Au coin de la rue

leslieparisienne

Belleville. Une terrasse. Un café. Une discussion. Amicale. Polie. On se découvre. On partage. Rien que des mots simples. Il passe devant nous. Le temps suspens son vol. Tout s’arrête. Un instant. Un regard échangé. Un souffle coupé. Electrisée. Une question « Dois-je aller lui parler ? ». Le temps reprend son court. L’instant fut bref. Le souffle revient. Pressant.  « Pourquoi n’ai-je rien fait ? ». Il est parti. Au détour de la rue. « Tu le connais ? » « Non ». Je reprends pied dans la réalité. « Il s’est passé un truc là » « Oui je sais ». Le temps file. La discussion se poursuit. Tout et rien. Tout à la fois. Amour. Passion. Envie. Futur. Il me trotte en tête. Cet inconnu. Je suis Baudelaire. A Belleville.

Le vent se lève. Le soleil se couche. L’heure de se séparer retentit. A pieds nous rentrerons. Direction République. La discussion continue. Photos. Projets. Vacances. Le zigzag des rues. La moiteur de la fin de l’été. Nous sommes dans une autre dimension.

Tout semble léger. Sans fin. Tout peut se suspendre. Mettre en pause un instant. Ne plus penser à rien. Juste écouter. La vie. Mon ami. La ville. Le murmure de la rue. Vivre. En restant attentif.

Je lève les yeux. Le hasard a des pouvoirs incroyables. Il est là. L’inconnu. Sur mon chemin. Nos regards se croisent. L’instant se suspens à nouveau. Aucun mot n’est prononcé. Juste un regard. Une petite éternité. Le tumulte de la rue revient. Avec son agitation. République, une petite place de l’Etoile. « Il s’est repassé un truc là » « Oui je sais » « Retournes-y ! » « Non, le hasard nous fera peut être nous recroiser ». La discussion reprend. Notre chemin aussi. L’inconnu dans mes pensées. « Mais qui es-tu ? ». Je ne le saurais jamais.

Panique. « Mais pourquoi n’ai-je rien fait ? ». La question tourne en boucle. Sans réponse.

Nos chemins. Nos regards. Nos âmes. Se sont croisées. Autour détour d’une œillade. Tout aurait pu basculer. L’inaction. La peur. L’envie. Tout s’est paralysé.  Electrocutée par un regard. Inconnu. Incapable de bouger. Penser. Agir.

Le hasard nous permettra peut être de nous rencontrer. Au détour d’une rue. Au détour d’un café. Paris peut être surprenant. L’avenir nous le dira. Mais quand ? Continuons notre route. Pour le savoir.

Mon cœur a été soufflé. Mon souffle coupé. Mon esprit électrisé. Mon âme envoûtée. Par qui ? Je ne le saurais. Une bouteille à la mer j’ai lancé. Comme un S.O.S dans l’espace. Seul l’écho est revenu. Mon message en pleine face.

A toi. Cher inconnu. Merci pour ce moment. De félicité. Je ne connais pas ton nom. Tu ne connais pas le mien. Mais tu resteras une non-rencontre sacrée.

La vie a repris. Le hasard n’a pas opéré. Une troisième fois. Le rythme de la ville m’a emporté. Un autre inconnu j’ai croisé. J’ai agi. Comme j’aurais du la première fois.  Lui, je lui ai parlé. Nous avons conversé. Un nouveau truc s’est passé. Indescriptible. Humain. Magique. Puissant. Terrifiant.

Le hasard m’aura offert une nouvelle chance. J’ai croisé l’amour de ma vie. Au coin de ma rue. 

Report this text