PHARE DE L’ERRANCE

Apolline

Vol plané au sein d'une existence

Deux Airs, Deux Ressemblances

J'ai erré longtemps tellement longtemps

Bien accompagnée, si mal aimée et tant

Qu'à me plaire, être digne dans ma demeure

Digne face à l'indigne pour que tout se meurt

Vous avoir aimés tel que vous étiez

Pendant que vous me possédiez

Le Pouvoir sur l'autre ne se prend pas

L'Amour c'est tout sauf la mauvaise foi

« Tu m'as tout donné » …  « tu m'as tout repris »

Voici un refrain averti de fenêtre que je saisis.

 

Petit matin hivernal, le soleil se profile

S'inscrire debout tendue sur son fil

Veiller pour ces gens qui ont froid

Là isolées dans les rues et le désarroi

Me confonds avec eux, glacée jusqu'aux yeux

Folle nuit d'eRRance si longue dans les aveux

La voilà au phare de la délivrance

Entre bain de jouvence et décadence

S'oublier longtemps, tellement longtemps  

Mal accompagné, mes bien aimés d'antan

Sous l'enfer, être digne dans ma demeure

Digne face à l'indigne pour que tout se meurt.

Report this text