Soul - Concours repeindr ele SAS en rose

mr-scarecrow

                                       FICHIER PERSONNEL DU “CHASSEUR”

                             ____________MISSION PRIORITAIRE__________

Les renseignements qui vous sont dévoilés si dessous ont était obtenus suite à diverses opérations menés par nos services autours du monde.


DESCRIPTION DE LA CIBLE :

- Prénom : Inconnu

- Nom : Inconnu

- Identifiant : Soul

Age :  Approximativement la trentaine.

Physique :   - Environ 1m80                                                                                              
                      - Latine
                      - Yeux verrons
                      - Cheveux noir
                      - Pulpeuse et Athlétique


La cible semble être passé maître dans l'art du déguisement, pouvant maquiller jusqu'à sa taille réelle. Ces traits physique sont sujet à des changements multiples ; usages de perruques, de lentilles de couleurs et autres artifices.


Caractéristiques :   - Parles et maîtrises chaque aspects d'un nombre encore inconnu  de   
                                    langage.

                            - Dégage un puisant magnétisme animal
                            - Experte en déguisement et maquillage, mimétisme, techniques                                           d'infiltration et d'assaut diverses.

- Lieux de naissance : Quelques part en Amérique du Sud

- Derniers lieux où la cible à été aperçue :


    - Paris, France :  Se faisait passer pour une serveuse dans un café de Montmartre,                                        a abattu les agents à sa poursuite et ai parvenu à s'échapper.
    
    - Milan, Italie :   Déguisée en nonne, elle a assassiné notre contact dans la mafia                                         locale ;  abattu lors d'une de ses séances de confession dans la                                     paroisse de son quartier.

- Venise, Italie : Vu en arlequin ; piste perdue au coeur même de la ville durant le                                       carnaval.
    
    - Las Vegas, Etats-Unis : Déguisée en groom du César Palace, a su se rendre invisible au caméra après avoir abattu les membres de la réunion, mettant un terme à l'opération Carré d'As, avant même son lancement.
    

- Présence actuelle : En route pour le Brésil.

RAPPORT DE TEMOIGNAGES


La cible semble pouvoir bénéficier d'aide aux quatre coin du globe. Nos services ont d'ors et déjà éliminés certains de ces alliés et retienne le présumé oncle de la cible dans un lieux secret au Brésil ; ce dernier n'a pas de fichage ni de signe distinctif permettant de l'identifier mais il semble évident qu'il ai fait parti des services spéciaux américains ; nous pouvons en déduire que la cible a elle même bénéficiée d'un enseignement militaire et martial complet. Mis à part ce possible oncle, nous ne lui connaissons pas de famille et ne savons rien de son passé. Elle semble originaire de partout et nulle part, parle des dizaines de langue et dialectes, pouvant s'infiltrer ou bon lui semble, un vrai fantôme.
A ceci s'ajoute son physique, qui d'après les rares survivants qu'elle a laissé derrière elle, justifie à lui seul le sort que notre organisation réserve à ceux qui échouent. Nous avons malgré tout recueillis leurs témoignages ; la cible à un corps élancé, des formes généreuses servies par une musculature supérieure à la normale, aucun de nos hommes n'a pu avoir l'ascendant sur elle même de ce côté-ci ; ses yeux verrons semble avoir à eux seul un pouvoir magnétiseur, paralysant les hommes et échauffant leurs sens, même le plus insensible semble alors démuni de moyen. Certains de nos soldats parmi les plus fidèles et les plus impitoyables n'ont rien pus faire. Ce qui peux également s'avérer un avantage pour vous, si vous réussissez à résister à ces charmes, et qu'elle même est friande de rapport charnel ; elle a semble t'il couché avec la plupart des hommes ayant croisés sa route, ceux qu'elle a par la suite laissé en vie. A vous de tourner cette faiblesse à votre avantage.

Le conseil tient à vous fournir tout l'arsenal et attirail que vous penserez utile à l'accomplissement de votre contrat ; ceci comprends armes et soldats, ainsi que véhicules et autorisations diverses auprès de nos contacts sur place. Vous avez carte blanche, aucune erreur n'est permise, la cible doit être abattu celons tout les moyen que vous jugerez nécessaire. Vous avez carte blanche; pertes civiles acceptables.

Veuillez enregistrer tout ces renseignements mentalement afin de ne laisser subsister aucune trace. Cet ordinateur s'autodétruira de lui même une fois le fichier fermé.


                                                      BONNE CHASSE


                            ____________MISSION PRIORITAIRE__________

                                                          SYNOPSIS :


                                                      “ Latines Brazil “

  Quand un contact de son Oncle l'appel depuis le Brésil, pour signaler que ce dernier y a été capturé et emmené à Rio, la jeune femme n'a que le temps de prendre l'avion d'un des amis de son oncle dans les anciens des forces spéciales, direction le Brésil. Larguée en pleine jungle, au coeur des ténèbres par une nuit sans étoiles et dans un pays encore inconnu d'elle, Soul n'a pas peur, elle reste concentrée, son but en tête : sauvés son oncle et faire payer chez cet enlèvement à ces détracteurs. Soul est prête et se met en chasse.
Après une nuit brève dans une villa cachée en pleine jungle , une altercation avec des hommes aux combinaisons noires, une course poursuite en jeep dans la jungle et une “plongé” improvisée dans la faune locale, c'est au “Latines Brazil”, cabaret étrange des bas-fonds de Rio où l'on joue du Jazz et où la musique se joue des âme 24h24, qu'elle pense trouver son Oncle et ses ravisseurs, attirée là par un sentiment incontrôlable. Mais le cabaret cache bien ses secrets. C'est tout un monde qui vit ici, Soul se mêle à un univers de Jazz et d'âme torturées par leurs vies. Le cabaret qui semble renfermer tout ce qu'il y a de paumés sur la planète, en prises avec leurs angoisses, leurs peurs, leurs peines, leurs remords, et l'alcool. Elle y rencontre Fat John Smooth, un trompettiste raté qui noie sa vie dans du mauvais whiskie, rongé par un démon qui l'empêche de rejouer de la trompette, comme avant qu'il n'entre dans ce bar, et qui pourrais avoir connus son père, ainsi que sa mère, que Soul n'a jamais connu ...
  Soul poursuit son enquête à travers Rio. Aidée à nouveau par les contact de son Oncle, la jeune espionne sillonne le labyrinthe des favelas, jusqu'au profondeur de la ville.
  La jeune femme se retrouve à nouveau au Latines Brazil. C'est après avoir confronté Fat John Smooth, qu'elle découvre que ce dernier n'est autre que l'instigateur du piège dans lequel elle s'est jetée tête baissée ; et qui se fait appeler, le Chasseur, payé par l'organisation pour l'abattre. Une fusillade éclate dans le cabaret,  au cours de laquelle Soul frôle la mort en prenant une balle dans la poitrine, blessant à son tour le Chasseur, avant de s'évanouir. Elle se réveille dans une chambre sale est inquiétante, seule et la poitrine couverte de bandage ensanglantés. signes qu'elle se trouve toujours au Latines Brazil et que quelqu'un s'est occupé d'elle. C'est affaiblie par sa blessure et à demi consciente qu'elle se met à errer dans les entrailles du cabaret, à la recherche du Chasseur, qui semble avoir disparu après avoir lui aussi était soigné dans une chambre voisine de la sienne.  Entraînée par la douleur, ensorcelée par  une  musique envoûtante, Soul va devoir survivre à ses propres démons, affronter ces peurs, ces envies, et ne pas être détruit par elles. Et c'est au sein du cabaret qu'elle va retrouver l'homme qu'elle recherche, celui qui veux la tuer, et c'est dans un duel ou les antagonistes pris en plein délire, vont se livrer à leur désirs et à celui du cabaret.

                                                     SCENE D'ACTION :

  Soul aurait était tentée de dire que c'était une journée “ pas comme les autres” ; mis à part  sa présence dans un lieu encore inconnu d'elle, et le réveil après une nuit trop courte dans une planque de son Oncle où d'un de ses vieux amis des forces spéciales, cette fois quelques part au Brésil.  “Déposée”  en pleine jungle, non loin de la villa, où une jeep l'attendait, les clés sur le contact, des indications pour trouver la villa sur le siège avant. Soul avait reconnu la manie compulsif des militaires de rendre les choses toujours plus simples et impersonnelle. Elle allait finir par connaître tout ces vieux de la vieille par coeur.  Elle avait grimpé derrière le volant de la jeep, jeté un oeil aux indications et s'était lancée dans la jungle.
  Ce qui était aussi inhabituelle pour Soul n'était donc pas les relations secrètes de son Oncle, ou d'être débarqué en avion en pleine jungle brésilienne à la nuit tombée, ni même dormir dans une villa dissimulée en pleine forêt, fusse t'elle au Brésil  aussi bien qu'ailleurs, mais bien la tension qu'elle ressentait ; non pas de la peur, elle avait appris à la contrôler depuis longtemps, mais quelques chose d'autre ... Son oncle capturé, voilà ce qui était nouveau, comment l'organisation avait-elle pu mettre la main sur lui, un homme que même elle n'arrivait pas à cerner, et ce malgré de nombreuses années d'apprentissage et de cohabitation forcé à ses côtés ; bien que ça n'ai pas non plus était un calvaire, on ne pouvait pas dire que son oncle était un homme facile à vivre. Mais un homme bon, ça oui ; et surtout toujours près à faire face à tout type de situation. C'est pourquoi Soul devait se montrer plus prudente que jamais, car elle se trouvait à présent assez proche de ceux qui avait attraper son oncle et il était certain que s'ils avaient pus l'avoir, ils devaient déjà savoir ou elle se trouvait. C'était ça plus que tout autre chose qui l'a rongé, l'impatience, le calme avant la tempête, elle ne pouvait voir au dessus des arbres mais elle imaginé parfaitement les nuages s'amoncelaient, le tonnerre grondait, près à éclater et à lâcher des trombes d'eaux sur la terre.
 Elle n'avait vu personne de la matinée, la villa était vide ;  et alors qu'approchait midi elle n'avait toujours aucune nouvelles de son Oncle, ni d'information sur le lieu où il pourrait être détenu. Alors qu'elle se plongeait dans des spéculations divers et variées sur la situation de ce dernier, elle entendit un son qui rappela une foule de souvenir à sa mémoire ; un vrombissement venant du ciel, les rotors d'un hélicoptère, et pas ceux d'une  vulgaire alouette. Elle se tendit soudainement, et fixa le plafond de la foret en un endroit précis, à la limite du feuillage, son Walter PP7 silencieux en main. L'hélicoptère était non loin devant elle, au-dessus des arbres lui faisant face. Elle pointa son arme, retira la sécurité et attendit, le souffle calme. Des câbles crevèrent la toile d'ombre des branches, suivis immédiatement par des hommes en combinaison noire; Soul tira et atteignit sa cible au poignet ; l'homme s'écrasa sur le sol de la jungle, désarticulé, est mort pour le coup. Une volée de balle vinrent en réponse immédiate et Soul fut forcé de se jeté dans la chambre. Elle roula sur le sol, les tir des armes automatique balayant la chambre, transformant le lit en bois de chauffage. Elle projeta le reste du sommier à travers la pièce et ramassa le Famas qu'elle y avait caché avant de se coucher. Elle sortit de la chambre, non sans avoir armer le détonateur d'une valise de C4, posée dans la cave ; toujours pratique quand on doit partir précipitamment d'un endroit comme celui ci, après que des convives mal-intentionnés ne ce soient mis à prendre la tête à tout le monde et à foutre la merde ; et tellement plus personnel, dans le cas de Soul, qu'une carte de remerciement pour fête gâcher.
  Le compte à rebours réglé sur 5 minutes, c'était plus qu'il n'en fallait à Soul pour faire un peu de ménage, question de principe. Elle sortit de la chambre, se colla contre le mur, face à l'escalier menant au rez de chaussée.
 Des ombres dansaient en bas, tentant d'être silencieuses, à défaut d'être invisibles. Soul, elle, savait être les 2. _ Un peu de lumières mesdemoiselles, pour illuminer votre danse _ Elle avait placé quelques surprises dans la maison, en des points stratégiques ; quelques grenades flash, ou des mini-charges de Semtex, empruntées à son Oncle, dans l'urgence du moment ; et  Soul aimait à surprendre ceux qui semblaient tant vouloir lui rendre visite. _ N'oubliez pas de signer le livre d'or en sortant mes belles, j'ai une image d'hôte de marque à tenir _. Les ombres étaient assez proches maintenant et une tête n'allait sûrement pas tarder à apparaître au sommet de l'une d'elles. Soul ferma les yeux, détourna la tête et tira sur une grenade flash posé dans le coin de l'escalier ;  elle en fut quitte pour un léger éblouissement. Les gémissement venant du dessous lui prouvèrent que son “idée” avait fonctionné ; elle sauta par dessus la rambarde de l'escalier et tomba sur l'une des “ombres”._ Huuumm, un bon mètre 85, 80 kilos. Elle se mordit les lèvres et lui tira une balle dans la tête avant d'abattre les 2 autres “invités” qui n'avaient rien vu de la scène, tentant de retrouver la vue_. Bonne nuit mes chéries_. Son pouls n'avait pas même subit une légère accélération, sauf peux être quand elle était tombé sur cet homme.       Elle fouilla dans les poches de l'ombre sur lequel elle était tombé et n'y trouva rien. _Inconnu au bataillon, je n'ai pas l'habitude d'avoir un John Doe entre les cuisses, mais une fois n'est pas coutumes. Passons à tes amis._
  Elle ne trouva rien, c'était juste des hommes en combinaison noirs ; non masqués, sans tatouage où signe d'attachement à une unité spéciale ou armée personnelle quelconque.Un crachotement provenant d'un des cadavres, lui indiqua la présence d'une radio. Soul se l'appropria et la porta à son oreille, tout en s'avançant prudemment dans le couloir.  _ Merci pour ce petit bonus les amis mais je vais devoir vous laisser_.
Des bruits de pas qui semblaient vouloir se faire silencieux s'approchait depuis  la cuisine. Soul avait eu le temps de faire un tour de la villa avant de se coucher. Le plan dans la tête, elle fit le tour par le salon, personne, comme s'ils étaient tous passer par derrière. Elle n'eut pas le temps de réfléchir à la chose, un son presque inaudible survint dans son dos, elle se jeta derrière un canapé. Ses reflex lui sauvèrent une fois de plus la vie ; une rafale de balle balaya son dernier emplacement ; elle tira au travers du canapé après avoir rapidement calculée la distance de l'homme l'ayant attaqué. Un cri sourd suivi d'un bruit de chute lui appris qu'elle avait atteint sa cible. _ Des danseuses, souffla t'elle _ Elle se releva, l'homme était à terre. Les pas s'étaient multipliés et venaient tous dans sa direction, elle réfléchit rapidement et se cacha de nouveau derrière le canapé. Quelques secondes plus tard, elle entendit plusieurs personne entrer dans la pièce. Soul regarda au travers du canapé. Trois hommes se tenaient à côté du dernier cadavre en date, 2 autre restaient en retrait à l'autre bout de la pièce, bloquant ainsi les deux sortie possible de la pièce. Le jour qui filtrait par les persiennes laissait quelques tâches de lumières s'agitait sur les combinaisons d'un noir uniforme. L'un des hommes se tenant près du cadavre s'approcha du canapé. Soul sortit un petit détonateur de sa poche, et l'enclencha. Les charges de Semtex posées discrètement la veille sur le chambranle des portes explosèrent, jetant au sol les soldats restés près du cadavre ainsi que ceux à l'autre bout de la pièce. Dans un même geste, Soul se leva, dégaina son couteau et trancha la gorge du soldat devant elle, non sans lui déposer, au passage, un baiser sur la joue ; l'homme n'eut pas même le tant de comprendre ce qu'il se passait, il s'affala sur le canapé. Ce fut fait en une fraction de seconde, les suivantes virent Soul passer par dessus le soldat mort , lui rouler dessus, et dans le même mouvement, jeter son couteau sur l'un des soldat tentant de se relever, l'atteignant à la poitrine. Ce que son autre main fit causa la mort d'un autre homme par tir de silencieux bien ajusté, la victime étant encore sonné par l'explosion des charges de Semtex. Passant sur les détails de la cervelle de l'étourdit, étalé sur les murs de la pièce, Soul se retourna et abattit les 2 autres hommes restés au sol, et se précipita dans la cuisine. Il ne restait plus beaucoup de temps avant que le C4 n'explose, et il valait mieux avoir pris de la distance à ce moment, les invités finiraient la fête sans elle.
  Le coup qu'elle prit à l'estomac en entrant dans la pièce stoppa net sa course, l'air se vida de ses poumons, son corps se plia en 2. Son adversaire voulut lui porter un autre coup, à la tête cette fois,  mais elle continua son mouvement et roula au sol, se retourna et se jeta sur lui. Cette rapidité d'exécution frappa le soldat, peu avant que Soul ne l'atteigne. _ Un direct à l'estomac, pour la forme ! Deux crochets au menton et un coup de genoux dans les parties. Toi tu as de la chance que je ne tue jamais un homme qui réussi à m'atteindre. _ Ce à quoi le soldat répondit par un grognement inintelligible. _ Aller Soul bouge toi de là. _   Elle connaissait le chemin du garage ou la jeep était garée. N'entendant aucun bruit elle se lança à toutes jambes dans cette direction. L'esprit vif, le Famas à la main et son PP7 à la ceinture, elle sentait une légère excitation montait en elle comme à chaque fois qu'elle avait un contact physique avec un homme, même si ce dernier avait tenté de la tuer, ce qui n'était pas un mauvais point pour lui. Elle se secoua la tête pour garder les idées claires.  Elle s'engouffra dans le garage, se jeta dans la jeep, alluma le contact et démarra en trombe. _ Comme dirait mon oncle : “Il est temps de prendre la tangente !”._
  La jeep défonça la porte du garage, masquant la vue de Soul quelques secondes durant lesquelles elle put entendre des cris et des sons de balles ricochant sur du métal. De mémoire elle tourna le volant pour suivre le “chemin” de terre battue menant dans la jungle tout en gardant la tête baissé pour éviter les balles. Passé les premiers arbres, elle se redressa et pu voir qu'elle était toujours sur le chemin, un coup d'oeil dans le rétro lui apprit que deux jeep était à sa poursuite, bourrées d'homme lui tirant dessus. _ Il s'attendait à ce que je sorte on dirait, et bien on ne va pas les décevoir._ Elle se concentra de nouveau sur la route ;  le C4 ne devait plus tarder à exploser. Juste comme elle y pensait, l'explosion illumina la jungle ainsi que le sourire de Soul. _ Voici le meilleur moyen de faire disparaître une ombre mes chéries. _ S'il restait des hommes dans la villa ou ses environs, çà n'était plus un problème. Resté les 2 jeeps qui continuaient de la poursuivre au travers des arbres, sur une route de terre et de boue, au beau milieu de la jungle. _ On va se faire une petite virée ensemble les amies, mais pour ma part j'ai toujours préférée le hors piste. _ Elle tourna violemment le volant et s'engouffra dans la jungle, perdant un rétroviseur à la rencontre d'un arbre. Un rapide coup d'oeil sur les rétroviseurs restants lui apprirent qu'elle était toujours poursuivie. Tout n'était plus qu'éclairs et instantanés, la jungle  habituellement baignée dans les ombres était déchirée par les rafales des fusils automatiques des poursuivants ;  la taule qui se froissait contre l'écorce animé cette scène se déroulant sous le couvert des arbre, caché du soleil.
 La conduite en pleine jungle, et à cette vitesse, n'avait rien d'une partie de plaisir, mais ce qui pouvait être une gêne pour Soul l'était aussi pour ses poursuivants, slalomer entre les arbres les empêchaient de la rattraper ; mais ne sachant pas où elle allait, n'ayant aucun endroit ou se cacher, cela pouvait rapidement devenir un désavantage et  son “voyage” au Brésil, une sinécure. L'explosion du pare-brise stoppa net ses réflexions. _ Ok vous ne pouvez pas me rattraper mais vous compter bien me pourrir la journée. Comme dirait Corben Dallas, “vous voulez la jouer douce, j'suis pas contrariant. Vous voulez la jouer hard, on va la jouer hard” _ La jeep se mit à glisser entre les arbres, à la manière d'une panthère se mouvant dans la jungle, gagnant  secondes après  seconde du terrain sur  ses poursuivants qui, ne pouvait plus que tenter de l'atteindre sous une grêle de plomb. Elle s'en sortait bien pour l'instant, mais Soul souhaita tout de même que la situation ne s'éternisa pas. _ Et un happy end en prime, s'il vous plait !”._


                                                     SCENE EROTIQUE

Serrant son arme d'une main se voulant sure, tandis que de l'autre elle tentait de se tenir debout à l'aide du mur, Soul continua d'avancer, suivant la musique le long des couloirs du cabaret où elle s'était éveillée ; sa poitrine couverte de bandage rouge de son sang lui comprimait l'air dans les poumons ; sa tête, embrumée par des vapeurs inconnues aux senteurs entêtantes, lui donnait l'impression de marcher sur un sol cotonneux ; faisant du Latines Brazil un labyrinthe ouaté dans lequel elle s'enfonçait. Elle n'avait qu'une pensée en tête, retrouver le Chasseur, et le tuer. Et c'était cette seule pensée qui l'avait tiré du sommeil, et vu braver la douleur, pour partir à la poursuite de l'homme qui avait capturer son oncle ; qui l'avait trompé, et avait tenter de l'abattre. _ Je t'ai eu aussi mon salaud, et j'arrive pour finir le travail_, souffla t'elle, tombant à genoux.
  La musique était devenu omniprésente, un jazz démentiel s'était emparé des couloirs du cabaret et  les animaient à présent d'une volonté propre. La tête dans les mains, Soul tenta de se relever, fit quelques pas et entendit un son dans son dos, elle se retourna d'un tenant, aveuglé quelques instants par la lumière filtrant, au travers des rideaux d'une fenêtre lui faisant face, Elle battit des cils, l'arme pointé piquant tantôt à droite, tantôt à gauche, visant son propre reflet dans la vitre. La jeune femme n'eut pas le temps de s'interroger sur la présence de cette fenêtre, absente quelques secondes plus tôt, quand un corps vint s'abattre sur elle lourdement. Elle eut quelques secondes pendant lesquelles elle vit son visage stupéfié, se rapprochait d'elle, e;t derrière elle, le chasseur. Avant que tout deux ne brisent la fenêtre et soient projetaient dans le vide.
  Les éclats de verre griffant le visage de Soul ainsi que la pression des mains du Chasseur
autours de sa taille furent tout ce qu'elle pu ressentir, faisant monter une vague d'excitation dans son esprit embrumé, avant que le noir ne les englobe.
Aucun choc, pas de douleur, rien.
  Soudain une vive lumière, comme surgit du néant, teinta l'atmosphère d'un rouge écarlate pour voir Soul emprisonné, enserrée par des liens de soie gorgés de sang qui s'écoulait le long de ses membres nues. Un son survint, un crescendo de violons la cueillant au creux des reins, Soul laissa échappa un gémissement, les archets crissant sur sa peau.
  Autours d'elle se déplaçaient des ombres, des hommes qu'elle ne connaissait pas, des délires érotiques se mêlant pour faire vivre des tableaux, où ses victimes forniquaient, le sang des blessures qu'elles leurs avaient infligés filtrant de leurs corps en mouvement. Les cuivres s'étaient joints aux cordes, ; les uns chantant le désir ; les autres criant la douleur, Soul comme vaisseau de leur dernière danse, pantelante, le sang rendu bouillant par  les rythmes de la Nouvelle-Orléans, mêlés à l'attraction du sexe et du sang, le désir et la mort, tout deux amants de Soul. Tandis que tournaient les ombres des fantasmes de Soul, une ombre sembla s'opacifiait au fur à mesure qu'elle s'approchait ; elle se personnalisa enfin à quelques pas d'elle. Le chasseur la regardait, une lueur avide dans le regard. Ils étaient tout deux l'un face à l'autre, se dévisageant. Un coup de cymbale déchira le silence qui semblait s'être installé, et Soul se vit à nouveau, face à elle même, un semblable regard affolé se mira dans ses yeux. Elle s'entendit dire, _ Ne t'inquiète pas je ne ferais pas de mal. Fais moi confiance._ Elle se pencha alors sur elle même, et commença de se caresser ; ses sens s'enflammèrent au contact de sa peau brûlante, elle se sentait en même temps femme et homme ; elle se savait le chasseur, se savait être Soul. Les deux amant'agonistes entrèrent à leur tour dans une transe délirante, un tango hurlant la folie de deux être se haïssant et se désirant ; un déchirement de l'âme dans un embrassement foudroyant. Deux flammes se combattaient et les deux amants se jetèrent l'un sur l'autre ; leurs lèvres se dévorèrent, leurs langue se défièrent ; leur doigt se griffèrent la peau. L'un étant l'autre, les mains reconnurent les parcours et les destinations, ; les esprits cherchants à se faire jouir, rendant électriques les zones où elle savaient être le plaisir.
  De lourds battements de tambour renversèrent la scène et la danse reprit de plus belle, chacun cherchant à mordre l'autre, à arracher la peau ; une lutte pour la domination,  becs et ongles. Les cris de plaisir de Soul et les râles du chasseur s'harmonisèrent jusqu'à une syncope simultané des amants. Le battement déchaîné des tambours tut soudainement, ; les murmures essoufflés, balayés par un rythme nouveau, sourd, tenus en sourdine par un quatuor de cuivre, prit les amants à la gorge. Les acteurs sentirent les doigts de l'autre, virent les leurs, inconnus, se poser sur la peau de leur cou, serrant, serrant plus fort ; le rythme endiablé des tambours battant dans leurs veines ; l'écume de la haine suant des lèvres, les amants se mesuraient l'un l'autre, dans un dernier effort afin de mettre un terme à la danse. Soul se concentrait de toutes ses forces sur cette pensée ° Il faut que je sers plus fort, ne pas lâcher ! _ Les os aux bords de l'éclatement, le sang qui hurlait à présent, les yeux aveuglés par une rage aveugle ;  et l'envie. Tout se mêla dans l'esprit de Soul, qui sentit ses propres mains écraser sa trachée. Soudain traversée par la vision de la scène, se voyant s'étrangler , lisant le désir de tuer ; Soul eut peur pour la première fois de sa vie, et fut-ce ce sentiment, nouveau pour elle, qui là troubla soudain si violemment qu'elle  se sentit  lâcher prise, libérant le cou de sa victime, elle sentie l'air entrer à nouveau dans sa poitrine, avant de sombrer.

Report this text