Edgar Allan Popol

  • Author
Biography

Je vis seul. Il m'arrive de partir me balader en forêt, pieds nus. Je ne me baisse même pas pour ramasser un cèpe, des fraises des bois. La solitude m'y a amené, elle serait vexée si je la trompais en savourant une friandise.

Ce jour-là, un gros coup de blues m'avait poussé vers la sortie. L'orage menaçait, au loin. Je suis parti sur un chemin de randonnée parce que je savais les marcheurs incapables d'affronter la foudre. Il était là, bien campé sur ses pattes, au centre de la clairière. Je m'y rendais pour m'abreuver au ruisseau. Il avait soif, lui aussi. Je me suis approché, sans la moindre peur, aveuglé par la beauté du regard de l'animal qui me toisait. J'avais été surpris par l'immobilité de sa queue.

Un coup de tonnerre et il se retourne. Je suis à deux pas de l'eau chantante dont le refrain rivalisait, tout à l'heure, avec les oiseaux. Le silence est pesant, maintenant, et seuls quelques déchirures, dans le ciel, parviennent à l'ébranler. Je me suis baissé, une fois mes pieds calés entre deux cailloux couronnés de vase. J'ai tourné le dos à celui en qui je n'avais qu'une relative confiance. Je me suis relevé et je suis retourné sur le chemin. Il me tardait de rentrer... à cause de la grosse averse qui se préparait et dont les premières gouttes jouaient déjà du piano sur les feuilles.

Le loup m'a suivi jusqu'à la maison. Il était encore là quand j'ai ouvert la porte.

"Non, l'ami, n'entre pas ! Si quelqu'un t'aperçoit, tu seras sa cible, et je n'ai pas envie d'aller en prison parce que j'aurai tué pour toi."

4 texts

Edgar Allan Popol
Send a message