Le contour du soleil, celui de mes mains

rechab



En formant le contour du soleil, à celui de mes mains,

peut-être en forme de coeur,

( Que sait-on des coïncidences ?)

Ou d'un soleil en losange …

 

Il faut éclabousser

-de lumière les dimensions nocturnes,

Et mettre en boîte

Les parcelles de brouillard,

 

Celles qui restent.

Déjà, les gargouilles des cathédrales nordiques,

Ont mangé les pensionnaires de l'angoisse,

En laissant place aux vents,

 

qui ont fait place nette…

Il est un jour comme celui-là,

aux bords tranchants …

Si le doute s'aventure,

 

Aux abords inconnus,

alors comme les oiseaux migrateurs,

recherchent des régions enveloppées,

d'airs marins,

 

Je reviendrai au pays du mistral,

et aux campaniles,

qui découpent leurs silhouettes,

le matin, aux rumeurs bruissantes

 

Des marchés aux légumes…

RC 

Report this text