MEURTRE MYSTERIEUX À MANHATTAN Préméditation

lucinda-n-whackblight

Il envisageait depuis quelques semaines déjà de quitter Manhattan afin d’explorer de nouveaux territoires. Alors, une dernière pour la route...

Adam croisa le ravissant regard d’Eve lorsqu’elle entra dans l’East Village Cheese sur la 3e Avenue et il sut sans le moindre scrupule qu’elle ferait l’affaire. Il lui était tout aussi facile de deviner qu’elle s’intéressait d’une manière ou d’une autre à l’art, un immense sac d’artiste rose bonbon à bandoulière était accroché à son épaule gauche.
Le vendeur en blouse blanche et gants de latex bleu afficha un air ébahi.
- Bonjour, on m’a dit que vous aviez du Reblochon ! clama Eve en fronçant son si joli nez. Vous ne devriez pas obturer votre vitrine, comme vous le faites, avec toutes ces affiches griffonnées à la main...
Elle jeta un regard circulaire sur les rayons réfrigérés et fronça de nouveau le nez qu’elle avait légèrement busqué.
Adam supposa que la jeune femme n’avait pas vraiment l’habitude de consommer du fromage et du reblochon en particulier. Il fréquentait ce fromager depuis bientôt trois ans et savait que ce type de produit n’avait aucune chance de finir sur l’étal du marchand. Un fromage à pâte molle et un fromage fermenté de surcroît était persona non grata sur le sol américain. Au pire, il aurait fallu le commander un à deux mois à l’avance. Le vendeur finit par lui servir le brie, le gorgonzola et le parmesan qu’il souhaitait. Adam se dirigeait vers la caisse pour régler ses achats puis se ravisa pour revenir sur ses pas.
- We trust in Tartiflette.
- Pardon ?
La jeune femme sembla effarouchée par son intervention hasardeuse. Elle s’était résignée à attendre son tour dans la file de clients qui patientaient. Le mercredi soir, ils étaient de nombreux habitués à profiter des arrivages du jour.
- En Haute-Savoie, nous avons une spécialité que nous appelons la tartiflette.
- Ah ?...
- C’est à base de pomme de terre.
- Ah ?...
- Et de reblochon fermier ou fruitier.
- Vous êtes français ?
- Oui, et savoyard.
- Ah ?...
- Excusez-moi de vous avoir importunée.
Et il fit mine de tourner les talons. Il ne comptait pas de toute façon l’hameçonner d’une manière aussi cavalière, surtout avec tous ces témoins alentour. Mais il envisageait depuis quelques semaines déjà de quitter Manhattan afin d’explorer de nouveaux territoires. Alors, une dernière pour la route et correspondant remarquablement au profil de ce qu’il recherchait, cela ne pouvait pas mieux tomber, se disait-il.
- Parce qu’il y a deux variétés de reblochon ?
Il exultait. Elle se montrait attentive. Toute la quintessence de l’humanité contenue dans ce trait de personnalité si féminin.
- Oui, en effet et plusieurs affinages qui vous donneront un merveilleux fromage à pâte pressée, la tome… Mais ils pourront bien mieux que moi vous renseigner. Je pensais seulement faire un peu d’humour. Pardonnez-moi.
Eve aurait dû trouver suspect l’empressement de son interlocuteur à s’excuser à tout bout de champ. Mais n’étions-nous pas dans une fromagerie ? Que pouvait-il survenir de dangereux parmi des édams, des goudas ou des cheddars ? pensa-t-elle.
- I trust in Tartiflette.
- Alors, je vous communiquerais la recette de ma mère, revue et corrigée par mes soins, si vous ne craignez pas de vous attaquer à la bonne vieille cuisine du terroir ? Mais à vos risques et périls !
Et Adam montra son propre nez tout en inspirant plus fort.
- C’est bien la première fois que l’on me met en garde contre la gastronomie française !
    Ce soir, il officierait pour la dernière fois à Manhattan pour une ultime leçon de cuisine à domicile. Ce soir, une nouvelle bouche pourrait éprouver avec lui un ravissement ineffable selon d’audacieuses techniques culinaires qu’il avait su peaufiner au cours des années.
    - Je m’appelle Adam Frenzy, il me reste deux ou trois reblochons à la maison. Si vous avez deux heures vingt-cinq à consacrer à votre première tartiflette ? Vous pourrez inviter vos amis à savourer une véritable spécialité A.O.C. pour dix-neuf heures trente tapante !
    La flamboyante Eve soutint le regard sévère d’Adam. Elle ne s’était pas encore présentée, de peur de trahir malgré elle la muse du « hasard qui faisait si bien les choses. »
    - Eve Bates. Non, par Melpomène ! Ils ne sont conviés que demain soir à ma pendaison de crémaillère.
    Adam lui tendit la main. Une poignée franche et brève s’en suivit. Eve admit l’idée que rien d’irrémédiable ne se tramait à cet instant. N’étions-nous pas chez un marchand de fromage au milieu d’une file d’attente ?    
    - Frenzy, Adam Frenzy pour vous servir. Il est bientôt dix-sept heures, Eve. Il nous reste une heure pour faire quelques achats indispensables au Farmer Market d’Union Square. Vous n’aurez plus qu’à réchauffer les plats avant de passer à table. Eve, permettez-moi une question indiscrète. Connaissez-vous le snuff cooking ?

Report this text