Méditer avec mon chat.

Alyce Tintilier

Hare krishna, lépidolite es-tu là

Enfin le reconnaître : je vais intrinsèquement mal. Ce qu'on appelle vivre dans l'enfer de l'ascenseur émotionnel. Aucune honte à avoir ni culpabilité particulière : j'ai grandi dans un milieu fait d'ascenseurs émotionnels, vocaux aussi, la petite maison n'était pas dans la prairie mais dans un abattoir. J'ai appris à appuyer sur toutes les touches de l'ascenseur, dans tous les sens et à toute heure, avant même de savoir comment m'en servir.

Pour tout te dire, j'ai de la chance d'être en vie aujourd'hui, avec un toit sur la tête, des amies, un job pénible mais à peu près stable, pas de soucis d'argent particuliers et un peu trop de projets plein la tête, de façon réelle, en tout cas, pas imaginaire au milieu d'un hôpital psy. 

En fait, ma famille a été aimante, mais mal, très très mal. Quand t'es solide, tu t'en sors à peu près - de ce que j'en sais, mon frère a aujourd'hui un boulot pourri, mais a acheté sa maison qu'il retape au fond d'un village paumé et a vécu deux-trois histoires sentimentales que je lui envie. Non, en fait non, on a tou-tes galéré, on est tou-tes cassé-es. Je t'ai pas raconté mes sœurs qui ont toutes les deux eu des gosses à 18 piges, l'un de mes frères qui a eu sa première à 40, mon autre qui à 35 a à peine commencé à prendre en main sa vie. On est tou-tes des galérien-nes. A différents degrés. Moi j'ai voulu mourir beaucoup, beaucoup de fois, et je me suis détestée tellement, vraiment, pensant que si les parents étaient comme ça, vu que Papa voulait un garçon et que Maman passait son temps à hurler - habitude qui lui est restée -, c'était un peu à cause de moi. 


Aujourd'hui je vais toujours intrinsèquement mal, mais au moins je le reconnais, et du coup je crois que je vais mieux. 

Quand j'ai décidé de prendre à bras le corps ma lutte acharnée avec ce que je nomme le Juge intérieur, parce que tu vois j'ai bientôt 30 ans et c'est très important et là je veux vraiment en finir avec lui, je ne pensais pas que reconnaître qu'on allait mal faisait partie du processus pour aller mieux. Je pensais qu'il fallait lutter de toutes ses forces en gardant le sourire et en faisant : ah mais nan tout va bien, j'écoute pas làlàlà, mais TA GUEULE JE TE DIS QUE JE T'ECOUTE PAS. 

Puis un jour j'ai lâché prise et j'ai discuté avec lui. Oui, Juge intérieur, tu es puissant, tu es vraiment puissant, je te révère blablabla. Maintenant dis-moi ce que tu me veux, maintenant dis-moi ce que ça t'apporte de me dire en boucle : tes parents t'ont pourrie, tes amies ne t'aiment pas, tu ne trouveras personne qui t'aimera, tout le monde va t'abandonner, parce que tu es trop nulle et tu es encore plus nulle de me croire et en plus tu détruis tout et etc. Dis-moi ce que ça t'apporte. Me pourrir la vie ? Ok. T'es un peu maso quand même, parce que le corps que t'habites tu l'habites autant que moi, et si tu parviens à le pousser jusqu'au suicide tu vas mourir comme moi, tu le sais ça ? En fait, t'es pas crédible.

Le jour où je me suis rendu compte qu'il était vraiment con, ce Juge intérieur, vraiment vraiment très con. Et j'ai ri. J'ai hurlé de rire. Pour la première fois depuis bientôt 30 ans, j'ai ri de moi, sans penser à mal, juste du ridicule de la situation : vivre avec un truc qui te pousse à la mort mais si tu meurs il meurt aussi, parce qu'il fait partie de toi, parce qu'il est toi. C'était tellement drôle que j'ai hurlé de rire pendant des jours et des jours. Et en même temps j'ai pleuré parce qu'il continuait de m'insulter et elles font vraiment très mal ses insultes. Mais bizarrement, il était moins fort. Je crois qu'il ne se sentait pas très bien que je rigole de lui. Il est un peu fragile, en fait, ce Juge intérieur, il va falloir que je le dorlote un peu, prenne un peu soin de lui. Après tout, il est là depuis bientôt 30 ans, lui aussi, quelque part c'est un peu un ami, un ami quelque peu coagulant, vachement collant quand même et assez anxiogène mais bon, c'est difficile de se séparer de lui.

Depuis je vis un peu dans un délire hare krishna, comme dit l'une de mes amies. Tous les matins je médite, je fais du yoga, et pas n'importe lequel kundalini tu vois. Et puis les pierres. Ya des pierres partout chez moi. Du quartz rose pour emplir d'amour, de la lépidolite pour soigner la dépendance affective, de l'oeil-de-tigre pour protéger des ondes négatives. Et puis l'encens, bon sang l'encens. Mon bouiboui de 15m2 au cœur de Boboland ressemble à s'y méprendre à une boutique enfumée, pleine de trucs pour ouvrir ton chakra ajna. 

Tous les matins mon chat vient méditer avec moi. Je crois que ça lui fait du bien. Elle se pose à côté, elle ronronne et elle écoute mes pensées flotter. Ca fait 8 ans qu'on se supporte, elle et moi. On en a vécu, des choses. Des fois je pleure à la pensée qu'un jour elle ne sera plus là. Mais c'est comme ça. L'impermanence des êtres et des choses. En attendant, elle est là. Et l'on s'aime de façon inconditionnelle. Au moins, ça, je l'ai réussi : cohabiter avec un autre être, pendant longtemps, sans l'empoisonner, et prendre soin de lui. Maintenant il est temps, il est temps de faire la même chose, mais pour moi. Je crois que c'est en bonne voie. 

  • Un très beau texte, il en faut du courage pour plonger dans son propre enfer personnel

    · Il y a 4 mois ·
    Journalintimebon

    damephoenix

    • Merci. Étape douloureuse certes mais nécessaire.

      · Il y a 4 mois ·
      15823671 349713518746777 4083102009993322557 n

      Alyce Tintilier

  • Un texte émouvant. Je pense en fait que c'est ton chat qui t'accompagne et non l'inverse. C'est lui qui prend soin de toi et te surveille en te laissant croire que c'est toi :o) Sont trop forts !

    · Il y a 4 mois ·
    Menu tete1

    daniel-m

    • Oui c'est ce qu'elle me dit tous les soirs ;)

      · Il y a 4 mois ·
      15823671 349713518746777 4083102009993322557 n

      Alyce Tintilier

  • ...et au moins demoiselle chat entend tout, ne juge pas, vous écoute avec amour...et c'est bien !
    Bon texte.

    · Il y a 4 mois ·
    Louve blanche

    Louve

    • Merci. Oui, je crois que quelque part c'est ma meilleure amie. Les animaux sont parfois beaucoup plus précieux que les êtres humains.

      · Il y a 4 mois ·
      15823671 349713518746777 4083102009993322557 n

      Alyce Tintilier

  • Bouleversant de se regarder comme ça dans l'abîme, de rire de soi et de ce désir morbide qui voudrait qu'on se détruise encore plus vite quand tout va mal. Bien sûr, il y a le passé qu'on traîne péniblement, comme une ancre métallique, mais il y a aussi l’écrasement des immenses métropoles. Vous êtes en effet sur la bonne voie. Bon courage !

    · Il y a 4 mois ·
    3835 1154541268121 6208533 n

    Julien Darowski

  • treu bien
    bonjour vous

    · Il y a 4 mois ·
    Default user

    Hi Wen

Signaler ce texte