Ma petite maman

Cécile Pellault

Atelier d’écriture animé par Guillaume Barbot autour de « La nuit du chasseur » : 20 minutes , un contrainte par participant ( pour moi « Une lettre") et une lecture mis en musique par Pem Braye Weppe

Ma chère petite maman,

 

Nous sommes dans le jardin de Miss Milly, des papillons volent tout autour de nous. Je me souviens quand nous partions à leur chasse, les premiers jours de juin, pour ton plus grand bonheur. Ton rire qui résonne encore …  mais Papa est parti. Et nous n'avons plus jamais entendu ton rire.

Il m'avait fait promettre de prendre soin de Léa et de Toi, d'être votre homme, celui sur lequel vous deviez désormais compter. Je devais garder son secret, je devais être fort, je devais…j'aurai tellement voulu ne pas le décevoir.

Léa courre après les papillons maintenant, je ne m'en sens pas l'envie mais tu devrais la voir chaque jour. Elle réapprend à jouer sans craindre le moindre craquement, la moindre ombre tapie dans les recoins sombres. Tu sais, elle ne sursaute plus et ne pleure presque plus. Tu serais fière de ta petite fleur.

J'aurai dû LE voir venir, j'aurai du L'empêcher de t'approcher, j'aurai du me battre pour toi, pour Léa, pour Papa. J'aurai du me battre plus fort contre lui. Je m'en veux tellement ma petite maman.

Je me rappelle tes doux murmures à notre coucher quand tu nous fredonnais une chanson douce pour que nos rêves soient beaux, tes caresses pour nous consoler, tes jeux de piste pour nous faire oublier nos assiettes vides.

Je n'ai pas tenu ma promesse, ma chère petite maman, je n'ai pas été votre  ange gardien mais l'ange de votre malheur qui a fait  de nous des orphelins,

Je le donnerai dès le départ ce maudit argent pour un seul de tes baisers,

Miss Milly dit que cela m'aidera de m‘adresser à toi dans une lettre que je garderai toujours sur moi, pour toi, pour le souvenir de ton amour,

Mais, vraiment, je ne sais pas, ma chère petite maman,

Tu nous, tu me manques tellement,

Je t'embrasse, ma petite maman, pardonne-moi,

 

Ton fils qui aurait tellement voulu tenir la promesse de te garder en sécurité.

Report this text