Soir de lune

lanimelle

Soir de lune

La fiente des pigeons jonchait les toits.

Elle c’était perchée, voulant rompre le lien d’avec la terre.

La nouvelle vision changeait la donne.

Le vertige au cœur elle se sentit mal, comme cuite à l’intérieur d’elle-même.

Jusqu’ou était elle allée pour être aimée?

Elle se souvient encore du gout des précipices, des lueurs, des nuits, des peaux, des regards, des abnégations, des retenus et puis tout ces calculs qui ne mène qu’aux désordonnées tues.

Elle a trouvé plusieurs pistes, remontée le courant de son destin.

Symbolisant le rythme de son histoire par des pactes chaque fois.

Gravir à l’envers, le sens de cette destinée à l’œuf fêlé.

Il y avait beaucoup de blanc, d’absence, son front collé à la vitre toujours.

Elle a ignoré longtemps le secret crevé le jour de sa majorité soufflée.

Ce qu’elle avait senti?
Comme une putréfaction d’elle-même dans les narines.
Les doutes portés en son sein si longtemps qu’elle les avait adoptés puis mis de coté.

L’original était un faux, même pas une belle copie, un vrai faux.

Décharge d’adrénaline, sueur, torpeur, écroulement des bases comme les vieux hlm après la dynamite.

Les bases sont parties en fumée et elle les souffle.

Elle tire un peu encore sur la longue cigarette fait main.

Elle ne pleure pas, elle n’est pas triste, elle n’est rien.

« Faussaire »  de louve sur un toit au tuile rouge, elle est invisible.

Transpercée par l’appel du vide, elle se penche, la lune derrière elle a un sourire de coté.

L’historique sonne comme une fausse note dans un concert ou se déroule Kahane.

Elle voit les pipistrelles  jouer avec le ciel.

Une corneille vient se poser près d’elle.

Il n’y a aucune certitude, seulement le vide immense.

Son portable dégaine Saez, la réalité la rappelle, elle n’y répondra pas.

Le printemps pour amant, elle éclot d’une unique possibilité, changer les règles.

L’ocre de la lune dormira sur elle cette nuit.

Son histoire lourde comme un 38 tonnes l’écrase.

Rien de plus ne viendra cette nuit ou la lune la couva.

Ni les rêves, ni les cauchemars, seulement la dernière page du dernier tome, écrit à cœur ouvert.

L’animelle

Écris avec Fantasy for Piano in d minor, K. 397 Jeffrey Kahane

  • mon cher saint, je suis l'unique détenteur des clés. je n'en ai fait aucune copie, je suis ainsi! peut être que le mystère reste chaque fois car je n'en délivre que des bribes, des petites pétales sèches aux huiles enivrantes. Je vie entourée de fleurs séchées mais si tu savais la beauté que je leur trouve...j'aime quand tu te noies dans mes textes au point de vouloir retrouver enfin l'air pure de la réalité...ainsi j'ai l'impression d'être passé et d'avoir laissé un peu de mon parfum dans le coeur des fidèles lecteurs. je porte lady million, je trouve ca drôle pour une pauvre!!!
    l'animelle

    · Ago over 8 years ·
    Lanimelle 465

    lanimelle

  • J'aime ce verset : "L’ocre de la lune dormira sur elle cette nuit." On sent à la lecture de ce nouveau texte cet univers tonnant et halluciné qui est ta marque de fabrique. Mais je cherche du sens (bizarrement je cherche du sens chez les auteurs dont les écrits en regorgent). Tout ça me pose des questions. Ce sont des textes à énigmes, des écrits labyrinthes. On aimerait parfois trouver la clé pour percer le mystère. Voir un peu de lumière transpercer cette atmosphère suffocante de cauchemar éveillé. On a un peu la gueule de bois après avoir bu au calice de ses versets démoniaques. On aimerait pouvoir reprendre pied dans la réalité, reprendre notre souffle. Je pense à une clé qui pourrait jouer dans la serrure de ton imaginaire. Mais c'est parfois un peu effrayant de jouer avec les portes de l'imagination...

    · Ago over 8 years ·
    Tumblr inline mscoh90pca1qz4rgp

    saint-james

  • merci minou!
    l'animelle

    · Ago over 8 years ·
    Lanimelle 465

    lanimelle

  • Superbe !
    Je connais certains toits de villages ardéchois, mais je n'ai jamais songé un instant aller m'y poser.
    Reflexion dramatique, et en même temps poétiquement bien écrite !

    · Ago over 8 years ·
    Tourbillon 150

    minou-stex

  • merci pour le coup de coeur léo!!! les toits du village sont superbe ici, si tu passes en ardêche je te ferai visiter.
    l'animelle

    · Ago over 8 years ·
    Lanimelle 465

    lanimelle

  • Un texte superbement écrit ! Des images puissantes pour exprimer une souffrance accablante !
    Mon coup de coeur l'animelle :)

    · Ago over 8 years ·
     14i3722 orig

    leo

  • merci koukie, bienvenue sur le toit de chez moi!
    l'animelle

    · Ago over 8 years ·
    Lanimelle 465

    lanimelle

Report this text