Pompes à sec.

Hervé Lénervé

Je n’ai pas d’idée, aujourd’hui ! Je suis en panne sèche. Cela me fait penser que je n’ai plus d’essence, non plus et que les pompes sont bloquées par les agriculteurs en colère.

J'essaie avec ma petite voiture, une Smart jetable, de resquiller dans la file d'attente, la queue, quoi ! Un agriculteur qui ne décolère pas se dirige vers moi.

Pour désamorcer, je lui fais mon plus beau sourire, celui naïf, qui me fait ressembler à un parfait idiot.

-         J'aurais voulu un peu de jus !

-         Vous savez monsieur,  pourquoi nous bloquons les pompes ?

-         Bien sûr ! Pour avoir de l'essence bio. Je vous soutiens de tout cœur, mais il me faudrait un peu de gasoil.

-         Le gasoil ça pollue, de plus, toutes les Smarts marchent à l'essence.

-         Merde ! C'est pour ça qu'elle roule si mal, alors !

-         C'est possible, normalement elle ne devrait même pas rouler.

-         C'est moi qui me suis fait rouler. Ils m'avaient dit qu'on pouvait mettre ce que l'on voulait comme carburant.

-         Et vous avez choisi du gasoil ?

-         Ça dépend, je vais à la première pompe libre, la dernière fois j'ai mis de la bière.

-         Et ça a marché ?

-         Non ! j'ai dû siphonner le réservoir et attendre dix heures que les flics m'autorisent à repartir.

-         Vous connaissez le désastre de l'huile de palme.

-         Evidement ! Comment peut-on espérer obtenir un produit propre en fondant les palmes des hommes-grenouilles qui sont également en colère d'être dépalmés.

-         Je crains, monsieur, que vous ayez mal compris le problème. Voulez-vous que je vous l'explique ?

-         Avec plaisir, mais vous savez on me l'a déjà expliqué plusieurs fois et je n'ai rien compris à chaque fois.

-         Ça ne m'étonne pas !

-         C'est assez compliqué en effet.

-         Pas du tout, c'est très simple, il faut chercher une autre raison.

-         Ah, je ne vois pas !

-         Ca ne m'étonne pas !

-         Décidemment, vous n'êtes pas homme à vous étonner facilement.

-         Il y a pourtant une chose qui m'étonne encore ici-bas, c'est la connerie massive que vous trimbalez. Ça oui ! Ça m'étonne comment peut-on être aussi con ? Vous le faites exprès, ma parole ?

A ma connaissance, non ! C'est de naissance !

Signaler ce texte