C'est beau un disque la nuit

buge

Fidèle à son folk liquoreux, Patrick Watson propose un Adventures In Your Own Backyard hors du temps et hors des formats. Entre piano délicat, douces mélopées et influences "morriconiennes".

La braise du four à bois était encore rouge, dégageant une douce odeur qu'un air léger ramenait jusqu'à nous. Maintenant qu'il faisait nuit noire, chacun semblait apprécier l'instant présent.

L'un d'entre nous, sans doute Max, venait de mettre un disque : Adventures In Your Own Backyard de Patrick Watson.

Pendant que les notes de piano du céleste Lighthouse s'échappaient, on en apprenait plus sur ce cher Watson. Né en Californie, à la fin des 70s, il avait grandi au Québec. Avec les années, Patrick Watson était devenu le  nom d'un groupe qu'on disait influencé par Love ou Jeff Buckley.

Au fur et à mesure que les chansons défilaient, un doute se dissipait : Max n'avait pas pu choisir ce disque par hasard, non. Au-delà des arrangements vaporeux qui vous flanquaient la chair de poule (The Things You Do), on comprenait que l'arrière-cour dont il était question dans le titre était en nous. L'aventure, c'était l'instant présent. C'était cette communion autour d'une table. C'était cette musique d'une beauté incroyable : Quiet Crowd, Morning Sheets et ses cordes psychés.

Le journaliste Alain Brunet avait écrit : « Patrick Watson, c'est de la musique, mais surtout des amis. » Des amis… Comme ceux qui étaient là, les muscles engourdis par une nuit blanche.

L'aube pointait déjà. Certains décidaient d'aller se reposer. D'autres préféraient rester éveillés. Sans doute convaincus qu'après une telle expérience avec ce Pet Sounds des temps modernes, ils n'auraient même plus besoin de rêver.

(9)

Report this text