Sur la tête de ma mère

Stéphan Mary

Concours sur le forum "Jetez l'encre" Thème du défi : Défendre l'indéfendable ! Contrainte : Les points d'interrogation sont interdits dans le texte. http://jetez.l.encre.xoo.it/index.php

Ce que vous devez savoir, c'est que j'ai les neurones qui peinent à péter la forme. J'ai pris la caillasse et j'ai fait voler une vitre en éclats. J'ai vu la fille dans la rue et j'ai crié « Cool ma poule ». Un mec est arrivé, m'a montré son poing alors j'ai gueulé. La fille s'est jetée par terre en hurlant « N'importe nawak, n'importe nawak, n'importe… » . Elle n'a pas pu finir sa phrase parce que le type l'a redressée brutalement en lui demandant si ça allait bien dans sa tête. Elle a répondu « Ca va à donf. On a plus une thune, ça pète de partout et je te le redis, on a plus une thune ». 

Vous comprenez, ça tirait dans tous les coins, des obus, des tirs de mitraillettes, des snipers. J'avais bien repéré une gonzesse et je sentais déjà que je pouvais faire quelque chose pour elle mais j'ai préféré jarter. Ca farte ! Vous me suivez parce que même moi, parfois, je ne m'entends plus jacter.

 

Moi je vous le dis, non pas que je sois ce que vous appelez un maniaco dépressif, j'y tiens vraiment, mais je vous le dis, la guerre prendra fin quand les poules auront des dents. Retenez bien ça. Je vous regarde droit dans les yeux et je vous le gueuledé là maintenant tout de suite « C'est bath la guerre ! Ca cartonne ! C'est trop de la bombe !». Mais je vous connais, non pas vous personnellement mais tous les autres gars de votre espèce. J'ai beau penser : ta bouche vieille kalachnikov, t'es trop chips ! Vous ne connaissez pas chips ! Non c'est pas une question c'est une affirmation. Ca veut dire qu'ça craint quoi ! Et puis je me suis répété Dégage, dégage, dégage ! Cette guerre elle est trop canon, t'as rien à foutre là ! Suivez- moi bien parce que c'est ça com et pas autrement.
J'ai flippé ma race sous les bombes.
Regardez moi bien en face : vous la voyez ma putain de jambe raccourcie et vous mouftez pas parce ce que c'est avec vos putains de bombes que vous larguez sans faire gaffe. On passe not' temps à dire imchi pour ceux‘ce qui savent pas imchi c'est dégage de là parce que là y'a un snipper depuis hier. Il a descendu une gosse qu'a pris une balle en pleine teté. Et puis j'ai revu la fille mais je me suis répété pour la ixième fois : arrête ton char Ben Hur, t'es pas un keum à la hauteur. Cette meuf est trop canon. Suce un bonbon et pense à autre chose. Mais l'autre mec était encore dans le coin. Il s'est jeté sur moi en criant dans une langue inconnue. Je lui ai dit ok mon pote c'est top. Wesh coco, wesh wesh et j'ai sorti l'artillerie mais trop pas quoi. J'ai juste défouraillé une fois. Il est tombé et j'ai gueulé : voilà ça c'est fait !! Mais la miss a couru vers lui. Elle chialait, elle lui tapait dessus à coups de poing en criant « Aware » 

Vous comprenez bien M'sieurs dames que j'ai soufflé ouf. Je suis pas si chanmé. La fille s'est relevée, est venue vers moi « T'es grave toi, pauv'naze ! ». Vous comprenez, c'était chaud. Ça pleuvait de partout, des bombes, du mortier, les fusillades, de partout je vous dis. Ecoutez ce que je tchatche histoire que ce soit  pas pour que dalle.

Et puis je sais pas… Ce mec que je venais de descendre c'était quand même mon besta. Ouais m'sieur dame mon besta. On parlait pas la même langue mais on se connaissait comme deux frangins. Lui il était sur l'aut ‘rive et moi ici et on en avait rien à foutre nous d'être si ou ça. On était potes c'est tout. Mais quand j'l'ai charclé j'ai pas pensé à tout ça. Il cherchait la bagarre depuis un moment, il arrêtait pas de se gourer sur tout. C'était comme s'il reconnaissait plus personne. Il avait l'hallu au fond des yeux alors quand il m'a foncé dessus bin je me suis défendu quoi. Puis bon y a eu la fille. J'l'ai empoignée pour l'emmener à une planque pas loin, pour la mettre à l'abri. J'l'ai maté et j'ai voulu lui faire un petit piou. Ça m'a pris comme ça, entre deux flingueurs quéplan aux fenêtres. Sûr ça le faisait ou pas ! J'ai tenté je me suis dit in the pocket ! Elle m'a regardé, je lui ai souri avec mes trois dents, c'est quand même de la balle, mais méchamment elle a rétorqué « Pute de cheum »

Alors j'ai tiré. Mais sur la tête de ma mère, je voulais pas flinguer mais plus le choix.

 

Vous pigez mieux j'le sens. Parce que vous êtes ceux qui allez décider de mon destin. J'hallucine, onze mecs pour dix balles. Sérieux, que le onzième laisse béton, ça lui économisera un cas de conscience pour ses vieux jours. Z'êtes comme ça les keum, vous tirez parce que c'est un ordre. Nous dans la rue on tire parce que y a que le désordre. Vous mettez la pression, vous nous rendez fous et faut qu'on la ferme.

 

Vous voyez bien que je y'étais pour rien. C'est la guerre partout. Ça s'est infiltré partout, même entre nous. Sur la tête de ma mère j'suis innocent m'sieurs dames,

INNOCENT.


Source image : AU PAYS DU SANG ET DU MIEL d'Angelina Jolie
Source musique : "Je Voudrais pas crever" de Boris Vian

  • La réalité est elle vraiment éloignée. Quelques fois je crains qu'on y soit presque… Super bien construit, écrit, raconté quoi!

    · Ago about 6 years ·
    Avatar

    nyckie-alause

    • Tu vas là où ça fait mal, sans prendre les chemins de traverse. Cette réalité des snipeurs n'est pas au coin de la rue heureusement mais elle est aux coins du monde et n'a de cesse d'avancer gluante et haineuse, au point de rendre fou ! Merci d'être passée par là et de tes mots qui sont le fondement de sociétés qui n'ont plus de points de repère.

      · Ago about 6 years ·
      La main et la chaussure

      Stéphan Mary

  • Ca me rappelle les vieux films de gangsters, a la francaise, ca la meme gniaque, mais avec un nouveau langage! Ca coule bien a la lecture et ca a une certaine beauté, une vraie poésie.

    · Ago about 6 years ·
    318986 10151296736193829 1321128920 n

    jasy-santo

    • Merci beaucoup ! Personne ne rivalisera jamais avec "Les tontons flingueurs" ! Mais oui, ça procède aussi de la gouaille :) Merci pour l'allusion à la poésie qui oui lève aussi le poing quand cela s'avère nécessaire. Le poète est fou mais comme disait Louis Jouvet "Le fou se rit du fou"

      · Ago about 6 years ·
      La main et la chaussure

      Stéphan Mary

  • Franchement, tu as dû t'éclater !!! c'est bien imaginé, il m'a bien fait rire en tous cas

    · Ago about 6 years ·
    W

    marielesmots

    • Merci pour ton commentaire. M'éclater ??? je ne sais pas parce que tout ça est dans un décor apocalyptique de guerre et de peur, de courir vite toujours avec l'espoir de ne pas prendre une bombe sur la tête ou une balle tirée d'une fenêtre. A côté de ça oui ce monologue j'ai pris plaisir à l'écrire. Il parait abscons mais on comprend l'essentiel. Et pour finir par coupable ou pas coupable ? Telle est la question mais la contrainte du défi étazit : pas de point d'interrogation. Alors coupable !! ou pas coupable...

      · Ago about 6 years ·
      La main et la chaussure

      Stéphan Mary

Report this text