OTOHIME

Vincent Vigneron

Inspiration musicale au Japon

Ils ont grandi au pied des volcans d'Auvergne. C'est un monument naturel qui a connu un certain prestige lors d'une ère géologique antérieure. Le prestige demeure mais l'activité n'est plus. Ils aiment bien cette idée de la majesté grand siècle assoupie dans le panorama.

Leur musique n'a pas connu le prestige mais ils sont en activité depuis leur adolescence. Trois frères, une sœur. Ils ont développé une country industrielle, un son atypique, ils font dans la playlist de niche. La nature sauvage, le travail de la terre, les bals de village alimentent leur écriture. Le feulement d'un car scolaire au loin, pris dans le sous-régime au passage d'un col, les mâchures métalliques d'une scierie tissent l'arrière-plan sonore de leurs morceaux.

Les ''Nashville Incident'' sont comme ça, ils aiment les samples venus de derrière l'église. Ils adressent une ode au coq enroué.

Leur vacance au Japon leur permet de faire un saut chez Seppuku Records, une maison de disques spécialisée dans le death metal. Pas vraiment leur tasse de thé vert jasmin mais les contacts, même à glaner sur une terre étrangère, dans une culture autre, sont les bienvenus. La standardiste leur laisse espérer un rendez-vous dans la matinée. Les mains sont moites sur le bristol de la maquette.

Melissa, la batteuse et sœur cadette des NashInc, part aux toilettes. Une seule cabine, occupée. Une collégienne s'abrite du soleil des néons derrière une ombrelle déployée. C'est le picto des ''Lady Bathroom''. Mel prend une photo avec son BlackPhone 3,5G. Une appli dédiée convertit les vignettes en visuel d'album; elle en accumule une bonne centaine. « Tout fait farine dans mes toilettes » se dit-elle.

À ce moment précis, fondateur, éponyme, cristallin, irréfutable, la cataracte d'une chasse d'eau saupoudre la pièce, parfume le goutte-à-goutte du robinet. Une chasse d'eau virtuelle. Fabriquée par Otohime pour les femmes gênées par les bruits inopportuns. Mel débusque le grain du fake mais surtout elle perçoit la richesse harmonique, sensible dans la boucle du fracas, le rebond sur la cuvette fantôme qui nimbe l'auditeur d'un voile hypnotique. Elle enregistre. Elle retravaillera le sample sur son Fluxus Sound Assist afin de rendre la texture country d'une chute d'eau auvergnate.

Dans la salle d'attente sa fratrie attend. Un de ses frères, le leader, vapote. Mel lui annonce la sortie anticipée d'Otohime.

Dans les bacs à Clermont-Ferrand fin mai, à Tokyo dans la foulée.

Report this text