Les Cassoces (6)

arthur-roubignolle

Les Cassoces (6)


Good Vibrations


On cherche tous quelque chose qui nous fasse vibrer dans la vie.

Michel Mabelle lui, avait trouvé le truc.

Depuis dix ans il travaillait dans une entreprise du BTP à faire du marteau-piqueur.

Michel vibrait grave !

Du matin au soir il vibrait.

Un jour il eut de l'avancement, on le mit au béton vibré ! Il avait la responsabilité d'une machine vibratrice qui vibrait le béton à toute berzingue...

Au fil des années, tout le corps de cet ouvrier modèle s'était mis à vibrer, même lorsqu'il n'avait pas en main un engin vibratoire...

A force de vibrer en permanence Michel était devenu un peu flou, c'était assez visible sur les photos de famille.

Ses proches s'étonnaient et disaient : « Mais comment que ça se fait que Michel soit toujours flou sur les photos ! ».


Imperceptiblement et au fil des années le corps entier de Michel s'était mis à tressauter, certes de façon minime et à une fréquence si rapide que ce n'était pas visible au premier abord, sauf sur les photos prises à basse vitesse, sauf aussi quand vous lui serriez la main.

A ce moment, l'on sentait nettement les vibrations de Michel qui se transmettaientt par sa main.


Michel ne se rendait même plus compte qu'il vibrait en permanence, sauf lorsqu'il tenait un verre. Les vibrations faisaient de petits cercles concentriques dans le liquide, c'était assez joli à voir...


Sa femme s'était habituée à ce phénomène, mais ce ne fut pas facile au début pour elle. Les vibrations de Michel l'empêchait de dormir, ça faisait comme un bourdonnement permanent dans les ressorts du lit...

N'empêche, quand elle discutait avec ses copines des avantages et inconvénients de leurs maris respectifs elle pouvait dire fièrement : « Moi mon homme, il est pas causant mais il me fait vibrer ! ».


Michel et sa femme eurent un petit malentendu le jour ou la femme de Michel se mit en tête de vouloir acheter un vibro-masseur.

Michel s'exclama : « Ah non, pas de ça, j'aurai l'impression  d'être au travail quand je fais l'amour ! ».


Finalement ils prirent un godemiché sans vibrateur. Ce qui était judicieux car avec les vibrations de Michel, ce simple gode se transformait de lui-même en sex-toy vibrant, et sans consommer de piles de surcroît !


Lorsque la fille de Michel, qui venait d'avoir ses dix-huit ans annonça à son père qu'elle venait de rencontrer l'amour de sa vie. Il lui demanda : «  Tu es bien avec lui j'espère ? ».

Sa fille lui répondit: «  Oh papa, c'est un gars qui a de supers vibrations ! ».

Son père fut rassuré aussitôt.


Avant de continuer ce texte plus loin il faut que vous sachiez qu'il existe plusieurs types de vibrations : 1° les naturelles 2° les entretenues. 3° les paramétriques. 4° les auto-excitées.

La vibration la plus simple peut être traduite mathématiquement à l'aide de la fonction sinusoïdale :

A cos ω(t + τ) ou A cos(ωt + ϕ) ;  la fréquence f étant le nombre de fois où le phénomène se reproduit en une seconde.

 (Non non, ne me remerciez pas pour ces précisions, j'aime toujours que mes lecteurs se cultivent tout en se distrayant !)


Chez Michel il s'agissait bien évidemment de vibrations de type entretenues et auto-excitées dues à des causes mécaniques indépendantes de sa volonté.


Chaque année, à la visite de médecine du travail, le docteur, qui s 'était intéressé à ce curieux phénomène mesurait la fréquence vibratoire de Michel. Elle se maintenait bon an mal an aux alentours de 64 hertz... Ou encore à (1,25 m/s 2). Ce qui dépassait quand même les limites autorisées en matière d'exposition professionnelle aux vibrations.

Lorsque le taux vibratoire de Michel atteignit la limite critique de (5 ms2), fréquence ou le corps risque de se disloquer littéralement. Le docteur se fâcha. « Il faut que vous cessiez immédiatement toute activité vous mettant en contact avec des vibrations. Il va falloir envisager une reconversion ! ».


Michel cessa donc son travail dans le BTP, et après un séjour en maison de repos, et sur l'idée d'une infirmière rencontrée dans cette maison, il fit une formation de masseur.

Puis s'installa à son compte.


Ce fut un succès percutant tout de suite. Son cabinet ne désemplissait plus. Toutes les femmes de la région s'étaient passé le mot. Les massages de Michel étaient extraordinaires !

Elles ressentaient des frissons, comme une sorte d'ébranlement intérieur, des remous profonds qui leur faisaient fondre leur cellulite en quelques séances.

Certaines, au contact des mains de Michel éprouvaient des palpitations si intenses qu'elles se pâmaient d'extase...

Bref, elles étaient secouées !


Michel devint une sorte de Gourou dans son coin.

Resté modeste malgré cette réussite, il aimait à citer cette phrase de Kandinsky : « L'artiste est la main qui par l'usage convenable de telle ou telle touche met l'âme humaine en vibrations. »...


Lorsqu'il mourut, un foule vibrante assista à ses funérailles, et dans toute la cité, les marteaux-piqueurs se turent en un dernier hommage...










  • Ahaha ! Oh my god Michel, aurait pu lui lancer sa femme dans l'intimité d'une nuit amoureuse. Sinon il aurait pu traverser la rue pour devenir garçon de café, et devenir ainsi le meilleur serveur de bouteilles d'Orangina

    · Ago over 1 year ·
    027 orig

    Chris Toffans

  • Mince, j'aurais tant aimé faire sa connaissance. Sacré Michel, j'en suis toute ébranlée ! Bravo à lui d'avoir pensé à la planète et avoir ainsi économisé l'achat de piles ! (J'avoue que ce passage, entre autres, m'a offert un fou-rire génial :) Merciiiiiiiii

    · Ago almost 2 years ·
    Agenda ateliers ecriture 300x219

    muri-elle

  • De vibrantes acclamations de ma part pour ce texte déjanté qui me rappelle cette citation de notre excellent penseur et philosophe Jean Claude Van Damme , "Si tu bosses avec un marteau piqueur pendant un tremblement de terre, ... tu bosses pour rien" :o)

    · Ago almost 2 years ·
    Gaston

    daniel-m

    • Merci, avec un peu de retard mais je reviens de vacances de Bregançon avec un couple d'amis (qui ont achetés récemment une piscine, on s'est régalés!)

      · Ago almost 2 years ·
      P1000170 195

      arthur-roubignolle

    • Ha ha ! Le pire c’est que je n'ai pas percuté de suite ! J'espère kanmême que t'as passé de bonnes vacances :o)

      · Ago almost 2 years ·
      Gaston

      daniel-m

Report this text