L’insoutenable pesanteur du fou

Hervé Lénervé

Dans mon cursus universitaire, j’ai exposé à mon directeur de recherche, mon projet pour créer la Société Idéalement Parfaite.

-         C'est simple ! Il n'y a plus de différences identifiables chez les individus. Grâce à la génétique, on est tous pareils. Même physique, même pensée, même pointure de godasses.

Il y a d'un côté, les clones de Moi, tout en couilles et de l'autre côté, les clones de Moi, tout en gonzesses et toc, même pas dit !

50 % de beaux garçons et 50 % de faux garçons. Pile-poil. Les Sciences n'admettent pas les approximatifs, les « à peu près » à travers champs. Vous en savez quelque chose, vous, professeur-docteur, n'est-il pas ?

-         Continuez... et quelle serait la politique générale de votre Société ?

-         C'est simple ! Moi, je me suis autoproclamé Président omnipotent pour un millénaire de ma Société Clonique. Normal puisque je suis l'Original.

-         Question religions ?

-         Y en a qu'une ! La mienne. La foi en Moi. Et je mène mes fidèles à la baguette... à souder. Une contestation quelconque et c'est le chalumeau, ça ne traine pas. Non, mais, c'est qui le patron, ici !

Très bien, je crois que nous en avons fait le tour. Je vous donne les félicitations pour votre soutenance et augmente votre dose de psychotropes. Vous pouvez, à présent, aller vous reposer dans votre chambre capitonnée et faites-moi entrer l'étudiant suivant, s'il vous plait.

Report this text