Ma carcasse

Alexandra Bitouzet

L'émoi que je t'insuffle est-il assez puissant pour que tu penses à moi même quand je ne suis pas là ? Et quand tu la regardes, cette autre que je ne suis pas, m'oublies-tu tout à fait ? Aurai-je assez d'audace pour te dire complètement ce qui en moi se leurre ? Ce qui en moi se meurt. Doucement. Lentement. Et quand tu es en elle, et qu'elle te dit qu'elle t'aime, et qu'elle te dit encore, et qu'elle te dit plus fort, trouves-tu ça honnête ? Ne sens-tu pas la dette qui devant toi se dresse ? Je ne veux pas savoir. Je ne veux pas entendre. Je ne veux rien connaître des corps qui s'entrechoquent dans le silence de la nuit. Du goût qu'elle a. De l'odeur de sa peau. Des cris qu'elle pousse. De la sueur entre ses seins. De ton sexe dans sa main. Et du sien dans ta bouche. Des draps que vous mouillez. Des mots que vous vous dites. Des regards qui vous lient. Délaisse ma carcasse si sèche qu'elle n'en souffre plus. Laisse-moi effacer la trace que tu as déposée. Permets-moi d'oublier à mon corps défendant que j'aurais pu, peut-être, m'oublier, un peu.

Report this text