LE POINT ZERO (Concours Apocalypse)

nancy-creed

LE POINT ZERO

Première épisode 1/12/2012

Pas de Panique

J – 20

Lilwenn coche un à un les articles sur la liste :

Aspirine, pansements, bandes de gaze, coton hydrophile, mouchoirs en papier, sel, bicarbonate, talc, ciseaux, épingles à nourrice, bols, cuillères à café, alcool à 90°, désinfectant, aiguilles à coudre, fils de coton blanc.

C’est le strict minimum, elle ne sort jamais sans avoir le strict minimum sur elle. Parée, au cas ou.

Comme d’habitude, les parents se chamaillent au sujet des promos, du foie gras et des tas de trucs débiles qu’ils doivent acheter pour noël. Ma mère se fait des films sur sa déco de table et mon père a autre chose à faire. Il veut bien s’occuper des bouteilles, il file vers le rayon alcools, champagnes et grands cuvées, trop content d’échapper aux guirlandes clignotantes, ou pas.

Inconscients, mes parents sont totalement inconscients.

Depuis toujours, ils sont à coté de la plaque. Ils sont capables de passer des heures à flâner dans un centre commercial, ou un supermarché à regarder les livres et les DVD, puis avoir l’air étonné quand ils arrivent à la maison sans le pain, ni quoi que ce soit d’autre pour le diner. Sans ma sœur, on ne mangerait pas.

Ce n’est pas sérieux, ils n’écoutent jamais les informations à la radio : trop déprimantes, ils les regardent encore moins à la télévision carrément flippantes ; ils zappent au moindre avis de tempête, de canicule ou grand froid. Ils n’achètent que la presse culturelle, artistique, musicale ou même people. Il va sans le dire qu’ils n’ont jamais voté, à aucune élection. Ils vont quand même s’indigner le plus sérieusement du monde, quand ils s’aperçoivent que la guirlande avec le label « commerce équitable » a été fabriquée en Chine.

Pendant un temps ma mère nous interdisait de  porter des Nike parce qu’elle avait lu un article dans la salle d’attente de son dentiste, sur le travail des enfants en Asie.

- Qu’est ce que j’ai souffert chez le dentiste, si vous savez !

Je n’ai même pas cherché à croiser le regard de ma sœur…

Six mois après, Maman a vu une paire de baskets pour la course à pied appelée « Lunar éclipse ».

-Je trouve ça si poétique ! Pas vous ?

Moi je trouvais que 145 euros faisait un peu cher la chaussure pour quelqu’un qui ne court jamais nulle part, mais du coup, le boycott sur Nike était levé.

Des fois, les parents s’enferment dans leur chambre toute la journée « en amoureux ». Papa met des disques, des vieux trucs ringards, il en a des centaines.

Ils dansent, ils chantent…

Elle adore ça. Il faut dire qu’elle est capable de passer des soirées à regarder « Blue Hawaii », « G.I Blues », ou« Viva Las Vegas » encore et encore.

Autant le dire, Lilwenn et moi sommes obligés de veiller au grain.

J’écoute France Info en boucle et je me suis abonné à Libération. Maman laisse trainer ses affaires partout et papa passe la moitié de son temps à chercher les siennes. De mon coté, je gère tout ça : il m’arrive de me servir dans le porte monnaie ou le porte feuille, mais généralement je préfère la carte bancaire. C’est mieux.

-Chéri !

-Oui, Maman ?

- Tu peux descendre à la pharmacie me chercher mes médicaments ? Je ne sais plus où j’ai mis mon sac…

-T’inquiètes, Maman !

Eden !

-Oui, Papa ?

 -T’as pas vu mon porte feuille ?

-Dans ton bureau, sous la pile de prospectus, à droite de l’imprimante, ou bien, sous la pile de journaux, a coté des prospectus à gauche de l’imprimante etc.

C’était pareil pour les clefs.

Nos chambres sous les combles sont quasi inaccessibles pour les parents, puisqu’il leur faut monter tout un étage pour y aller. Autant le dire qu’on est tranquilles. La dernière fois que Maman est montée je devais avoir dans les cinq ans environ. Je ne me souviens pas pourquoi elle s’est déplacée mais je ne crois pas l’avoir vu dans ma chambre depuis et à ma connaissance, Papa n’est jamais monté à l’étage.

Lilwenn s’occupe du linge, pour nous tous. Dans mes souvenirs, elle l’a toujours fait. Elle est sérieuse ma sœur, mais anxieuse aussi ; continuellement inquiète pour une raison ou une autre, constamment soucieuse. Elle a toujours peur : elle redoute que mes parents n’arrivent pas à payer le loyer, qu’ils oublient de régler la facture d’électricité, de gaz ou de téléphone. Elle a peur que la foudre tombe sur le toit, que la maison parte en flammes, qu’une voiture me renverse, qu’un tordu m’enlève, que mes parents attrapent le cancer ou autre maladie mortelle ou pas. La surdité, la cécité, l’hôpital, les piqures, les insectes, les rats, les serpents, les chats…Lilwenn craint le pire.

Avant, je voulais la rassurer, lui dire que ça ne servait à rien de se rendre malade, qu’il ne fallait pas s’en faire ! Je cherchais des statistiques sur le net : AcVc (accidents de la vie courante) 18500 décès en 2011, en baisse par rapport à 2010 (20000 morts). Je me suis abonné au Newsletter de « l’Enquête permanente sur les accidents de la vie courante ».

-Tu vois, ce n’est pas si mal, trois fois plus de morts que sur la route, on peut prendre la voiture finalement !

Puis plus de la moitié des accidents concernent des enfants entre 0 et 16 ans ; ça je n’aurais pas du lui dire, je n’ai que onze ans.

-Plus que cinq ans à tenir…

Aujourd’hui, la donne a changé, aujourd’hui c’est moi qui ai peur. Plus de 20 jours avant la fin du monde, il faut se rendre à l’évidence : je ne verrai pas mes douze ans. Je n’aurais jamais 16 ans.

Ma sœur n’a pas attendu la fin du monde pour s’organiser, elle prépare ce genre de chose depuis des années. Lilwenn est du genre minutieuse. Elle tient ça de papa. Papa fait des découpages, par centaines, par milliers. Patiemment, avec des toutes petites ciseaux de brodeuse, il découpe puis évide des feuilles de papier, des magazines, des prospectus, des revues, des livres. Je dis souvent pour plaisanter qu’il découpe tout ce que ne bouge pas et c’est à peu près ça. Délicates, fragiles, blondes, brunes, rousses, devenus dentelles, les personnages sont tous rangés dans des dizaines de classeurs par type et date.

Lilwenn donc s’est minutieusement préparée. D’abord, il y a des années de ça, elle s’est procurée les documents appropriés. Et elle m’a mis dans la confiance très tôt. C’est comme ça que j’ai appris à lire : HEAT, BLAST, RADIOACTIVE FALL-OUT, des mots anglais, mais peu importe ! J’ai une professeur très exigeante interro surprise à tout moment. Exemple d’une question facile « Pourquoi j’ai recouvert les fenêtres de nos chambres avec du blanc d’Espagne ?» (Réponse : pour réduire les risques d’incendie). Bonne réponse= 1 point. Question encore plus facile : « Pourquoi j’ai mis des seaux d’eau dans les quatre coins de chaque chambre ? » (Réponse : pour éteindre des départs d’incendies). Bonne réponse= 1 point. Exemple d’une question difficile (je devais avoir dans les 4 ans quand elle me l’a posée pour la première fois) « Qu’est-ce qu’il faut faire quand on termine un pot de confiture ? » (Réponse complète : L’eau c’est la vie, il faut toujours récupérer les pots en verre, les nettoyer et les remplir d’eau avant de les cacher dans la cave. (Bonne réponse =2 points. C’est ainsi que j’ai acquis un nombre impressionnant de points sur le carnet d’évaluation mise au point par ma sœur.

Tous les mercredis on visionne les films de la protection civile: « Comment survivre un attaque nucléaire », « Se protéger contre l’irradiation nucléaire », « La maison du milieu ». Parfois elle me lit les manuels publiés par les gouvernements américains et anglais  dans les années 50. Mon préféré s’intitule : « Advising the Householder on Protection against Nuclear Attack », la maison qui illustre les pages du fascicule ressemble tellement à la notre, c’est rassurant. Chaque premier mercredi du mois, la sirène des pompiers est le signal pour une répétition générale : couper le gaz, débrancher les appareils, fermer les volets.

Je dois planquer au plus vite, tous les miroirs et autres objets en verre, puis faire le tour de la maison et ranger tous ce qui traine dehors et qui peut prendre feu en cas d’explosion.

Chaussés de bottes en caoutchouc, lampe torche à la main, on doit se diriger vers un abri convenable. Selon ma sœur, la cave est l’endroit le plus adapté. Elle a repéré le mur le plus éloigne des murs extérieurs (que l’explosion pourrait détruire). L’ancienne table de la salle à manger est poussée contre le cloison et nos matelas et couvertures roulés sous la table. Nous avons remplis tous les tiroirs des vielles commodes avec de la terre récupérée dans le jardin et ramenée petit sac après petit sac pendant des semaines. Des piles de vieux livres coincés entre les meubles forment une barrière protectrice supplémentaire. On compte le stock de boîtes de conserves sous l’escalier ; dans le jardin, on vérifie la poubelle où nous avons caché des manteaux, des bottes et gants en caoutchouc et des chapeaux (tenue à mettre dehors mais à ne pas porter à l’intérieur pour être sur de ne pas contaminer la maison).

-Il va falloir tenir ici au moins deux jours, le temps que la radioactivité perd sa puissance.

Je suis sceptique sur ce point, mais je suis le procédure à la lettre. Lilwenn chronomètre l’exercise très précisément. Il n’y a pas de temps à perdre, faut foncer. Mais le jour J, la sirène devrait signaler par une mise en garde soit rouge, gris ou noir, le temps probable avant l’explosion, l’imminence du danger.

Il faut faire beaucoup de sacrifices, petites et grandes.

Lilwenn dit qu’il faut surtout en faire aussi souvent que possible. Pour donner un exemple, Papa aime nous promener en ville, puis s’arrêter pour manger une glace. Avec Maman ils se commandent des desserts incroyables, 2, 3, même 4 boules des fois, chantilly, sauce au caramel salée, crème de marrons, éclats de chocolat, si possible avec en supplément, si possible des amandes pilées ou des noisettes. Et si c’est pas trop demander, une petite goutte de Cointreau pour Papa, crème de menthe pour Maman. J’en bave d’envie, mais le regard déterminé de ma sœur m’en dissuade : il faut faire des sacrifices pour éloigner le mal, les accidents, la maladie, les explosions de voiture GPL, la guerre.

-Mes pauvres chéris, que vous n’êtes pas drôles !

-Une cuillère pour Maman…

-Une cuillère pour Papa…

-Et une pour Maman…

Dégustation dégoulinante entrecoupée des bisous et de mamours.

C’est dur, mais nous sommes forts, ma sœur et moi.

Ce jour là, on a certainement évité, au moins, un accident de scooter et peut être, l’un des pires carambolages de toute l’histoire.

Lilwenn sait tout ce qu’il fallait savoir en 1951, 1958 ou 1963, sur les précautions à prendre en cas d’une attaque nucléaire. À présent, je n’ose même pas lui dire ce que je pense au fond de moi :

-Sœurette, cette fois c’est sérieux, cette fois, c’est la fin du monde.

C’est mal la connaître. J’aurais du le savoir : en réalité, ma sœur est passée à la vitesse supérieure depuis qu’elle est au courant de la date précise du 21/12/2012.

Plus besoin d’attendre l'avertissement rouge, gris ou noir, pour elle, tout est facile maintenant.

-T’inquiètes petit frère, Lilwenn a un plan.

Deuxième épisode 2/12/2012

Panique à bord

J – 19

Les parents adorent les surprises. Ca tombe bien. Aujourd’hui, ils vont être servis.

Lilwenn a décidé de sauver la famille ; son plan est au point, jusqu’aux derniers détails. Je suis admiratif, un tel exploit chez une fille si jeune- elle a tout juste 17 ans.

Ma sœur a toujours fonctionné comme ça. C’est ainsi qu’elle a pu si bien organiser notre fuite devant la catastrophe à venir. Il faut dire qu’elle a un sacré entrainement. Au jour d’aujourd’hui, et grâce à nos seuls sacrifices, elle et moi on a du sauver les milliers de vies. Je le sais parce qu’elle comptabilise tout ça dans un carnet de moleskine noir, qu’elle garde sous clef avec mes carnets d’évaluation. Elle a promis de lire la longue liste, de l’ensemble de nos privations notables, ainsi que de nos bonnes actions, à haute voix, dans une petite cérémonie privée, avant de confier le précieux document aux plus hautes autorités. Mais elle hésite. C’est sûr, ça vaut au moins une Légion d’Honneur, mais elle n’est pas sûr de pouvoir faire confiance à quelqu’un autre que moi, même haut placé. Elle se méfie et elle n’a pas tort. On en a beaucoup discuté. Je suis d’accord avec elle : quoi de plus facile pour quelqu’un d’autre, de s’accorder le mérite de toutes les vies que nous avons sauvées, tous les catastrophes évitées et de récupérer toute la gloire pour lui !

D’après Lilwenn, Chevalier, Officier ou même Commandeur de la Légion d’Honneur, vaut respectivement 6,10 €, 9,15€, 12,20€, de rente annuelle.

-Ca veut dire quoi « rente insaisissable » ?

-Oublie petit frère. On mise sur le Nobel. Avec la fin du monde si proche, on est obligé de viser plus haut. Ca sera notre récompense pour « services hors du commun rendues à l’humanité ».

On s’est rendu chez un photographe pour nous tirer le portrait pour le « yearbook » des Prix Nobel, livre de photos publié par la Fondation chaque année. C’est deux fois plus cher qu’un Photomaton mais ma sœur a horreur des cabines photos (elle a lu plusieurs histoires de trafic d’héroine et autres fait divers survenues dans ces ignobles cabines). C’est Maman qui paie, elle pense qu’on fait des photos pour s’amuser.

Il y a eu un petit bémol pour nous dernièrement, la fondation Nobel a décidé de diminuer le montant du prix en 2012. Seulement 8 millions de couronnes accordées cette année, pour « Garantir la pérennité financière du prix ». Ce n’est pas de chance, se mettre à économiser l’année même de la fin du monde !

- C’est insensé ! Insensé !

Lilwenn est déçue (je le sais parce qu’elle répète toujours les mots deux fois quand elle est déçue).

La perte est énorme.

Elle misait beaucoup sur cet argent pour notre voyage.

Elle va devoir tout recalculer.

-Ce n’est pas grave, Lilwenn. Tu vas y arriver !

Je suis plutôt confiant parce que moi aussi je sais faire des calculs. Nous n’avons peut être pas des millions de couronnes mais nous avons bien une belle cagnotte. Depuis le temps qu’on fait des économies…

-Eden !

-Oui, Papa ?

Tu as pu me prendre mon magazine ?

-Oui Papa, 5 euros tout rond.

À l’époque, ça coutait dans les 2,50€, ce qui me laissait autant pour la cagnotte. C’était pour tout pareil : le pain, le supermarché, le coupe de cheveux, le cinéma, les cadeaux d’anniversaire, les tickets de bus, …Je mettais tout l’argent de coté, ou plutôt je le remettais à ma sœur.

On ne ratait jamais une brocante, on était de tous les vide greniers : on faisait ça très sérieusement.

Puis il y a deux ou trois ans, Lilwenn s’est mise à vendre les vinyles de Papa en douce, sur Ebay. Il lui fallait un pseudo, alors je lui avait trouvé « Rescue Records », je ne savait pas que c’était déjà le nom d’un label. Du coup elle a juste mis « Lilden » avec nos deux noms.  Elle a du amasser pas mal d’argent comme ça. Des fois il cherche pendant des heures pour retrouver un de ses disques préférés :

-Lily !

-Oui, Papa ?

-Tu n’aurais pas vu le Velvet ?

-Je ne vois pas lequel…

-Velvet Underground & Nico !

-Quoi ?

-Peel Slowly and see…

-Pile quoi ? 

 -Avec la pochette banane !

-Ah celui là, il doit être là quelque part.

-Justement, je ne le trouve pas.

-Ah bon ?

J’aide Lilwenn comme je peux. J’avais soigneusement emballé le vinyle avec du papier bulles moi-même et l’avait envoyé en Allemagne par la poste il y a au moins deux mois. Mais il en a tellement, et puis Lilwenn a besoin de cet argent pour nous tous.

Ma sœur sait comment nous sauver. Toutefois il va falloir les persuader de bien nous écouter ce soir quand elle va exposer son plan et surtout les convaincre de suivre ses instructions à la lettre, notre survie en dépend.

L’annonce doit se faire dans la salle à manger, autour de la grande table. Lilwenn a besoin de la table pour montrer ses plans, une partie seulement, il ne faut pas tout dévoiler à la fois. Ils sont capables de tout faire foirer ou même pire de ne pas nous prendre au sérieux. La fin du monde en moins de trois semaines, ce n’est pas sur qu’ils saisissent ni le concept ni l’urgence, pas sûr du tout…

Il est cinq heures. Une fois installé chacun à sa place, Lilwenn s’âprete à parler puis fait patienter l’auditoire le temps de boire une gorgée d’eau. L’heure est grave. Elle racle sa gorge avant de commencer. Ma sœur est nerveuse, elle sait qu’on ne peut pas compter sur eux pour tenir en place. Elle n’a pas tort. Avant qu’elle arrive à placer le premier mot :

-Mes chéris, moi aussi j’ai une surprise !

-Ah ?

Lilwenn est inquiète, ça ne devait pas se passer comme ça.

Elle commence à transpirer quand Maman prend les mains de Papa dans les siens :

-Nous avons une belle annonce à vous faire.

-Nous sommes bénis, ajoute Papa pour faire durer le suspense.

Exchange de regards consternés avec Lilwenn.

-Bénis ??

-Accouche ! pensai-je très fort.

Mauvais choix, très mauvais choix, je n’aurais pas dû ! Depuis le temps que ma sœur m’explique qu’il ne faut faire attention aux mots qu’on utilise, même en pensée, surtout en pensée.

-Vous allez avoir un petit frère, ou une petite sœur !

-Ou peut-être les deux ! renchérît Papa, taquin, ce qui les rendait hilaires tout les deux. Sur le moment je me demande même s’ils ne sont pas totalement défoncés.

-Il aura les cheveux noirs comme toi Lily !

Je n’osais même pas lever les yeux en direction de ma pauvre sœur.

-Les yeux verts comme toi Eden !

-Impossible ! C’est impossible !

Je m’attendais des hurlements, mais c’est d’une petite voix presque inaudible que Lilwenn s’exprime enfin.

-Quand ? Comment…?

-À noël, on espère que le bébé va naitre vers le 20 décembre, ce sera votre cadeau de noël !

Cette année la crèche, c’est nous !

Papa a déjà plein d’idées pour faire les photos.

Ma sœur a changé de couleur, son visage pale au naturel, a viré d’un coup vers une teinte quelque part entre gris et vert, oui, une sorte de vert de gris. 

Pour ma part, je ne comprends pas trop comment Maman peut être enceinte. Elle a au moins quarante ans, peut-être même quarante cinq !

Là j’ai pensé comme ma sœur : impossible, impossible !

Ils vont peut être adopter un bébé ? Un orphelin ? Il va y en avoir à la fin du mois, fin du monde.

Qu’avons nous fait de mal ? On s’est forcement trompé quelque part…

Nous avons pourtant toujours scrupuleusement respecté le protocole, du lundi au vendredi. Je me remémore les conventions une par une :

-Lundi (pour ne pas avoir d’oiseau) : pas de petit déjeuner. J’ai beaucoup de mal à refuser le petit déjeuner. C’est mon repas préféré et puis lundi il faut aller à l’école et ce n’est facile de patienter jusqu’à midi pour manger. D’autant plus que le diner du dimanche soir saute le plus souvent, pour éviter les accidents de la circulation de retour de weekend. Mais Lilwenn se montre inflexible sur ce point : il y a un vrai risque concernant les oiseaux, on se doit d’être irréprochable s’agissant de nos sacrifices. Il est vrai que mes parents peuvent s’offrir un couple d’inséparables à tout moment, sans crier gare.

-Mardi (pour ne pas avoir de chat) : refuse la sortie au cinéma. En réalité on ne craignait pas d’avoir un chat, puisque Papa est allergique. Mais Lilwenn préférait de ne pas prendre de risques.

-Mercredi (pour des bricoles style poisson rouge, tortue, cochon d’inde) : pas de dessert mais ça c’est facile, puisque le mercredi, c’est le pudding de Madame Ridgeway.

-Jeudi (pour ne pas avoir de cochon nain) : ne pas allumer la télé. Ca me coute plus que les autres jours, c’est le jour de mon émission préférée (on l’a choisi pour ça). Papa dis souvent que les cochons sont intelligents, propres et affectueux et qu’ils font de formidables animaux de compagnie. Le risque est assez élevé.

-Vendredi (pour ne pas avoir de chien) pas de dessert. C’est plus dure que l’on peut l’imaginer, Papa ramene des pâtisseries de chez Ladurée tous les vendredi, macarons et religieuses au chocolat, à la rose et à la violette (les préférées de Maman).

Ce n’est pas que Lilwenn n’a pas envie d’avoir un petit chien ou poisson rouge ou même un oiseau, mais les animaux de compagnie compliquent tout en matière d’abri anti nucléaire et d’évacuation d’urgence. Elle ne perd jamais son objectif de vu, elle veut que notre plan soit en béton. Autant dire que je prends ma mission au sérieux, je ne triche jamais.

Mais ce soir il n’y a plus question de béton, mais de grosses fissures et d’un plan qui s’écroule. On a tout bêtement jamais pensé qu’ils pouvaient faire un bébé, un bébé, pour quoi faire ?

J’essaie de me concentrer, de me projeter…

Un bébé a besoin de toute sorte de choses, de lait, de couches, de vêtements, d’une chambre !

Les femmes enceintes veulent toujours faire des chambres de bébé.

C’est très mauvais ça.

Je commence à paniquer ; elle va vouloir monter dans le grenier, pire descendre à la cave. Récupérer des meubles, la moitié de notre installation de sécurité : le toboggan placé sur le toit pour une évacuation rapide de nuit, il se peut même que Papa se met en tête d’arranger les commodes aux tiroirs plein de terre. Ils vont commencer à modifier leur comportement, changer leurs circuits habituels, devenir imprévisible.

On est mal.

Je regarde ma mère pour la première fois depuis longtemps. Elle doit faire dans les cent kilos, facile. Papa trouve que c’est la plus belle des femmes et moi je me connais peu dans la matière. Il y a bien Skyla, ma copine à l’école, mais quand je dis à Lilwenn que je trouve que Skyla a des beaux yeux, elle me dit que ce n’est pas de mon âge et qu’on a autre chose à faire. Elle a surement raison. Maman aussi a des beaux yeux.

A-t-elle toujours fait cent kilos ? Je me le demande.

Encore sous le choc, Lilwenn ne m’est d’aucun secours.

C’est du jamais vu. Ca fait peur.

D’ordinaire ma sœur sait tout sur tout. Ce soir elle est sonnée.

Enceinte de huit mois et on n’a rien vu…comment c’est possible ?

On est très mal.

-Mais alors vous mes chéris, vous ne dites plus rien ?

-Vous en avez le souffle coupé ?

-Le chat aurait-il pris vos langues ?

C’était pourquoi cette réunion, c’était quoi votre petite surprise à vous ?

Troisième épisode 3/12/2012

Un heureux évènement

J – 18

Selon une étude américaine, trois types d’individus ont recours au parricide. Le premier est l’enfant sévèrement abusé qui a été poussé au delà de ses limites. Le deuxième est l’enfant qui souffre de maladie mentale grave. Le troisième, le plus médiatisé, est l’enfant antisocial. Plus de 90% des enfants qui passent à l’acte sont les enfants abusés, mais quand on creuse un peu, on constate que les jeunes qui adoptent un comportement criminel ne peuvent tout simplement plus supporter les conditions de vie au sein de leur famille. Certains facteurs propres à l’enfant (âge, sexe, etc.) sont des prédicteurs de ce comportement mais je m’inquiète parce que je retrouve toujours la même conclusion : « pour eux, les meurtres étaient une acte de désespoir, la seule issue pour sortir d’une situation de famille devenue intolérable. »

Quand j’ai eu enfin le courage de regarder ma sœur hier soir, j’ai cru voir le début d’une larme affleurer mais j’ai su qu’elle n’allait pas pleurer. Je n’ai jamais de toute ma vie, vu ma sœur pleurer, à la différence de ma mère qui pleure pour un oui ou un non. J’ai moi même la larme assez facile, je l’avoue, mais j’essaie de m’améliorer sur ce point. Le jour où Lilwenn se mettra à pleurer, ce sera un torrent, non, un déluge.

Lilwenn donc, a vu son super plan prendre de l’eau et puisqu’elle n’a ni hurlé, ni pleuré, je commence à redouter une explosion à retardement.

Je décide de me documenter sur la colère refoulée, la rage réprimée, ce genre de chose.

L’historique de l’ordinateur, que je partage avec Lilwenn (pour être exacte, je me sers de l’ordinateur de ma sœur à son insu parfois), montre que des articles traitant en détail du curare et de la strychnine, ont été consultés cette nuit.

Je ne sais plus trop quoi penser. D’ordinaire, Lilwenn maîtrise tout, mais là, j’ai l’impression que ce n’est plus le cas. Son beau château de cartes est à terre.

Je n’hésite pas longtemps, je ne vois qu’une seule chose à faire : me rendre à la maison de retraite, aujourd’hui même.

Ma sœur n’aime pas me voir partir tout seul mais je ne veux pas qu’elle m’accompagne. Alors j’accepte de prendre une couverture de survie, ça ne prend pas beaucoup de place, mais je tiens bon quand elle essaie de me faire porter le LSPCC (lot de sauvetage et de protection contre les chutes) avec triangle d’évacuation et tout.

-Ca va Lilwenn, je vais à Nogent pas au Pole Nord !

Elle continue à fourrer mes poches de petits papiers avec des numéros de téléphone, personnes à contacter en cas d’urgence, moyens d’identification de cadavre (moi en occurrence), etc.

Je râle mais je suis réellement rassuré ; ma sœur va mieux, elle retrouve ses vieux reflexes.

- Tu ne te sers pas de la couverture de survie si il y a de l’orage !

-Je sais, c’est bon.

En partant, je me rends compte qu’elle marmonne des drôles de trucs.

-Qu’est ce que tu fais ?

-Je te croyais parti.

Je me prépare à une éventualité. Voilà, si on devrait rencontrer d’autres peuples on devrait pouvoir communiquer avec eux. Tu comprends ?

- Pas trop.

-Écoutes, tu sais bien que quand on va en Espagne, on parle une autre langue ?

-Tu me prends pour un débile ou quoi ?

-Bon d’accord, tu le sais. Là c’est pareil, je m’entraines à parler une autre langue.

-C’est quoi comme langue ?

-Je ne sais pas encore. Pour l’instant, je m’entraines juste à faire des sons « étrangers ». J’ai entendu dire qu’en ville, quand les oiseaux sont en permanence exposés à des bruits urbains, de machines, de la circulation ou d’émetteurs, par exemple, qu’ils ajustent leurs chants et communiquent avec des tonalités qui imitent de plus en plus les sons auxquels ils ont été exposés.

Maintenant, je suis tout à fait rassuré, je peux partir, Lilwenn a retrouvé ses esprits.

Direction la maison de retraite.

Papy dit qu’il n’y habite pas, mais qu’il y travaille. Ce n’est pas faux en quelque sorte puis qu’il y joue du piano pour les pensionnaires à longueur de journée. Droit comme un I, à  99 ans, mon grand-père passe ses journées (et ses soirées) à divertir ces vieux monsieurs et ces vielles dames. Sa journée de « travail » finissant vers 23heures-ils sont tous couchés à cette heure là- Papy rejoint sa chambre. Selon lui il ne s’agit pas d’une chambre mais d’un atelier. Il y bricole pleins de jolies choses à partir de rien. Je ne sais pas quand il dort, entre son boulot de pianiste et son bricolage…

J’aimerais décrire cette pièce mais je ne saurais pas par où commencer. Comme Papa, Grand-père rassemble ses découpages (c’est de famille) dans des très nombreux dossiers suspendus. Ils sont tous à porter de main « pour consultation ». Sa collection de coquillages est classée dans des boîtes à chaussures placées les unes sur les autres jusqu’au plafond. Sur la face visible de chaque boîte, un petit dessin sur une étiquette, permet d’identifier le contenu : dentales, pieds de pélicans, porcelaines etc. ; le nom scientifique est aussi noté en dessus, avec une belle écriture à l’ancienne, en encre de chine : scaphopodes, aporrhais pespelicani, porcella… Sur des étagères entre les « piliers » formés par la collection de coquillages, les monuments consacrés à la conquête de l’espace, le Manekin Pis, l’Empire State Building, et autre Tour Eiffel, ne prennent pas beaucoup de place ; les boules à neige et trophées, une dizaine d’étagères pas plus. Mais les figurines occupent plus de la moitié de la surface totale. Une véritable armée :il y a les G.I Joe, E.T., Star Wars, Batman, footballers et autre super héros bien sur, des bobble-head, des cowboys et des indiens en plastique, des majorettes. Les statues de la Vierge, de Jésus et des saints occupent les étagères les plus hauts placés- ça m’a toujours semblé logique. Les bustes de présidents et autre gens célèbres : Einstein, Beethoven, Lincoln, Kennedy, Claude François et les Papes sont juste en dessous. Puis enfin les chiens et chevaux en plâtre avec un écriteau : « le cheval est le meilleur ami du chien ».

Grand-père est une sorte de champion du monde d’empilage de cartes. Il ne détient plus le record depuis les années 70, mais en matière d’édification de châteaux de cartes, c’est un as. Des professionnels internationaux lui rendent visite, des surdoués qui bâtissent des gratte ciel de plus de 7 mètres, sans colle, sans agrafe, sans trucage.

Selon Papy, il faut toujours partir d’une simple cellule de quatre cartes, même pour un truc géant comme la réplique du casino vénitien de Macao, pas moins de 218792 cartes, C’est le record du monde.

Autant dire que Grand-père a plus d’une corde à son arc. Il saura quoi faire pour Lilwenn et moi.

-Quel bon vent t’amène, moussaillon ?

Malgré les apparences, Papy n’est pas navigateur mais il a longtemps travaillé à la douane maritime. C’est là sans doute, qu’il a commencé à récupérer des tas de trucs. Un jour il a même ramené un singe à la maison. Ce matin, l’odeur de sa chambre laisse à penser qu’il a encore un drôle de pensionnaire fourré dans une cage quelque part au milieu de tout son bazar.

Sans plus tarder, je lui mets la puce à l’oreille concernant la révélation de mes parents et la réaction de ma sœur.

-Tu sais ta sœur a toujours été une drôle de petite bonne femme, tu ne crois pas ? Tu n’as jamais remarqué sa chambre, si bien rangée, presque vide pas un truc qui dépasse ?

-B’en…je ne sais pas trop, c’est Lilwenn quoi.

Je ne sais pas si je dois lui dévoiler les projets de ma sœur pour la fin du monde.

Pour maman, il est déjà au courant depuis des mois.

Pas étonnant puisque les parents passent des soirées entières à jouer à la belote à la maison de retraite, pendant que Papy mets l’ambiance avec le piano Honky Tonk et son chapeau de cowboy.

-Grand-père, nous sommes le 3 décembre, plus que 18 jours avant la fin du monde et les parents  se préparent pour Noel et maintenant pour « l’heureux évènement », comme si ne rien était ! Lilwenn est tourmentée, la situation est alarmante, je dois dire que je suis mort de trouille.

 Grand-père prends des notes, fait quelques croquis, puis ferme ses yeux. J’en profite pour jeter un coup d’œil à ses dessins, je ne suis pas franchement rassuré puisqu’il s’agit d’un pendu.

J’ai peur qu’il s’endorme mais il ne fait que réfléchir pendant un temps avant d’afficher un large sourire, un peu édenté.

-Voilà comment je vois les choses. Nous avons de la chance, beaucoup de chance. À l’heure actuelle, il s’avère que nous avons des informations précises et précieuses. Ces chiffres signifient des changements d’ordre majeur.

-C’est à dire, Papy ?

-Nous avons deux dates, celle d’aujourd’hui 3/12/2012 et celle de la fin du monde 21/12/2012 ; nous avons un chiffre le 18 (plus que dix-huit jours avant la fin du monde) ; Regarde ces chiffres attentivement : le un, que l’on retrouve six fois, signifie la Maitrise, le deux que l’on retrouve sept fois signifie l’Association et le trois, qui est la date d’aujourd’hui représente la Sociabilité. Tout ça me semble très clair : tu as fait preuve de sociabilité en venant ici et en t’associant avec moi nous allons maitriser le problème.

-C’est extraordinaire, je suis bluffé. Mon grand-père m’impressionne presqu’autant que ma grande sœur.

Ca fait chaud au cœur, je commence à reprendre courage.

-Et le pendu, Papy ?

-Ah, oui. C’est la deuxième carte du tarot, le Pendu. À ce sujet, je vais quand même contacter mon grand ami numérologiste à Montreuil. Il va nous donner davantage d’informations et une interprétation détaillée, plus fine : chemin de vie, blocage à dépasser…

Mais en attendant, jeune homme, me dit il en décrochant son manteau à franges, nous allons saisir cette chance et transformer tous ces jolis chiffres  en numéros gagnants ! Nous allons jouer au Loto!

Je ne m’attendais pas à ça, mais je ramasse mes affaires en vitesse pour le suivre dans le couloir. J’ai du mal à le suivre, il marche très vite pour un bonhomme de son âge.

Je finis par le rattraper.

-Pourquoi le Loto Papy ?

-Tout simplement parce que le 8 de dix-huit (18 jours avant la fin du monde), représente l’expansion matériel, c’est à dire la capacité de s’assumer sur le plan matériel. Soudain il a l’air très pressé.

En sortant de la maison de retraite, il tend un billet de 20 à une personne qui nous tient la porte par politesse.

-Gardez la monnaie ma petite dame, gardez la monnaie.

Elle n’a même pas le temps de réaliser ce qui vient d’arriver. Elle regarde le billet puis nous regarde s’éloigner, sans comprendre…

-Oui moussaillon, t’a bien fait de venir. Aujourd’hui est notre jour de chance !

Report this text