Les nuits d'automne

menestrel75

Quelques heures s'égrènent
Dans la nuit d'automne
Les mots me réveillent encore
Car en mon corps le désir tonne.

Je vous prends au creux de mes rêveries
Et je tente d'écrire
Des mots en cœur à cœur
Des mots en corps à corps
Des mots qui s'aiment
Des mots qui en vous, le désir sèment
Que je crie à la face de la Terre
À la face de la Lune même,
Je sais que votre lune aie que je l'aime

Des mots projetés dans l'Univers
Pour que jusqu'à vous ils se promènent

Je n'entends plus votre voix me parler
Pourtant, je prête de mon âme l'oreille 
Sommes-nous si éloignés en cet automne ?

À la Lumière du ciel vert
De cette saison mordorée
Je vous écris mes mots-manques

Je me ferai rivière à poissons
Pour que tu y viennes pêcher 
Je me ferai fenaison
Pour que tu viennes t'y coucher
Je me ferai forêt
Pour que tu y viennes chasser
Je me ferai magicien
Pour exaucer tes souhaits

Je trouverai ton émeraude bleue
L'enfermerai dans son écrin-velours précieux
Que tu ouvriras la nuit
Elle t'éclairera, illuminera ton calice
Jusqu'à l'heure bleue
Tu n'auras plus jamais peur
Dans ta nuit
Elle te protégera
T'enveloppera comme un enfant
Et tu t'assoupiras
À l'ombre de l'Ange
Dors, ma Dulcinée, 
Moi, je suis levé
Je prends la relève à mon tour
Et ferme l'écrin-velours révélé
Dors mon Amalthée
Une autre journée annoncée,
Dors et rêve de la rivière où j'irai te pêcher
Aux foins où j'irai te coucher
À la forêt où nous irons Eros chasser

Chut ! Il dort le poète
Laissons-le rêver
Apaisé
Il commence un long voyage
Au pays des Fées…
Report this text