pauvre taureau

tendresse

Le blog de L214

Pauvre Taureau

Par L214, 16 mai 2011 :: Général :: #212 :: rss

Poème occitan anticorrida de Edoard Lamorèra (felibre d’Espèrça),
écrit le 16 juillet 1899.

Traduction française par l'auteur
Adaptation Olivier Mantel Flahault

Lire la version originale en Occitan

Aux femmes de Toulouse.

Noir comme du jais, œil luisant, poil soyeux, les naseaux ouverts,
les cornes en mouvement, il pénétra, leste comme un éclair, parmi
les matadors, resplendissants, de la tête aux pieds, des plus vives
couleurs.
En s’arrêtant soudain, agitant la queue il secoua la tête en
regardant les spectateurs, puis il poussa un beuglement furieux et
sec qui figea mon sang et fit trembler les airs.

« Où suis-je ? que me veut-on ? semblait dire le taureau. Je suis
né pour labourer, vivre au milieu des champs, et me voici enfermé,
seul, pour crèche l’aiguillon, le matador pour bouvier ! »

Deux vieux chevaux, les yeux bandés, le dos orné d’un pesant
picador, attendent, rapetissés, dans le cylindrique abattoir, que le
taureau les éventre, hélas

Piqué par l’un, par l’autre excité, le taureau, étonné, bondit de
tout côté, cependant que le cheval noir, vingt fois blessé, dans un
hennissement mortel fait ses adieux à son frère.

L’œil fermé pour toujours et le ventre grand ouvert de son museau,
badigeonné d’urine et de crotte, il semble lécher le sang qui a coulé
de son corps !

Et tu viens regarder cela, Toi ! femme de Toulouse !...

Le cheval rouant, boitant trainant la selle, laisse le taureau seul,
contre les mantelets et les capes, s’entamer les hanches et les épaules
aux piques, en beuglant de douleur, les cervelles à l’envers.

Il est mouillé de sueur, de sang, et cependant il fait fuir ses
bourreaux, avec lui venus d’Espagne ; un seul, chamarré d’or, qui
ne veut point reculer, est saisi par l’abdomen et secoué sans flegme.

Il tombe tel quel... et l’on applaudit
Le taureau lève la tête et agite la queue: pourquoi tout ce bruit, se
demande la pauvre bête ? Tu n’y comprends rien ? moi non plus
fichtre !
Chut ! on sonne à mort ! le taureau est épuisé ; vous fourreriez
une gourde au fond de ses naseaux ; il souffle comme un tuyau de
fontaine embarrassé et secoue les harpons en écoutant le clairon.

Le matador, beau comme un roi de carton ; taquine sans pitié,
puis saigne le ruminant, qui pirouette un instant en beuglant de
douleur, puis se débat sanglant, les quatre fers en l’air.

L’œil fermé pour toujours et le garrot ouvert, de son mufle,
badigeonné d’urine et de bouse, il lèche, aussi, le sang qui a coulé
de son corps !

Et tu peux regarder cela, Toi ! femme de Toulouse !...

  • Si vous avez le coeur aux animaux, allez sur le site de l'association L 214, qui défend avec ardeur les animaux (de ferme et autres). Le site est très éclairant. Je me permet Tendresse, de passer par ce commentaire à votre texte pour faire connaître cette belle association... Chuis un peu cavalier?! Merci!

    · Ago over 6 years ·
    Oiseau... 300

    astrov

  • Merci Astrov pour vos très gentils commentaires. Depuis le nouveau WLW je ne viens plus guère sur le site mais je vais me débrouiller (j'espère) pour lire vos écrits car j'aime aussi le théâtre et bravo pour votre défense des animaux 'qu'on appelle injustement les bêtes' (Claude Darget)

    · Ago over 6 years ·
    Default user

    tendresse

  • Je suis adhérent et abonné à L214, qui fait une merveilleuse action pour défendre les animaux! Aidons les, en cette période de grosse bouffe foie gras et dinde!

    · Ago over 6 years ·
    Oiseau... 300

    astrov

  • Un magnifique plaidoyer anti-corrida, écrit déjà fin XIXe siècle! La lutte anti-corrida et anti chasses doit continuer. Je crois qu'une province d'Espagne, province frondeuse et décidée, a INTERDIT la corrida sur son territoire. Laquelle, je n'arrive plus à savoir. Si vous trouvez... On lui crie BRAVO!!! Merci de nous faire connaître ce terrible poème!

    · Ago over 6 years ·
    Oiseau... 300

    astrov

  • la cruauté de l'homme n'a aucune limite. C'est saisissant et dur comme la corrida que j'ai toujours refusé d'aller voir. Merci ça remue !

    · Ago over 8 years ·
    Effet2

    mirellehdb

  • Déjà en 1899, un texte contre la corrida, et Edoard Lamorèra, s'est mis par moment dans la tête du taureau, comme moi dans mon texte "Moi et Lui". Merci tendresse pour ton commentaire, qui me touche beaucoup. Je t'embrasse.

    · Ago over 8 years ·
    Moi

    Yvette Dujardin

Report this text