Souvent je me dis que je voudrais te dire

Oscar Arensberg

L'homme avait au visage un sourire muet.
Ses joues creuses bien sûr ont attiré mon œil.
La blancheur de sa peau disait "Je suis en paix"
Quand ses vêtements noirs disaient "Je suis en deuil."

J'ai goûté son silence en lui offrant le mien
Et nous avons parlé juste en nous regardant.
Longtemps j'ai admiré ses abscons mouvements :
Son immobilité ne les gâchait en rien.

Du triste dans ses yeux incertain je lisais
Que c'était de son deuil à lui qu'il se couvrait.
Il semblait en souffrir comme un enfant perdu.

À son cou un collier de larmes et de malheur
À chaque courant d'air, je crois qu'il avait peur
Car elle se balançait, la corde du pendu.

  • De l'amour tout plein pour les mots de ce poème. Le rythme du texte nous balance au rythme de la corde !

    · Ago about 6 years ·
    11084130 905760196112906 2153945578522772188 o

    Pierre Magne Comandu

    • J'espère que tu as eu un peu d'affection pour cet inconnu que je ne cerne toujours pas même après avoir écrit sur lui. Pendre ses lecteurs, quel concept amusant !

      · Ago about 6 years ·
      Sans titre 20

      Oscar Arensberg

  • Très doux, très joli, très touchant... Très très très beau quoi !

    · Ago about 6 years ·
    Image

    Nina Jéhanno

    • Oh, tout comme ton commentaire à mon égard ! Merci beaucoup.

      · Ago about 6 years ·
      Sans titre 20

      Oscar Arensberg

  • J'aime beaucoup. Ton sonnet est très réussi, c'est rare d'en trouver des si bien réussis d'ailleurs! bravo

    · Ago about 6 years ·
    318986 10151296736193829 1321128920 n

    jasy-santo

    • Hélas, il n'a d'un sonnet qu'une forme basique, j'aurais aimé m'y affronter avec plus de courage. Mais il est plaisant que ça plaise malgré tout, merci d'être passé !

      · Ago about 6 years ·
      Sans titre 20

      Oscar Arensberg

Report this text