Le chant du tunnel

Laure Cassus

Histoire pour Lunii

 

Apolline sortit comme à son habitude par le petit tunnel qui lui permettait d'aller jouer dans le jardin. Mais ce jour-là, le tunnel lui parut plus long que les autres fois, on n'en voyait pas le fond. Il tournait un coup sur la droite, un coup sur la gauche. Au bout d'un moment, Apolline voulut revenir en arrière et rentrer à la maison puisque ce tunnel n'aboutissait plus au jardin. Mais elle vit le tunnel derrière elle se dédoubler en deux autres tunnels dès qu'elle se retourna. Elle prit au hasard la branche sur la gauche et puis ensuite elle prit à droite et puis elle prit à gauche et puis ensuite à droite. Elle ne savait plus où elle était et où elle devait aller alors elle commença à s'inquiéter. Elle appela « Au secours » mais sa voix se perdit dans les couloirs, aussi bien les couloirs de droite que les couloirs de gauche, les couloirs de devant que les couloirs de derrière. Tout se ressemblait, elle ne pouvait plus avancer. Elle appela encore et l'écho lui répondit la même chose qu'elle « Au secou-ou-ou-rs ». Alors elle s'assit et chouina « maman, maman »...

Au bout d'un moment, une lumière apparut dans un des tunnels, c'était une lumière floue, qui s'approchait et qui chantait. Apolline écouta sans bouger. La voix était jolie, elle chantait dans une langue inconnue, des notes très aiguës mais quand même très belles.

La lumière apparut de plus en plus proche et Apolline vit une chose extraordinaire. Une dame très belle, avec des vêtements de velours, et des guirlandes de sapin de Noël. Elle volait dans une bulle flottante portée par l'air chaud du tunnel. La dame continuait de chanter et elle envoya une petite bulle en direction d'Apolline. Dans la bulle, il y avait une phrase qui disait « Je suis une cantatrice ». Subjuguée Apolline se leva, s'approcha de la bulle de la cantatrice et la toucha. Malheureusement, celle-ci éclata comme une bulle de savon et la dame disparut d'un coup.

« Oh non! » cria Apolline, « me revoilà seule dans ce tunnel horrible ! Au secours ! Au secours ! » Et tout devint noir autour d'elle. Elle pleura et se mit à courir dans tous les sens, se cognant contre les murs qu'elle ne pouvait plus voir tant il faisait noir maintenant.

Tout à coup des yeux apparurent en haut du tunnel qui venait de s'ouvrir en deux, écarté par des mains géantes. Apolline se recroquevilla puis reconnut la voix de sa maman, elle leva alors les yeux et oui ! c'était bien sa maman venue la sauver du terrible tunnel.

« Je suis là, ne t'en fais pas ... tu t'es emmêlée dans les draps ma puce, tu aurais pu t'étouffer.... heureusement que tu as chanté, cela m'a réveillée dans mon sommeil... »

« Maman ce n'est pas moi qui ai chanté, c'est la dame, le sapin de Noël. »

« Le sapin de Noël ? » dit maman en souriant

« Oui la cantatrice ! »

« Ma chérie tu veux venir dormir avec moi ce soir ? »

« Oh oui! » dit Apolline et elle se leva du tunnel de draps emmêlés pour rejoindre le lit grand et plat de sa maman.




(fille, labyrinthe, cantatrice, deux yeux)

Report this text