Quand ma muse raconte...

Patrick Gonzalez

Peinture Jack Véttriano

Vois l'aube rougeoyante, le ballet des dentelles,

l'épaule dénudée, où glisse une bretelle,

La douceur de ce sein, échappé d'un mirage,

le soyeux de ces cuisses au détour d'un nuage.


Regarde moi amant, évadée de tes songes,

prête à succomber en postures félines.

le regard troublé en caresses câlines,

le ventre torturé du désir qui me ronge.


Hâte toi bel amour, parcours  le ce monde,

deviens tendre inventeur de ses mille trésors,

voyageur en  furie, exigeant diable au corps,

enivre moi amour, de caresses profondes.

Report this text