange- Tu me soûles , Justin ! Stop , stop et stop  ! Allez , viens t’asseoir à côté de moi ! Elle s’est couchée en allant le mieux possible et elle dort toujours ! C’est comme pour les bébés , le sommeil c’est bon signe !

Justin- Elle t’a parlé de moi ?

Solange- Un tout petit peu …

Justin – Alors ? Qu’est ce qu’elle a dit ?

Solange Pas grand-chose …

Justin C’est tout ?

Solange Oui…

Justin en remarchant , très nerveux de long en large

Justin- Pourquoi est-elle revenue sonner ?et de plus en plus fort :Pourquoi 6 mois après ? Qu’attend-elle de moi ? Pourquoi si faible ? Si elle est revenue , c’est qu’elle ne m’a pas oublié , hein , qu’en dis-tu ? Elle tient peut être à moi ? Qu’est ce que tu en penses ? Mais tu pourrais me donner ton avis quand même ?

A ce moment , Elle sort de la chambre

Elle – Bonjour  !

Justin – Oh , je vous ai réveillée ! J’ai parlé trop fort , je suis désolé !

Elle – Pas du tout ! Comment allez-vous ?

Ensemble , Solange et Justin posent la même question : C’est à vous qu’il faut poser la question !

Justin – Comment vous sentez-vous ma chère Viviane ?

Solange - Oui, comment vous sentez-vous, Françoise ?

Elle – Que de sollicitude ! C’est vraiment gentil !

Solange – Maux de tête ? Nausée ? Fièvre ? Raideur de nuque ? Vue ? Equilibre ?

Justin – Comment veux-tu qu’elle te réponde , tu la mitrailles de questions !

Elle – Rassurez-vous , Docteur ! Ce matin , pas de nausée ,la vue est nette , et …que m’avez-vous demandé d’autres ?

Solange– Fièvre ?

Elle – Négatif !

Solange– Fatigue ?

Elle - … hum… un peu , oui ,

Solange– C’est normal ! La nuque ?

Elle – En remuant sa nuque : Un peu raide …

Solange - C’est normal , c’est mon matelas ! Equilibre ?

Elle – Elle se tient sur un pied , sans bouger :

Solange – Rompez ! C’est tout bon ! En se tournant vers Justin : T u peux être totalement rassuré , mon lapin !

Justin - Affolé : C’est tout ? Tu te contentes de ça ? Tu ne vas pas la faire examiner ? Mais elle a peut-être chopé une saloperie en Chine , quelque chose au foie ou dans le sang ! Fais –lui faire des analyses complètes …

Elle – Solange, puis-je utiliser votre salle de bains ?

Solange - Sans problème ! Vous trouverez tout ce qu’il faut ! Servez-vous ! Et se tournant vers Justin : Viens t’asseoir là mon,Juju ,et arrête de te faire du mourron ! Avant de faire des analyses , tu vois , il vaut mieux qu’elle soit bien reposée , sinon les résultats pourraient être faussés …Donc , on attend un peu que sa fatigue soit évacuée et on avisera après , tu comprends ?

Justin - Oui , oui , je comprends … tu me tiens au courant ? Il se lève pour repartir : Et puis excuse-moi Sol. je me suis un peu énervé … mais je n’ai pas encore dormi , je n’ai pas pu me coucher hier ! J’y vais , je te fais totalement confiance , tu le sais ?

Solange - Pas de problème ! Pionce un bon coup , ça ira mieux après !

Justin sort de scène . Elle sort de la salle de bains , habillée avec la robe de la veille et le gilet qu’elle lui a prêté..

Scène 3

Elle – Merci , cela fait du bien !

Solange – Vous venez prendre quelque chose ? Thé ou café ?

Elle va se mettre à table, en face d’elle pour prendre le petit déjeuner. Thé , merci , si vous en avez !

Solange– Un peu de musique ?

Elle – Volontiers !

Solange– Laquelle ?

Elle – Celle que vous souhaitez ..

Solange– Je souhaite celle qui vous fait plaisir … alors ?

Elle – prise de court , ne sait que répondre …..

Solnge – C’était quand la dernière fois où vous avez pu choisir votre morceau de musique ?

Elle – Elle le regarde , étonnée, réfléchit , ne trouve aucune réponse…

Solange - Que voulez-vous écouter ?

Elle – Vous avez tout ?

Solange– On verra …

Elle - Eh bien, quelque chose de gai … quelque chose de …simple… quelque chose de beau ….

Ensemble : Quelque chose d’ utile pour l’oiseau !

EIles rient

Elle - Vous savez donc, vous aussi , comment faire le portrait d’un oiseau ?

Solange - A la manière de Prévert , oui !

Elle Vous connaissez Prévert ?

Solange Ce n’est pas parce que j’étais médecin urgentiste que j’étais inculte !

Elle Excusez-moi , ce n’est pas du tout ce que je voulais insinuer ! Mais vous avez un cursus tellement dense et long qu’il me paraissait plausible que tout votre temps….

Solange La poésie a toujours était une passion pour moi !

Elle : C’est une belle passion !

Solange- Alors , j’ai sûrement le morceau de musique que vous désirez , lequel ?

Elle – Prise au dépourvu Le morceau de musique que je désire … … Elle se sent mal , est très émue …Excusez-moi … C’est … cela me remplit d’émotion que vous me posiez cette question … Il y a si longtemps que personne ….

Solange - Qui est la dernière personne qui vous l’a demandée ?

Elle - … Mon père … mais il est mort quand j’avais 8 ans …

Solange - Ah ? Pas 4 ans ?...Justin m’a tout raconté ….cent fois au moins !

Elle –( gênée) Non … cette version –là , c’était pour faire rêver un monsieur trop sérieux ! J’avais vraiment 8 ans , et ce fut déjà bien assez tôt ! Et c’est la seule personne proche de moi qui m’ait posé une question semblable ….Vous voyez , cela remonte à très loin ! …Ma mère n’ a jamais pu le faire : elle est morte en accouchant de moi …

Solange – Oui , Justin m’a dit , en Chine , par manque de chance !

Elle – Non ,ça , c’était aussi la version pour faire rêver le monsieur trop sérieux ! Ce fut en France , par manque de soins , vous voyez , c’est moins exotique ! Dans ma famille d’aristocrates dégénérés , on vivait comme il y a 200 ans !

Solange– Mais alors , Bérengère de Carnac , c’est ….. ?

Elle - C’était ma mère ….J’ai parfois l’impression que de prononcer son nom me sert de talisman ! Je sais , c’est idiot ! ….Silence ….Mon père écoutait Bach toute la journée , tous les jours … son morceau préféré était « L’Art de la Fugue » !

Solange– Il vous en est resté quelque chose !…Je vous le mets ?

Elle – Surprise Vous l’avez ?

EIle va mettre le CD et on entend la musique .EIles ne parlent pas pendant quelques secondes.

Elle – Votre père l’écoutait aussi toute la journée ? Solange va baisser la musique

Solange– Ah, non ! Il n’avait pas le temps ! Super occupé, super chirurgien, super admiré, super absent !

Elle – Je comprends d’où vient votre vocation .

Solange - Mon père rêvait d’avoir un fils qui fasse le même métier que lui ! Mais le domaine de Justin c’est celui des chiffres , il ne supporte pas tout ce qui touche à la maladie !

Elle – Alors vous vous êtes sacrifiée pour ne pas ruiner le rêve de votre père ….Ce fut une vocation par procuration ….

Solange : Mais j’ai aimé passionnément mon métier ! Trop même , je lui ai tout sacrifié : un foyer , un mari , des enfants ….

Elle :Et votre propre rêve , c’était lequel ?

Solange – Ouvrir une librairie , c’est bête , hein ?

Elle – Mais c’est formidable ! Une librairie ! Les livres  ! J’adore l’odeur des livres neufs !, et les toucher ! … Pourquoi ne le faites-vous pas ?

Solange– Pas quoi ?

Elle – Eh bien , ça ! Votre rêve ! Ouvrir une librairie !

Solange Mais c’est trop tard !

Elle Pourquoi trop tard ? Il n’y a pas de limite d’âge pour vendre de la poésie !

Solange : Il y a une limite d’âge par contre pour réinvestir un nouveau projet , se lancer dans une aventure pareille !

Elle Quelle aventure ?

Solange :Eh bien celle-là ! Rechercher une librairie à vendre ou en installer une à partir de rien … cela demande énormément d’investissement de temps , d’énergie , d’argent …

Elle Il me semble que vous possédez le temps et l’énergie à foison ! …Je vais vous dire ma maxime préférée : « Il y a pire que de ne pas avoir réussi , c’est de ne pas avoir essayé ! »

Solange C’est pas vrai !

Elle Si !

Solange Justin l’a calligraphiée dans ses WC ! C’est vous qui la lui avez dite lors de votre visite ?

Elle Pas du tout !.... Eh bien , ça c’est drôle alors ! … Vous vous y voyez parfois dans votre librairie ? Vous vous êtes déjà imaginée au milieu de vos livres ?

Solange– Chaque fois que je vais dans les WC chez Justin, face à sa maxime , je rêve systématiquement la nuit d’après de ma librairie. Et je m’y vois dedans. ! D’un côté se trouvent les rayonnages avec tous les genres : littérature, poèsie, théâtre, voyage, essais, histoires …etc …et de l’autre côté, un coin lecture-rencontres avec les écrivains, les habitués, les lecteurs. Je gamberge moi aussi ! C’est mon Gonguezou à moi ....Pour oser l’aventure , il me manque juste deux choses …

Elle – Dites-moi !

Solange– Un nom pour ma librairie et une vendeuse qui aime Prévert !

Elle – Oui car le comptable vous l’avez déjà !

Solange – Mais aujourd’hui j’ai peut-être trouvé les deux ! Il m’est venu une idée pour le nom : « L’art de la pause » EIle la regarde fixement pause-lecture, pause-café, pause-amis, pause-soucis, pause-espoir…Quand pensez-vous ?

Elleelle répète lentement L’art de la pause …elle hoche la tête Excellent !

Solange – Et pour la vendeuse qui aime Prévert, vous avez une idée vous ?

Elle - en souriant Oui

Pendant le changement de décor , la salle est dans le noir , avec une musique de paso doble .

ACTE4

Chez Justin : 6mois après ( voix off)

Scène1

Justin et Elle rentrent dans l’appartement . IL est trois du matin. Ils reviennent d’une soirée car ils sont bien habillés ;

Justin allume la lumière pour mettre en route une musique de paso , puis éteint et danse passionnément quelques pas avec Elle.

Elle – cher Monsieur ! Vous dansez passionnément bien !

Justin chère Madame , tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir une fée comme professeur ! D’ailleurs , je dois être le seul au monde !

Elle – Je vais devenir jalouse de cette fée !

Justin – Vous auriez bien tort !... C’est grâce à elle que je t’ aime à la folie , Françoise !

Ils s’arrêtent de danser , fatigués .Justin va éteindre la musique

Ils restent enlacés quelques instants.

On les sent très heureux

Justin – Veux-tu boire quelque chose ?

Elle – Oui, volontiers  !

Pendant que Justin part préparer un plateau à la cuisine , elle va sortir un petit paquet d’un tiroir et le cache dans son dos.

Justin revient et sert à boire tout en disant :

Justin – A nous  !

Elle – A nous , mon amour !

Justin – A nous et aux futurs mariés Marc et Débo !  Je suis rudement content qu’on soit leur témoins ….Et bientôt …ils seront les nôtres … Et à Solange et sa belle librairie toute neuve !  Quelle année incroyable ! …

Elle – Un rêve ….

Justin – Non , non , pas du tout Françoise, une merveilleuse réalité !, Il y a un an Il regarde sa montre : à la seconde près , tu entrais dans ma vie , c’était trois heures du matin et je rentrais en smoking chez moi …pour te trouver ….Merci ….mon amour …

Elle – Lui tend le paquet : pour fêter cet anniversaire , j’ai fait ça pour toi , en travaillant dans la librairie de Solange ,cela m’a été donné des idées …

Justin – Il défait le papier cadeau … Oh …un livre ! C’est toi qui l’as écrit….. et décoré ? Il lit le titre et ensuite quelques lignes en le feuilletant , au hasard «  Conte pour une grande personne »

Elle – Remarque bien , c’est « conte » , c-o-n-t-e et non pas « c-o-m-p-t-e » !

Justin - lisant le début : Il était une fois , un matin , très tôt …une fée qui cherchait à se réfugier …Elle trouva la maison d’un comptable qui comptait toute la journée beaucoup ….beaucoup ….Il sourit et poursuit plus loin « elle inventa une histoire terrifiante de gangster en Chine pour le bousculer et le sortir un peu de ses chiffres ….Elle venait de s’enfuir d’une maison où elle était très malheureuse : un méchant ogre la battait ….Le monsieur du refuge l’aima si fort que la fée se transforma, comme la petite sirène, et devint une vraie femme … » La fin , vite , je veux lire la fin ….Il se précipite à la fin du livre … Déçu , il s’exclame C’est vide ! Les pages sont blanches !

Elle – C’est pour qu’on les écrive ensemble !

Ils se regardent et disent ensemble :

Justin et Elle - Ils se marièrent et vécurent heureux très , très longtemps ….

Justin – Moi non plus , je n’ai pas oublié ce matin-là ,ma chérie .A son tour , il va chercher un paquet ( format écrin de collier ) , Tiens , bon anniversaire !

Elle – Elle ouvre en lui souriant , elle voit dans l’écrin : sa clé rossignol , elle se tourne vers le mur , le cadre n’y est plus , elle lève la clé devant son visage et ,dit

Elle – Ma clé rossignol !

Justin – Reprends-là , maintenant ,qu’ici ,c’est chez nous , je n’ai pas besoin de te faire un double des miennes ….

Il sort ensuite de sa poche un collier ( celui de l’écrin ) et le lui met autour du cou.

Et puis , tiens , il y avait cela aussi dans la boîte ! Justin va remettre la musique et ils se remettent à danser sur un air de paso pendant que le rideau se ferme .

FIN

BANDE-SON :

- «  6 mois après » en ouverture du troisième acte.

Les voix des invités qui partent et remercient «  Ouais ! C’était super ! Tchao Justin ! Merci à toi ! Te couche pas trop tard ! » La voix de Justin «  Bon retour , merci , ne faites pas trop de bruit en descendant , pour les voisins ! » Rires et mêmes paroles en boucle . La voix de Marc «  Que ceux qui voient encore clair conduisent ! Ceux qui voient deux volants s’abstiennent ! Déconnez pas sur la route , hein ? A plusse ! Bon retour les potes et soyez prudents ! » Des voix disant «  T’en fais pas Marco ! Tu peux compter sur nous ! »

- Un air de paso

- La voix off de Justin parlant à Elle «  Aidez-le ! Faites pour lui comme vous avez fait pour moi ! Transformez-le ! Restez ici le temps qu’il vous faudra ,vous êtes ici chez vous , mais sauvez mon copain ! Je vous le demande ,Viviane ! »

MEUBLES et OBJETS :

-L’appartement de Justin comme il est décrit dans « La salle d’attente », avec plus de couleurs , des coussins , des rideaux aux fenêtres, des bibelots dont un dragon chinois et une tasse, deux lampes , le lecteur de K7 de « La salle d’attente » t la K7 de paso, une boule lumineuse au plafond, un cadre au mur avec une clé dedans. Une petite commode avec tiroirs.

-Des confettis et des serpentins

- Des assiettes et des gobelets en carton , des bouteilles d’alcool et de jus de fruits et d’eau minérales

-reliefs de nourriture et une coupe de fruits avec deux oranges

- Un plateau avec un service à thé pour deux, une théière et un bol.

un plateau avec des amuse-gueule,

- Un plateau avec deux verres

- un livre empaqueté et un écrin à collier avec la clé

- L’appartement de Marc , plus sobre que celui de Justin, un plateau avec petit déjeuner pour deux , un lecteur de CD et le CD de l’art de la fugue de J.S.Bach

HABITS :

Justin :- Une tenue décontractée, un manteau, un smoking

MARC : Une tenue décontractée

ELLE : Une petite robe courte, un imper court, une robe longue , du soir , chic , un pyjama d’homme et un gilet d’homme

Report this text