Mes nuits

yunahreb

Mes draps sont mes remparts. Ce soir, mon regard guette mon prochain départ pour le pays de mes hasards noirs. Quelle nuit m'accueillera? Une nuit de rêves ou de cauchemars? Chaque soir, je me demande si je me réveillerai le coeur rompu ou diamanté à un autre soleil, un nouveau matin blafard... Cette nuit sera ma morsure, mon repos de lumière: seule, l'obscurité pour bagage. Je vais pouvoir toucher mes splendeurs avant mon prochain naufrage, ce naufrage qui délimite le passage funeste et merveilleux de la veille au sommeil.

Allongée dans ce lit, charpenté et surplombé par un dais de lumières rouges, je me laisse doucement traîner dans la douceur des tissus qui recouvre mon corps dévêtu. De nouvelles odeurs, de nouvelles lumières me griffent les yeux et narines. C'est l'engourdissement qu'on appelle sommeil je suppose... Hanté, mon corps est comme une écorce fleurie par les regards de cette belle dame, celle-là même qu'on nomme Nuit. J'ai soudain mal de l'odeur des morsures d'antan, et crucifiée au pays du désespoir, j'attends qu'elle me prenne et me rende indemne au prochain soleil. Mes matins de porcelaine se sont perdus, abandonnés par mes vivants.

Je reste courbée à mes souvenirs et me réveille le lendemain les mains crispées par une nuit tendrement passée, mais bouleversée par ce vertige. Madame, pourquoi ce vertige chaque nuit? Un sourire et une larme de me réveiller enfin chaque matin...

Report this text