Pourquoi les chiens se reniflent-ils le trou de balle?

Véronique Maitressfemme

Chers amis

Voila quelques jours que le mercure de mon thermomètre fait du yoyo.

Et va qu'il se promène entre 39° et 40° et s'amuse à chauffer à blanc les quelques neurones qui me restent en état de marche.

Remarquez cela a du bon : grâce à ce survoltage mental, je crois avoir réussi à résoudre une des plus grandes énigmes de notre temps.

The big one ! Croyez-moi.

Ce n'a pas été chose facile. Il m'en a fallu des heures et des heures de travail et de réflexion. De jour comme de nuit. De quoi me faire éclater la calebasse comme un marron sur le feu.

Eureka ! J'ai trouvé. Mon nom restera gravé dans les annales (voire les anales en l'occurrence) de l'Histoire.

Je pose le problème :

 

Pourquoi, les chiens se reniflent-ils le trou de balle sitôt qu'ils se rencontrent ?

 

That is the question, my dear !

 

Ne faites pas les étonnés. Tout le monde s'interroge depuis des siècles à ce sujet.

Ne me dites pas le contraire

Et bien voila, la réponse à cette question existentielle vient de tomber. Jean suis la découvreuse et jeunant suis pas peu fière.

 

Il y a très longtemps, dans des temps enchiens alors que nos ancêtres sautaient encore de branche en branche et se niquaient les uns les autres comme des bonobos, il y a eu une période où régnait le monde canin : Etymologiquement les fameux « temps enchiens », que notre ignorance a traduit en « temps anciens ».

Heureusement je suis la pour corriger cette erreur grossière !

Pas de quoi non plus devenir cabot pour autant (Lara).

Il y en avait partout (tout): des gros, des minces, des grands avec des dents comme ma cuisse, des petits boudins avec des pattes Louis XV, des frisés, des à poils durs, des à poils longs (chiens chilas), des gentils, des chasseurs (chien de fusil), des vieux (chiens de garde) ou des jeunes chiots qui font partout (d'où le mot chiottes, I présum), etc.

 

Certains ont eu des descendants célèbres. A titre d'exemples :

Joe (coker): à la voix rauque et à la « rock and roll attitude »

Ou bien Shirley (basset) qui jappait si mélodieusement malgré sa petite taille

Sans oublier le sud africain Desmond, toutou à poil noir frisé, qui lutta courageusement pour la libération du chenil de Soweto.

 

……………

Ooooh ! Pardon ! Je vous laisse un instant.

Un chameau vient de sauter dans la piscine.

Il ne s'emmerde pas l'animal !

V'la t-y pas qu'il fait la planche maintenant ;

Pour se déstresser je suppose.

C'est vrai que d'avoir  deux boss sur le dos toute la journée, ça doit porter sur les nerfs !!!!!

Le mois dernier c'étaient des nuages de haute altitude qui nous amenaient de fines traces de sable du désert.

Normal que maintenant les chameaux suivent.

Encore un effet pervers du réchauffement climatique !

Il y a des années comme ça.

Il y a eu l'année des méduses.

Il y a deux ans c'était celle des hannetons.

L'an dernier des milliards de moustiques.

Cette année, je vous l'annonce, sera celle des chameaux.

Pas étonnant qu'il y ait des milliers d'émigrants qui arrivent par bateaux depuis la Libye.

En fait, ce sont les chameliers qui viennent récupérer leurs troupeaux.

Bon ! J'arrête de le regarder.

Il fait son intéressant en attaquant un crawl à présent.

Revenons donc à nos temps enchiens

…………

 

Inutile de vous préciser qu'avec tous ces clébards qui pondaient tous les dix mètres des trucs infâmes, ils ne savaient plus où marcher tant le sol était jonché de crottes.

C'était aussi très dangereux pour ceux qui s'occupaient du transport. (Chiens de traineau)

Déjà que de nos jours les trottoirs se transforment en crottoirs, je vous laisse imaginer ce que cela devait être à l'époque.

Bref ! A force d'à force, même eux finirent par craquer.

On eut beau multiplier les rondes de chiens policiers, rien n'HIFI.

Enfin, un brillant acadamichien interpella leurs sommités scientifiques (chiens savants) et les somma de résoudre ce délicat problème d'hygiène publique.

Un imminent chirurchien, associé à un électronichien bricoleur, trouvèrent la solution.

Ils inventèrent le trou de balle amovible.

Une simple opération et vous vous retrouvez avec une rondelle clipsable.

Une petite pression sur un bouton et voila le croupion qui se démonte. Pour le remettre en place, il suffit de s'asseoir dessus.

Quel progrès !!!

Une loi fut promulguée.

Toutes les rondelles furent réquisitionnées et consciencieusement conservées dans un casier nominatif.

Deux fois par jour, chaque propriétaire venait récupérer son bien avec obligation d'en faire usage, sous haute surveillance, dans un lieu approprié.

Le problème semblait définitivement réglé jusqu'au jour où les employés de cette administration firent grève.

 

……………

Re pardon !! Je dois faire une nouvelle pause.

Il y a un jet de vapeur bleue qui me sort des narines.

(Du bleu narine en quelque sorte !)

Ça fait de la buée sur l'écran

J'y vois plus rien.

Autant aller à la cuisine pour y faire cuire des légumes à la vapeur.

Je reviens dans quelques minutes.

……………………..

 

Coucou me revoilou !

C'est la que je vais aborder le moment le plus délicat de mon récit.

Parler de transit et de tous nos petits problèmes de tuyauterie sont des sujets tabous.

Et pourtant, Dieu sait si c'est important.

Tant pis je me lance (l'eau du Lac)

Nous autres humains par exemple :

Sitôt levés, nous commençons une première escale aux toilettes, « vidanger l'eau des poissons » comme dit le poète.

Puis après un petit déjeuner, re-escale « aux cagoinces », cette fois pour presser nos tripes comme un tube dentifrice (l'image est osée, j'en conviens, mais Ô combien évocatrice !).

Un vrai rituel, très efficace lorsque tout le processus est bien huilé (si j'ose dire)

Un petit coup d'œil discret du connaisseur au fond de la cuvette pour se rassurer (Sissi tout le monde le fait) et hop un coup de chasse d'eau.

Le bronze était bien moulé

Voila une belle journée qui commence.

 

Mais lorsque la machine s'enraye, c'est une toute autre chanson.

Que cette tentative reste improductive et nous voila aussitôt inquiet. On y retourne quelques minutes plus tard plein d'espoir.

Haut les cœurs !!

Mais rien de rien ! Pas le moindre plouf

Alors la tension monte d'un cran.

On s'applique.

Tel Roland soufflant dans son cor à Roncevaux, on est près à se faire péter les veines jugulaires à forcer comme des brutes.

Devant un nouvel échec, on finit par se résigner, remettant à plus tard ce combat singulier.

Mais on va y penser toute la matinée et sitôt l'heure du déjeuner arrivé on se précipitera sur les épinards, les asperges on n'importe quoi d'autre susceptible de débloquer la situation.

Si le lendemain le même schéma se réalise un commencement de panique s'installe.

Le pillage de la pharmacie s'organise.

Quant au troisième jour c'est carrément le tocsin que l'on est près à sonner.

On envisage l'hospitalisation, l'éventualité d'une césarienne ou n'importe quelle potion magique qui nous ouvrira enfin les voies de la libération.

A ce stade, on doit bien se l'avouer, les voies du seigneur sont impénétrables

Personne n'y échappe.

C'est une loi de la nature.

 

Je ne vais pas non plus m'étendre trop longtemps dans la situation inverse qu'engendre la « tourista ».

Les chutes du Niagara, c'est du pipi de chat en comparaison :

gargouillements de tuyauterie percée, frémissements du ventre et frisson glaciale le long de la moelle épinière.

C'est aussi sans compter sur les vapeurs toxiques qui transformeront les lieux en zone sinistrée, hautement radio active, pour au moins un quart de siècle.

On est pris par l'urgence.

On ne s'éloigne jamais plus de dix mètres d'un lieu d'aisance et on vérifie plutôt deux fois qu'une que le stock de PQ est à la hauteur de nos exigences.

L'ensemble de nos neurones se focalise sur le sujet. Plus rien n'a d'importance.

On peut nous annoncer que notre banquier s'est barré avec toutes nos "éconocroques" ou que le Pape nous invite à visiter le Vatican, ON N'EN A RIEN A FOUTRE.

ON VEUT CH……

Point final

Notre humeur est massacrante, tant nos nerfs sont en pelotes.

Il y a intérêt à nous parler avec douceur.

Même médaillé d'or olympique de karaté ou de lutte gréco romaine nous sommes tous logés à la même enseigne devant une « castapiane » carabinée.

Maman bobo !!!

Prenez même le Capo di Tutti Capi. Un dur, un velu, un teigneux.

Enfermez-le dans une cellule après lui avoir soudé hermétiquement le pot d'échappement.

Après un régime intensif à base de cassoulet toulousain de deux ou trois jours, il vous avouera tous ses crimes et même être l'auteur de l'assassinat de la Mer Morte si vous insistez un peu.

Je vous le redis, personne n'y résiste

 

Alors imaginez maintenant ces pauvres cabots, privés de leur trou de balle et face à une grève (dite à la française) dont l'issue est par essence (plutôt  GPL dans ce cas) incertaine.

Après tout, ce ne sont que des bêtes !

 

Deux jours passent dans un calme relatif.

Puis, dès le troisième jour, la meute s'organise

Les canines s'aiguisent.

Les babines se soulèvent.

Les crocs se profilent.

L'assaut est imminent.

 

……………..

QZIIIIIIIk !

Ah la conne!

Une mouche s'est posée sur mon front.

Elle a cramé comme une merguez.

La fumée aurait du l'avertir.

C'est vrai quoi !

On n'atterrit, pas comme ça, sur un volcan en irruption….

Ou avec des extincteurs,

Ou mieux tiens !

En canadairs !!!!

Bien fait pour sa tronche.

Fallait pas m'interrompre !

……………………

 

L'assaut eut lieu.

Le drame se produisit à l'intérieur du bâtiment.

Un carnage !

Les mâchoires claquaient comme les castagnettes de danseuses de flamenco.

Des ventres perforés, se vidant brusquement de leur gaz si longtemps comprimé, propulsaient dans les airs les pauvres victimes, comme des ballons percés.

Un vrai feu d'artifice.

C'est de la qu'est venu le danger.

La poche de gaz ne cessait de grossir.

Souvenez-vous de vos cours de chimie.

H²S est hautement inflammable, voire même explosif.

Une seule étincelle à suffit.

BADABOUM

Tout a pété (c'est le cas de le dire)

Le drame, vous l'avez compris, c'est que tous les trous de balle (ceux qui n'avaient pas été détruits) se trouvèrent éparpillés aux quatre coins du pays.

La suite fut une cohue indescriptible.

Chacun se précipita sur la première rondelle trouvée.

Pas question de s'assurer de sa taille ou du nom du légitime propriétaire.

Non !

Ce fut une véritable razzia.

Un pillage de croupion.

 

Épilogue

La suite est facile à deviner maintenant que vous connaissez la véritable histoire des temps enchiens.

Même encore de nos jours chaque cabot est à la recherche de sa rondelle.

En reniflant celle de celui qu'il croise, il vérifie si par hasard, il ne retrouverait pas la sienne, perdue il y a si longtemps.

 

Voila l'énigme est résolue.

Vous pouvez constater l'éclat de mon excellente santé mentale et physique.

Je ne peux que souhaiter que la votre soit aussi bonne.

 

A bientôt mes amis

Je vous salue chaleureusement

Véronique

PS : j'espère que lorsque vous croiserez des chiens qui se reniflent vous repenserez, en souriant, à ma petite histoire.

  • Véronique, sauvez-moi !!! Au-delà des chiens qui se reniflent le trou de balle, j'ai une autre putain de question existentielle : pourquoi consomme-t-on du jus de tomate quand on prend l'avion ?

    · Ago over 1 year ·
    Cp

    petisaintleu

  • J'ai bien aimé ma belle amie, et j'apprécie la touche d'humour qui te sied à merveille, tu renifles le talent c'est certain :)

    · Ago almost 4 years ·
    Fb img 1499274464706

    Intrigante

    • Merci ma belle amie. Je suis ravie de te revoir sur ce site.
      Un bel endroit pour y poster tes écrits toujours aussi bien ciselés.
      A très bientôt
      Je t'embrasse tendrement

      · Ago almost 4 years ·
      Chaton

      Véronique Maitressfemme

    • oui je viens de reprendre goût à ce site, je l'ai désertée bien trop longtemps, je dois juste me remettre en selle et me souvenir du fonctionnement...merci pour ton accueil. Je vois que j'ai pas mal de lectures en retard, tu es toujours aussi douée, mais ça je le savais déjà, je t'embrasse

      · Ago almost 4 years ·
      Fb img 1499274464706

      Intrigante

    • Merci ma belle amie. Crois moi question "d'être douée" tu es au top.
      Ce qu'il y a de bien c'est qu'ici se centralisent tous tes écrits et tu peux en faire part à tes ami(e)s Facebook en y publiant leur adresse. c'est pratiques aussi pour eux pour y trouver tous tes textes. Une petite bibliothèque centralisée. c'est cool non?
      Re bécots tout chaud

      · Ago almost 4 years ·
      Chaton

      Véronique Maitressfemme

  • Je n'avais jamais soupçonné qu'il y ait tant de profondeur dans le sujet. :)

    · Ago over 4 years ·
    Img 20150529 131752

    Alexandre Hoste

  • ce sera l'objet d'une prochaine enquête

    · Ago over 4 years ·
    Chaton

    Véronique Maitressfemme

  • Oui mais... pourquoi les chiens reniflent sous les jupes des dames!

    · Ago over 4 years ·
    Portrait pawel pou livre11x18

    Pawel Reklewski

Report this text