Sur la toile de tes émotions

Stéphan Mary

Club Jetez l’encre. Défi : « Voici la fin », écrivez ce qui se passe avant. Contrainte : Vous devez écrire une scène déterminante pour cette fin précise http://www.allocine.fr/video/video-19540187/

Pour A.L. sans qui cette enveloppe n'aurait jamais été ouverte


Ma femme mon amie mon amante ma très chair, je ne pensais pas que le bonheur frapperait à la porte de mes sens sans dessus dessous, nous laissant exténués par nos nuits confiantes et souriantes, pleines de messes basses, écrins de nos murmures enveloppant voluptueusement chaque geste, chaque caresse, chaque frôlement. Lorsque tes yeux s'ouvrent sur la discrète réalité de mes sentiments toujours renouvelés, sans cesse réinventés, je te sens amante voluptueuse. Dans un trouble saisissant, je nous devine dans la puissance inaltérable de nos émotions profondes que j'espère inaliénables, sur lesquelles le temps n'aura pas de prise. Le temps, notre temps, nous offre moult surprises inattendues à l'instar d'une romance composée puis interprétée très lentement. Cette mélodie émerge de nos inconscients en paix avec nos passés, réconciliés dans nos présents, mûrs pour appréhender l'avenir en toute sérénité. Que ce soit en plan fixe, en plongée ou contre plongée, en travelling avant arrière, je jouis de chacun de tes regards ciselés par le bonheur d'aimer, de chacun de tes mouvements caressant, de chaque élan portés à l'écran sur la toile de tes émotions. Je jouis lorsque nos corps « s'orgasment » au moindre contact, quand nos épidermes frissonnent de désirs plaisirs, d'attentes souriantes qui se savent érotiques. Ma main va doucement se perdre pour mieux te trouver, te soulever, te surprendre, te suspendre à l'aune d'un horizon tout juste perceptible. Dans cette immensité extraordinaire, le soleil fait osciller les mirages souriants d'oasis fraîches et reposantes. Je perçois ta soif illimitée de lucidité et de maturité. J'y réponds doucement en plaçant ma bouche sur la tienne, en laissant mes lèvres s'ouvrirent pour laisser passer goutte à goutte le liquide qui te vivifie, qui malin se glisse dans l'interstice de ton organe humide et coloré. Tu es l'image, je suis le signe. Tu es le tableau sans cadre d'émotions démesurées, de découvertes infiniment sensuelles qui donnent un sens à mon humanité. Tu es l'avenir, je suis le futur. Ma femme je t'aime.

- Coupez ! Elle est bonne, on l'a met en boîte. Mais tu vois mon vieux, pour la scène suivante, tu es sonné. Cette lettre tu l'as écrite comme un testament et au présent. La voix off sur le texte et toi sur ce pont, avec cette dernière lettre… Je veux avoir à l'écran le moment où tu te demandes si c'est la lettre que tu jettes dans la flotte, si tu vas la poster dans la boîte derrière toi ou si c'est toi qui saute. Je veux sentir ce dilemme, que ce soit cornélien. N'oublie pas, tu es fou amoureux d'elle mais elle ne voit pas le danger. Elle se barre en te larguant du jour au lendemain, sans un mot, sans explication. Cela fait un mois que tu traînes ta misère alors j'aimerai que le spectateur flippe une seconde sur ton choix

- Arrête, c'est moi qui ai écrit le scénario alors tout ça je le sais. Bon on se la fait cette scène, je suis prêt

- On y va et n'oublie pas de regarder l'eau. Tout est ok ? La caméra sera discrète. Pour le son c'est bon ? Silence moteur !

 

« Que ce soit en plan fixe, en plongée ou contre plongée, en travelling avant arrière, je jouis de chacun de tes regards ciselés par le bonheur d'aimer, de chacun de tes mouvements caressant, de chaque élan portés à l'écran sur la toile de tes émotions.» Ce sont les derniers mots auxquels j'ai fait confiance. Tu ne liras jamais cette lettre jetée comme une bouteille à la mer. Simplement tu viendras fleurir ma tombe.

 

- Coupez ! Génial. Allez on fait un insert sur l'enveloppe dans l'eau et on arrête pour aujourd'hui. Demain on tourne le cimetière. Dis de toi à moi, on en a jamais parlé mais j'ai une question qui me taraude : cette lettre, tu lui as vraiment écrite ?

- Joker ! C'est un court métrage, je n'ai pas envie d'entrer dans les détails. A demain

  • La musique de Preisner accompagne à merveille le dilemme de cet homme, qui finit par jeter sa lettre que tu a su mettre en valeur par un mini scenarii. Lu, pas lu, suicide, pas suicide ? Joker ! à nous de voir. Bravo et merci pour ce beau texte Stephan.. CDC <5

    · Ago over 6 years ·
    Moi

    Yvette Dujardin

    • Hello Yvette. Merci pour ton commentaire. C'est bien que tu résumes en deux phrases essentielles la teneur du propos. Merci. A quand pour te lire ?

      · Ago over 6 years ·
      La main et la chaussure

      Stéphan Mary

  • j'aime beaucoup l'atmosphère qui se dégage de cette lettre ! bravo

    · Ago over 6 years ·
    Vendredi 20 06 manil et nana et monica a paris (54)

    Aliénor Gelb Reil

    • Merci. Je n'avais pas envie de quelque chose de tristounet :)

      · Ago over 6 years ·
      La main et la chaussure

      Stéphan Mary

  • C'est ce que je viens de faire! Et c'est génial !!

    · Ago over 6 years ·
    13335743 1312598225434973 3434027348038250391 n

    Colette Bonnet Seigue

    • Merci. C'est chouette si ça passe bien :)

      · Ago over 6 years ·
      La main et la chaussure

      Stéphan Mary

  • La musique de Preisner accompagne la lecture de la lettre. Envoyez la musique, découvrez cette missive et laissez vous aller.

    · Ago over 6 years ·
    La main et la chaussure

    Stéphan Mary

Report this text