Réinitialisée

Marie Laure Bousquet

Un lendemain de cuite amer,

Je me repends écrasée

Bête de somme anesthésiée

Bête comme les pieds d’un alexandrin éclopé

Une licence poétique mal accordée

Une insuffisante hépatique

Une mécréante mal embouchée 

Donnant sa langue de chat aux hérétiques

 Aux cathares qui finiront brûlés.

Pas de place pour le recul, pour un tir mieux ajusté

La cible contre un mur lisse ou les mots viennent se fracasser.

Sans la moindre goutte d’alcool

Déversant ma nuit sans parole

Juste les fibres du cerveau

Qui s’étirent et qui s’emmêlent

Virée pardessus bord du raffiot

Je me termine au verre d’eau

Ils pleuvent la croisière sans moi

sans état d'âme ni émoi

Je rentre à pieds

Pas de substances ni de miel

Eviter la rage et le fiel

Je n’aspire qu’aux somnifères

Mon ombre sombre mes revers

Bête à  concours, bête à pleurer.

Le cœur comme une cible,

 Touchée, Chaos de mon cœur sans reprise.

Report this text