Ma Dame

Véronique Pollet

Je la regarde, fière, droite, imposante. Je la voudrais à moi, toute à moi, rien qu’à moi. Quand je vois ces badauds qui la profanent à grands coups de clic-clac et de cris d’extase, mon ventre se noue, ma gorge se serre en même temps que mes poings. Je voudrais leur hurler à tous, laissez-la moi, éloignez-vous ou prosternez-vous en silence. Non ce n’est pas votre Dame, encore moins Notre-Dame, elle est à jamais ma Dame. Et sans hésiter, les yeux noyés d’amour et levés vers son chœur, blotti au creux de son ventre chaud, je déclenche doucement le détonateur.


Report this text