Rap and co...

letyk

Du rap co(nscient) au rap co(mmercial)

"L´argent pourrit les gens/Précisément en ce moment/ Tout s´achète, tout se vend (...) Je poursuis mon chemin/ Loin de la tune, mon pos' évolue/Voilà ma vraie fortune. " clamait NTM en 1992.
"Mon son provoque la foncedé /J'côtoie des gens blindés/ Boss de la new generation /J'fais des sons comme personne/ Do-ré-mi-fa-sol", lui répond Maitre Gims en 2013.
Qu'est-il donc arrivé au rap français? Il suffit d'allumer la radio pour constater le désastre: la revendication se fait timide face au poids du commerce.
La génération de 'L'Ecole du Micro d'Argent' (LE meilleur album de rap français selon moi) ne se reconnaît plus dans les sons de 2013. Serions-nous ringards ou simplement nostalgiques d'une époque où le rap avait une conscience et visait à faire bouger les choses?
Où sont passées la ferveur, les valeurs, les convictions, les flows ravageurs et surtout les textes poétiquement et politiquement explosifs? "L´argent pourrit les gens/Précisément en ce moment/ Tout s´achète, tout se vend", même l'intégrité du rap apparemment...
En 1998, "Petit frère [rêvait] de bagnoles, de fringues, de tunes /De réputation de dur" et "pour les grands, [il était] le meilleur citron / la cible numéro 1, le terrain des produits de consommation "...
En 2013, "petit frère [a grandi] trop vite" et il est une star du rap commercial, balançant ses lyrics "sans se soucier du mal qu'il fait, tout en demandant du respect"...
Sur cette lancée, comment nos futurs "petit frères" grandiront-ils?
Pour une génération éveillée, rap français CONSCIENT, je crie ton nom!


Report this text