Une plume au service de l’imaginaire

nanou--2

Chronique culturelle

"Apprendre très jeune à aimer les livres, c’est un avantage dans la vie" avait coutume de dire Roald Dahl. Si l’auteur gallois a fait ses premières armes du côté des nouvelles et romans  pour adultes - notamment Shot Down Over Libya dans The Saturday Evening Post en 1942 -, c’est bien la littérature jeunesse qui lui a donné ses lettres de noblesse. Ecrivain prolifique - il a même signé le scénario d’un James Bond, On ne vit que deux fois -, il a su créer des livres comme autant de portes ouvrant vers des délires imaginaires.

Des aventures rocambolesques de Charlie Bucket au pays du mystérieux confiseur Willy Wonka de Charlie et la chocolaterie à la bien étrange et bouleversante pêche géante de James et la Grosse Pêche en passant par les tribulations d’une enfant de 5 ans particulièrement douée pour son âge – elle sait lire et écrire – dans Matilda, ce sont autant d’univers merveilleux et poétiques attirant pour le jeune public. Un vagabondage par les mots jubilatoire mais non dénué d’enseignement pour nos chères têtes blondes.

Des années après la parution de ces trois ouvrages emblématiques, les éditions Gallimard jeunesse publient, en 2013, huit de ses romans en édition collector. C’est donc l’occasion rêvée de replonger sans attendre dans ces petites pépites littéraires, parfois bien cruelles, illustrées avec malice et bonne humeur par le non moins célèbre Anglais, Quentin Blake.

Même les adultes, ces grandes personnes aux pieds sur terre, tomberont facilement dans la potion magique littéraire de l’auteur favori des enfants, dixit le quotidien britannique The Independent, l’année de sa mort, en 1990. Car, même si les plus grands ont cessé de croire à l’existence des fontaines au chocolat et aux arbres pleins de sucettes, ils redeviendront des enfants aux yeux brillants de rire, le temps d’une grande entourloupe.

Report this text