les plumes 1

Bérénice

Vous me direz, que non, tout ne va pas si mal.

Après tout je sais comment je m’appelle, je connais mon adresse.

Et j’ai mes habitudes.  ça je m’en souviens.

Le supermarché.

Je connais même le nom des vendeuses.

Je dirai qu’il à deux catégories. Et ces deux catégories, si elles pouvaient se balancer des jerricanes dans la tronche, ah ça oui, je vous jure qu’elles le feraient.

Il y a la jeunesse et l’âge mûr.

Parmis la jeunesse, je ne citerai qu’un exemple. Lucie.

Lucie, est assez souriante, assez adroite, assez énergique. Bon, ça ne l’empêche pas de se tromper. Mais elle, à côté de ça, elle fait ses études en droit.

Alors le droit, à côté de caissière, ça lui fait une grande ombre souriante. Elle se voit avec la robe, à la barre,

Elle aurait un chignon, parce que la classe est dans la sobriété,

Elle porterait des talons, parce que la classe est aussi dans la suggestion.

Bref, elle, les bip de la machine, les gueules fatiguées des acheteurs, les sourires enjouées de la vieillesse,

Elle les voit, mais l’ombre du droit lui masque pas mal de choses.

La chance quoi.

Parce qu’à la caisse d’à côté, des fois, il y a Nadine.

Nadine n’est pas toujours aux caisses, elle est aussi responsable de rayons.

Nadine, elle est blonde.

Mais blonde avec des racines noires.

Elle fait des sourires aux hommes.

Pas aux gars du chantier d’à côté qui viennent acheter la viande et les bières du midi. Ceux là, non.

L’homme marié transpirant avec ses deux enfants sous le bras, chargé des courses ce week-end. C’est moyen mais c’est mieux.

Et l’homme fraîchement divorcé, avec le pantalon en toile, les chaussures légèrement vernies qui indiquent un travail en entreprise - elle a l’oeil pour ses choses là – courtois, le cheveu arrangé.

Ah. Bon choix. Un sourire. Et ça se tortille sur son siège.

Vous me direz qu’à 50 ans, pour trouver autre chose que du divorcé…

Et elle voit les jolis mollets de la petite brune qui vient de déposer ses courses après le bon parti. C’est le printemps.

Elle le sait, les petits mollets comme ça, ça dure pas. Ça, elle le sait.

Les petites brunes, ça l’énerve.

Elles ont des airs de cruche, et ça croit tout savoir. Ça porte des beaux vêtements, mais ça sait à peine payer son loyer. Ah ça

Ah ça.

Report this text