Nuit paradis

damien_p

"Dansez, dansez, sinon nous sommes perdus" - Pina Bausch

On dansait comme des fous, comme des animaux. On était en transe, dehors c'était l'hiver, il faisait froid. Dans cette centrale électrique abandonnée, c'était un peuple primitif qui célébrait la vie. Les basses appuyaient les hanches, les peaux transpirantes vibraient sur les aigus, les coeurs battaient au rythme saccadé de la techno minimale. Cette nuit était éternelle et ces corps qui s'exécutaient dans un ballet désordonné l'étaient aussi. On se tournait tous vers un même guide, qui domptait tout un peuple une table au bout des doigts. On souriait beaucoup, une bouteille de bière remplie d'eau fraîche à la main. On s'alignait comme dans un amphithéatre pour écouter les Jacob, les Abraham et les Josué de ce temps. Tandis qu'on débutait une longue prière d'éternité, une amie surgissait de l'ombre pour glisser des glaçons dans les t-shirts par surprise pour refroidir les corps. On revenait à la réalité. On frappait des pieds sur un sol inébranlable, on secouait la tête pour voir plus loin, on n'avait de regard pour rien. La foule, la musique, l'eau, la danse, les sourires, la nuit, tout était plénitude.

Dans les toilettes, on rompait à nouveau du cachet.

On dansait comme des fous, comme des animaux. On était en transe, dehors c'était l'hiver et il faisait froid.

Report this text