L'épitaphe

austylonoir

On ne grandit jamais de l'enfant en soi,


Tendre bercée, dont le parfum passe,


Parfois comme une effluve et jette un émoi,


Ces bribes, ces souvenirs, ces tiédeurs éparses.


Ces précieuses fortunes comme l'or des rois,


Qui au repli de l'âme, se figent et s'amassent,


Et pèsent en nous, vigoureusement, de leur poids ;


Et dans nos marches futures, nous font marges et masses.


Qu'étais-tu encore hier, te le rappellerais-tu toi?


C'est toujours son passé que l'on a en face,


Et l'on souffre toujours d'être ce que l'on fut une fois,


Bien que les âges derniers nous emporte la grâce,


Et que bientôt plus rien ne restera de moi,


Mon existence, certainement, ne me fut jamais lasse,


Et l'épitaphe de ma vie dira sans doute ma foi,


Quand le temps me viendra de vous céder la place.


  • Heureuse de ton retour !

    · Ago about 2 years ·
    Avatar

    nyckie-alause

  • Tes mots manquaient terriblement ici. Tellement contente de te lire à nouveau !

    · Ago about 2 years ·
    110 f 36716650 xenkavv6slkrmgb7skhvnqjgd670qb5n

    parismrs

    • Ça faisait un moment que j'arrivais plus à écrire une ligne! : ) Mais là reviens bientôt avec ce que j'aime le plus, la prose!

      · Ago about 2 years ·
      Boat lake night reflection stars

      austylonoir

    • c'est quand bientôt ?
      (j'abuse je ne passe plus jamais, mais je regarde quand ça m'arrive)

      · Ago almost 2 years ·
      Avat

      hel

    • J'avoue, je sais plus trop! Là j'avance sur le "à vie déroulée" sur un rythme un peu lent parce que je déteste retravailler un texte, j'aime avoir la bonne phrase au premier coup! Toi t'en où? J'ai hâte de lire du nouveau aussi!

      · Ago almost 2 years ·
      Boat lake night reflection stars

      austylonoir

  • Les blessures de nos passés élèvent mais brisent, les bienfaits aident à avancer et les deux combinés, nous mènent vers la "fin"... très joli texte... merci !

    · Ago about 2 years ·
    Stop

    attachante

Report this text