Mise aux poings

Hervé Lénervé

Je rentrais péteux et en piteux état chez moi.

J'essayais de passer le sas du couloir sans me faire remarquer, c'était sans compter sur la perspicacité de ma femme.

-         Oh, mon dieu ! Tu as eu un accident de la route ?

-         Non, non, c'est rien !

-         Tu plaisantes ou quoi ? Tu es couvert de sang.

-         Une égratignure !

-         Ta chemise est foutue.

-         M'en fous, je n'l'aimais pas !

-         Merci, pour mon cadeau d'anniversaire. Viens ici je vais te nettoyer, pendant que tu me racontes.

-         Il n'y a pas grand-chose à raconter, je me suis fait agresser comme des milliers de gens un peu partout dans le Monde.

-         Mais nous ne sommes pas dans un pays en guerre, on dirait qu'un char d'assaut s'est essuyé les chenilles sur ton dos.

-         Tu exagères toujours.

-         Si peu, ils étaient combien pour te mettre dans un tel état ?

C'est là, que mon honneur et ma fierté réclamaient un pieu mensonge.

-         Une bande restreinte, ça été très vite, je n'ai pas compté, ils étaient au moins un, sûr !

Je suis trop honnête.

-         Il faut prévenir la police.

-         C'est déjà fait, elle était sur place.

-         Et ils ont arrêté le forcené ?

-         Non ! Ils m'ont laissé repartir, fairplay les flics !

-         Ne me dis pas que tu t'es encore battu avec des policiers ?

-         Non, un seul.

-         Il devait être drôlement costaud, l'animal de policeman ?

-         Pas tant que ça, elle était toute fluette.

-         Oh, non ! De mieux en mieux, tu t'es battu avec une femme maintenant.

-         C'est ce que je lui ai dit, « vous n'avez pas honte de frapper un pauvre homme sans défense ! » Après qu'elle m'eut désarmé.

-         Tu étais armé ?

-         C'était pour plaisanter, juste ma machette de poche. Je voulais lui montrer comment on plumait la volaille de par chez nous. Je ne pouvais pas savoir qu'elle était ceinture noire de karaoké. Elle m'a fait le criquitu en Mi Majeur.

Drôlement souple la fliquette, une belle chute de reins, me disais-je en chutant de rien.

-         J'espère que tu ne vas pas être poursuivi.

-         Penses-tu, aucun risque, j'ai couru en zigzague, elle ne vaut rien à la fuite, la championne. Ils ne pourront jamais remonter jusqu'à moi - Dring ! – Tiens, ça sonne ! Qui cela peut-il bien être pour venir faire chier les braves gens,  nuitamment à cette heure tardive ?

-         Laisse, je vais voir, je ne veux pas que tu effraies les voisins.

-         Bonsoir, madame, Police National, nous voudrions parler à monsieur Lénervé.

Chéri, je ne reçois pas ce soir ! Qu'il repasse demain, je serai au Canada.

Report this text