Où l'on ne l'attend pas...

hlarvee

Dans l'esprit d'un poète différentes choses passent. Lorsqu'il nous perd dans son rêve on ne sait pas où il va nous mener. Lui non plus...

1ère image : Dans le jardins des plantes (Paris) devant une cage. Un homme, plutôt grand, avec des lunettes, regarde un perroquet bariolé. On le devine rêveur et peu sur de lui. Il a un carnet à la main. Sous titre : « Thomas se sait mauvais poète, trop peu de mots, trop peu de lettres. Il rêve en catimini, ne dit rien à ses amis, comment il passe ses après midi. Il compose, vous avez deviné, de la poésie. "J'ai un ami poète / il aime les bêtes. / Et parmi celles ci ; / trouve le perroquet joli. ""


2ème image : Le perroquet au premier plan, Thomas paraît derrière la grille, les rôles semblent inversés. Thomas a dans sa bouche le crayon. Il est pensif. « Comme il est agile / de ses pattes mobiles. Quelle prestance, /quelle flamboyance, / et son bec quelle puissance ! »


3ème image : Un cadenas ouvert sur la grille; La porte aussi.  L'oiseau s'envole devant Thomas. Sous titre : «Un enfant  découvrant le cadenas. Et, par candeur, l'ouvra. Libérant l'oiseau qui s'envola.»


4ème image : Thomas sort du Parc en courant, l'oiseau vole juste devant, Avec lui court un enfant. Sous titre : « Thomas rit et court, poursuit le volatile ! Il rit, on croit fou ce personnage volubile  qui cri! »


6ème image : Thomas arrive sur le boulevard, circulation dense.Il ne sait plus si il rêve ou si il en poursuit un. Le perroquet devant lui parait si proche. Sous titre : « Thomas ne réfléchit plus, dans son rêve il est perdu  ! »


7ème image : Thomas monte précipitamment dans la première voiture (nouvelle twingo) qui passe  sous titre : « Thomas s'engouffre dans la voiture. S'adresse au conducteur : « Suivez cet oiseau ! »


8ème image : Dans un parc, la twingo est garée au premier plan. Le perroquet posé sur le toit. (harmonie de couleur entre le perroquet et la twingo)A l'arrière plan, des enfants jouent, Thomas est assis sur le banc accompagné du conducteur et de la mère de l'enfant. On les devine complice. Sous titre : «Souvent, le rêve se pose où on ne l'attends pas »


Report this text