Lolcateurs en freelance

Eric Rktn

Voilà, nous y étions enfin, prêts à dynamiter le monde. 

En ces temps archaïques, le LOL avait conquis nos vies et était devenu caractéristique d'une génération hédoniste partisane du moindre vide cérébral.

Cela allait des zappings humoristiques faisant légion sur nos écrans, en passant par la multinationale Carambar imposant sa vision au monde, sans compter les musiciens qui se convertissaient en mauvais comiques de stand up et inversement... Bref, l'esclaffement gras à la Bigard était devenu  la norme à laquelle tout un chacun devait se plier et l'on pouvait rire avec n'importe qui, tant que l'on riait d'un rien. A posteriori, les sociologues décontenancés qualifièrent même cette sombre période d' "ère Nabilliène", rapport à l'écrivain philosophe multi récompensé au prix de Flore pour son best-seller "non mais allo", finalement destitué après l'Accident.

Moi, je m'étais amouraché d'une sublime créature à la beauté naturelle sous filtre sépia. Cela commenca par des envois cordiaux de likes, puis nous sautâmes le pas de l'ajout d'ami au bout de quelques mois, un crush presque instantané placé sous le signe de notre passion commune pour les chats et l'Internet. Par cette relation féline digitale, nous lolcations du matin au soir, nous ronronnâmes de concert, bref, nous chattions sans vergogne.

Vint ce fameux jour où nous épuisâmes les réserves mondiales d'humour de sacs à puces, à force d'échanges intempestifs. Il était temps de passer à un niveau supérieur étant donné notre désormais expertise du cat game. Nous décidâmes de devenir lolcateurs en freelance. Le matériel son et vidéo acquis, nous nous adressâmes à Youtube pour louer un chat, le louer oui. Maintenant source d'une rente pécuniaire certaine, la firme avait eu le nez creux en s'appropriant toutes les races du monde et vous les prêtait, comme dans les temps plus anciens où l'on vous prêtait une box internet.

Ce qui s'apparentait d'abord à un jeu pris une tournure de plus en plus sérieuse entre nous. Chaque moment de la journée était un instant à exploiter, une chance à monnayer. Rompus à l'exercice, nous engrangeâmes alors millions de vues sur millions de vues, il nous en fallait toujours plus, et nous développâmes une réelle obsession pour ce compteur accumulant les zéros, comme une reconnaissance au yeux du du monde sur nos personnes, nous étions littéralement accrocs, mais nous existions enfin, nous étions vivant. Et riches.

On ne peut aussi bien gagner sa vie impunément. Ce monde qui nous entourait jalousait notre succès, et commença à nous le reprocher par des commentaires de haine ordinaire, puis des e-mails menaçant, jusqu'à l'envoi d'un courrier fait en lettres découpées dans des journaux (qui lisait encore des journaux papier à cette époque ?). Cette escalade de violence atteignit son paroxysme le soir où ils s'introduisent chez nous, kidnappèrent le chat, et laissèrent un oreille coupée, des fans de Van Gogh peut être, et une boule de poils recrachée dans un paquet cadeau pastel, en guise de souvenirs.

Nous étions effondrés, et par crainte de nouvelles agressions, nous prîmes un hôtel pour la nuit dans le 6e arrondissement.

Celui-ci était d'ailleurs charmant et cosy, aux trois murs bordés de bibliothèques remplies d'ouvrages poussiéreux. Par curiosité, et parce que nous n'avions pas de réseau 9G, nous en ouvrîmes quelques-uns, et fûmes bouleversés par le manque de vocabulaire contemporain: aucun émoticone, pas d'hashtag ni l'ombre d'un YOLO. La vérité semblait plus difficile à avaler, mais il était certains que nous avions été abusés des années durant sur notre rapport à la Vie. Une révolte sourde grondait dans nos esprits tandis que nous fomentions une révolution à notre manière. Nous fabriquâmes des armes d'instruction massive, des grenades de spleen parisien, des bombes artisanales aux allitérations métaphorées. Ce soir, nous cadavérisions les lendemains exquis. Voilà, nous y étions enfin, prêts à dynamiter le monde, il ne nous restait plus qu'à trouver une cible.


De la chambre, nous avions une vue sur un café verdoyant qui faisait l'angle, affichant largement une bimbo plus plastifiée que son support, elle venait d'une émission de télévision qui n'avait rien de vraiment Réalité, et sortait le même livre pour la 5e année consécutive.


A cette vision, Julia eut un rictus soudain, me regarda et me dit dans un sourire: " Bon alors, qu'est-ce qu'on attente ?" 

  • Très bon!

    · Ago about 6 years ·
    Photo14 1

    pierre-m

  • nous cadavérisions les lendemains exquis, classe mister, j'ai bien aimé ton texte, ze reviendrai ou i'll be back (avec une plus grosse voix) :)

    · Ago over 6 years ·
    P 20140419 154141 1 smalllll2

    Christophe Paris

  • "jusqu'à l'envoi d'un courrier fait en lettres découpées dans des journaux (qui lisait encore des journaux papier à cette époque ?). "
    Cela m'a écroulée sans prévenir ça, et je ne saurais même trop dire pourquoi. Pas que, j'ai eu des sourires aussi. Bien mené en tout cas.

    · Ago over 6 years ·
    Avat

    hel

  • J'adore :)

    · Ago over 6 years ·
    Avatar

    melanie_furne

Report this text