Vivant intérimaire

moujik

Alors quoi? Il faut que je sorte de ma tanière?

Que je tienne sur ma vie une séance plénière?

Mais qu'en avez vous à faire

de ces jours envolés

de ces mots coincés dans ma gorge

de mes sanctuaires?


Ok, je vais jouer le jeu

de ma vie lancer quelques mots en l'air

ceux que cela ennuie peuvent partir

je ne vous en veux pas

après tout quelqu'un parle

la belle affaire!


Enfant, dans la lumière

j'essayais d'attraper avec la langue

les poussières

je lisais des histoires de mousquetaires

de pantoufle de vair

je jouais avec les jours

pairs ou impairs

c'est aujourd'hui un luxe de vivre

avec sa sœur

son père et sa mère


Je fus un adolescent fier

de ses cheveux blonds

j'ai aimé l'âge pubère

la langue des filles

douce comme du mohair

je tremblais en desserrant les rubans

de mes premières cavalières

leurs lanières

c'était l'âge des baisers maladroits

des promesses que l'on profère

de ces souvenirs qui sommeillent

sur une étagère


Le temps des études fut fragmentaire

mon agenda ressemblait à un gruyère

j'alternais quelques cours à dormir debout

avec des histoires où tout est important

et tout vous indiffère

il est des âges où on laisse filer l'amour

on laisse faire

on n'y voit que la chair

non, on n'y voit rien

on abandonne et l'on conquiert

c'est un jeu.

Ca peut se payer cher


A vingt ans on jouit

on marche avec l'assurance d'un roi

ou d'une panthère

il n'y a aucun adjectif entre nul et extraordinaire

sur le moindre sujet on a un avis

sans rien connaître on vocifère

tout en se mentant

on pense qu'il est important d'être sincère

les autres vous indiffèrent

il n'y a que vous, votre vie à croquer

d'une ambition immense

on se sent dépositaire

on est là pour mille ans

c'est notre heure

on affronte tout

comme dans un tournoi

on part à la vie

comme on part à la guerre


Je fus quelques mois populaire

dans un monde restreint

je n'étais qu'un petit astre

un grain de poussière

aprèsil fallut retomber sur terre

la vie devint quelque temps une étrangère

je pensais l'avoir conquise il fallait la gagner

chaque jour elle voulait la monnaie de sa peine

son salaire

elle devint pointilleuse

elle aimait les papiers

pour tout il fallait un formulaire

même pour les morts

je pensais devenir Prince

le soir je réglais des problèmes hypothécaires

de ma vie je voulais être le Seigneur

j''étais son porte-plume

son secrétaire


Puis les jours de cendre arrivèrent

ces jours qui vous lacèrent

la mort prend vos amis

ce fut Stanislastombé dans une crevasse, et oui...

puis mon père

cette vie compagne, amie, amour

devint cancer

bouchait les coronaires

le chagrin vous emporte

on écrit des discours pour ceux qui sont partis

en essayant par des mots de tenir encore un peu leur main

de rassurer ceux qui sont là

sans pleurernon... sans pleurer

je suis parmi vous

les vivants intérimaires


Avec les enfants on redevient enfant

on retrouve les angoisses scolaires

la géométrie

les prémolaires

la maison est plus vivante

elle bruisse de mille activités

on se surprend à être père

on légifère

les enfants passent avant tout

et l'on apprend à penser moins à soi

à devenir auxiliaire


Non, je ne suis pas quelqu'un que la vie désespère

je n'aimerais pas relancer les dés en l'air

ce serait lâche

et c'est illusoire

imaginaire

je l'aime ainsi cette vie

un jour mielleuse

un jour amère

j'attends de pied ferme ses coups de griffes

ses caresses

je l'aime bonne voisine ou mégère

je sais que je suis comme vous

sursitaire

qu'importe

il faut s'en satisfaire


Et puis il y a de sacrées surprises

des journées incendiaires

ce n'est pas linéaire

le passé revient

ou l'avenir

tout ça bouillonne

la vie, c'est une guerrière

elle surgit Athéna aux yeux pers

chaque jour bien regardé

est un système solaire

non, ce n'est pas une manière de dire

j'arrête de faire le fier

je suis avide de la vie

je la happe

même dans la galère

il n'y a rien de plus important

que ces secondes qui passent

non

je ne suis pas du genre qui désespère


Alors quoi?

Qu'est ce qu'il veut lui?

Qu'on lui mette une note?

Qu'on s'extasie devant ses paroles?

Non, ne partez pas

je sais bien que tout cela n'est pas spectaculaire

mais c'est ma vie

et pour la prendre


il faudra payer cher.

Report this text