L’histoire de mon tableau « Rêves et reflets d’Honfleur ».

yfig

La création d'un tableau ExNihilo, i.e. qui ne soit pas qu'une simple reproduction de la réalité, est un exercice qui demande beaucoup de travail, de technique et d'inspiration.

Ma fille au téléphone :
-    « Papa, la mairie de Honfleur organise une exposition pour les peintres amateurs du canton, t'es au courant ? »
-    « Ben non, t'as appris ça comment ? »
-    « Dans le journal, tout simplement. »

Et c'est comme ça que tout a commencé.
On devait être au mois d'avril ou mai et il fallait aller retirer les toiles pour les remettre le 3 septembre.

Les conditions sont franchement rêvées.
La mairie fourni les toiles de lin vierges, format F12 (61 cm X 50 cm),  nous peignons et nos travaux seront exposés dans les magnifiques greniers à sel de Honfleur.

Pour mesurer la valeur de ce cadeau, il faut savoir qu'une exposition de peintres professionnels a lieu tous les ans vers le mois de mars et que le prix de location est très élevé.
Il faut modérer ça par le fait que là, nous n'exposerons qu'un seul tableau et que les spectateurs risquent plus d'être des membres de familles d'artistes que des acheteurs potentiels … mais bon ! C'est quand même une sacrée chance qu'on nous offre là !!!


A priori, surtout que le sujet est libre, ça peut paraître facile.
Peindre un Honfleur ou n'importe quoi d'autre.
Mais à tout bien réfléchir, cette chance ne se reproduira peut-être jamais, et il va falloir se singulariser de tous les autres tableaux, montrer quelque chose auquel les autres n'auront pas pensé et qui contienne suffisamment de qualités techniques pour, comme on dit dans ces cas là, ‘épater la galerie' !

Ma façon à moi de me démarquer, depuis deux ans environ, c'est de peindre avec des pigments bruts et de peindre les objets les uns par-dessus les autres en fonction de leur proximité par rapport au spectateur (le fond, puis les maisons, puis les bateaux, puis les mouettes ……).
L'inconvénient de cette technique c'est que les empâtements sont quasi exclus car il est très difficile de faire une pâte épaisse à partir de pigments (sauf à utiliser des matières barbares et peu recommandables comme la pâte de pomme de terre … et autres incongruités …).
Ce qui, au passage, me laisse interrogatif sur les pâtes vendues dans le commerce …. Il y aurait une matière épaississante que je n'en serais pas autrement surpris.
Le gros avantage, c'est qu'il est bien plus facile de réaliser des transparences et autres glacis qui, avec les tubes traditionnels, sont beaucoup plus difficiles à réaliser avec autant de finesse en raison, justement, des épaississants additionnés aux pigments.

Il va donc falloir que je trouve un thème qui mette en relief les avantages de ma technique.

D'autre part, je sais par expérience que les autochtones sont très sensibles aux représentations du vieux bassin. Mais des tableaux du vieux bassin …. Il y en a ….. bouhhh ! des milliers !
Trouver une vue originale ne va pas être de la tarte.

Je me suis baladé sur les quais, cherchant un angle rarement utilisé.
Rien, tout a déjà été fait !

J'ai donc laissé macérer …….

De temps à autre, il me venait une idée que je mettais rapidement de côté, ou bien je surfais sur internet à la recherche d'un coup de pouce du destin ….

Mais je savais bien, au fond de moi que l'idée ne jaillirait pas d'une étincelle extérieure.

Je ressassais l'idée d'un tableau en forme de carte postale, avec trois ou quatre vues de Honfleur, ce qui permettrait d'en montrer plus tout en respectant le format.
Mais franchement une carte postale !

Et puis, à force d'y cogiter, doucement, petit à petit, l'idée d'un reflet dans un carreau et d'une vue dans l'encadrement de la fenêtre a fini par germer et se développer dans mon esprit.
J'allais peindre une vue de Honfleur englobant le vieux bassin et la lieutenance  se reflétant dans une vitre. Vue inexistante dans la réalité.

Mais ça ne s'arrêtait pas là. Qu'allais-je mettre et avec quels modèles.

Une fois les modèles trouvés, j'ai attaqué la réalisation.
Mais j'ai bien failli me fourvoyer, n'ayant pas de vrai modèle puisque je les inventais, je n'avais pas pensé qu'un objet qui se reflète dans une glace est renversé.
Heureusement, je m'en suis rendu compte juste au moment de dessiner au pinceau et à l'huile le reflet de la lieutenance dans la vitre.

Ma technique est magnifique mais très dangereuse, pas de retour en arrière possible.

Ensuite …. Eh bien il n'y avait plus qu'à !!!

Je suis content du résultat parce qu'il n'est pas trop loin de ce que j'avais dans la tête.
J'avais tant de concentrations sur les difficultés techniques à surmonter que je me suis un peu laissé aller sur les couleurs qui sont trop vives ….. il faudrait que je le refasse avec des couleurs un peu moins fluorescentes.

Report this text