Ma Bohémienne

stockholmsyndrom

Ma bohémienne

Elle est pas mienne 

C'est la fille du vent

C'est l'amour éthylène

Ma bohémienne 

Elle est souvent ma peine

Elle est surtout ma haine

Elle est surtout pas tienne

Ma bohémienne 

Je te vois dans la fumée de mes gitanes

Je te vois dans les nuées de tout Paname

Quand les âmes s'esquissent 

Dans les torrents de pisse

Tu es mon mélodrame

Quand le diable s'immisce 

Et qu'il joue l'alchimiste

Avec ton corps de flamme

Ma bohémienne 

C'est l'Arlésienne

C'est la fille du temps

Qui file dans les veines

Ma bohémienne 

Le fil de laine

Qui se tire jusqu'à voir 

Disparaître l'aubaine

Ma bohémienne 

Je te vois dans les princesses en cellophane

Je te vois dans les vitrines d'Amsterdam 

Quand mes songes se plissent

Que ma jalousie crisse

Tu es mon psychodrame 

Quand les diables se languissent

De tes lèvres qui glissent

Et blafardent mon âme

Ma bohémienne

Elle ne fait que passer

La fille du présent

Futur en porcelaine 

Ma bohémienne 

Elle ne fait que baiser

Sans mêler sentiments

M'obligeant schizophrène

Ma bohémienne 

Oui mais moi je suis saoul de ta peau qui perle

Je suis le fou prêt à me pendre à tes ailes

S'il faut des nuits nomades

Pour que batte chamade

Je renierais ma terre

S'il faut devenir l'âne 

D'une tribu tsigane

Et braver les déserts 

Ma bohémienne

Elle est blasphème

C'est la fille du néant

Dans le jardin d'Eden

Ma bohémienne 

Elle est trop spirituelle 

Pour ses pauvres amants

Qui ne voyagent qu'en elle

Ma bohémienne 

Tu n'as ni couleur

Ni patrie 

Ni drapeau

Que le baume des fleurs sur tes oripeaux

Ton encens qui gravite

Et redonne à mon cœur

Palpitations soudaines

Ma bohémienne

J'ai si peur de la nuit sans ton souffle chaud

La vie n'a de saveur qu'à nos flamencos

Je deviendrais l'ermite

Ton cabot de malheur

Pour qu'enfin tu sois mienne

Ton esclave hypocrite

Ton soufre douleur

Pour qu'enfin tu sois mienne

Je couperais ma bite

Pour des rites sans lueur

Si pour ça tu es mienne

S'il faut que folie m'habite

S'il faut même que je meure 

Pour qu'enfin tu sois mienne

Alors je crèverais fou d'amor 

Sans regrets ni remords

Pour que tu m'aimes

Ma bohémienne.


Report this text