Pudeurs

yunahreb

Elle est si jolie. Jeune et peu assurée, elle a pourtant tenu à honorer ce rendez-vous aux parfums de grand amour que lui promet son cher et tendre. La voilà passagère d'une aventure à quatre mains. Elle sait qu'elle va devoir le laisser s'immiscer sous son tricot, qu'il va haleter dans le creux de son oreille et qu'elle découvrira les splendeurs de nouveaux soleils. Mais pourtant, elle est vacillante. Donner libre accès à sa peau, à ses tendresses, n'était réservée qu'à sa mère. Chère maman qui lui onguait la peau de différents laits, qui s'occupait de ses hygiènes. Et maintenant, ce gros matou, ce légionnaire au chromozome Y -le chromozome de l'effroi pour une jeune fille- voulait se substituer aux soins maternels en imposant sa marque, son label, et en délimitant son territoire. Mais il ne sentira pas la lavande comme maman -certes non!-, ses mains seront rudes et n'auront pas la douceur de celles de sa mère. Ses yeux ne connaîtront pas la moiteur du soin de chère maman, souriante et tendrement légère. Lui, il va la séduire, la conquérir. Il va faire de ce voyage à quatre mains un trophée! Vilain trophée qui viendra redorer le blason de ses folles hormones désemparées.

Finalement, elle se terre dans son enclave et fait la morte. Elle ne vient pas au rendez-vous. Sauvée et honorée, sa décision la ravit sans remords de ne pas être une de plus qu'on aurait enlevée aux plaisirs de l'enfance. Son enfance au milieu de ses semblables, les femmes, celles dont on ne redoute rien.

Voilà Messieurs, ce qui nous fait tant tarder à poser nos virginités à vos pieds...

Report this text