Et l'ombre à tes pieds

parismrs

Il fait nuit, bien doré, comme quand j'étais gosse et que je regardais longtemps dans le soir. Je me colle contre la fenêtre et je respire l'odeur des restaurants d'en bas, dehors ça s'amuse, ça fête quelque chose ou alors rien, c'est juste pour  le plaisir de gueuler. Je crache la fumée de ma clope, doucement, en filet pour percer la nuit, j'ai un air blasé, je le sais.

 La ville scintille en ligne, en fond, en rond, à l'infini, de près ça fait plus vrai, plus banal aussi, je repense à tout à l'heure, à ta mélancolie, ou c'était peut-être le temps, le passé puis le présent qui se rencontrent, comme des retrouvailles à la con,  de loin on aurait pu croire que t'étais heureux, de mes yeux on voyait bien que t'étais un peu triste. Depuis, j'ai l'air bête, ou alors paumée, ou alors c'est pareil,  tu t'étais pourtant barré loin et surtout une éternité.  J'ai un peu chialé comme quand tu te retrouves seul sous la pluie.

 

Report this text