Concerto pour serveur grincheux

littlerebel

La semaine a été dure. J'avais pas besoin de ça en plus ! Faire des heures sup pour assurer le service un vendredi soir, sur un stand en plein air, pendant un concert des Fréro Delavega. Des Fréro Delavega ! Pétard j'avais vraiment pas besoin de ça DU TOUT. Les clients vont être insupportables, y aura la foule. Une foule de furies en délire. Je déteste les fans hystériques, franchement, qu'est-ce que les filles trouvent aux Fréro machin, là ? Ça va être une soirée pourrie pour terminer une semaine pourrie.

J'avais pas spécialement envie d'aller voir les Fréro Delavega, je les connais pas beaucoup mais d'après ce que j'en sais, c'est pas mon style de musique. Mais bon tant pis, ça sera toujours des bons moments passés avec les filles, on mangera toutes les quatre et on fera mieux connaissance avant le concert. Passer la soirée avec trois autres filles que je connais à peine, aller un concert de chanteurs que je connais à peine. Ça s'annonce bien. Heureusement que c'est un concert gratuit.

Mon service commence une heure avant le concert et dure jusqu'à la fin. Je vais servir des kebabs à des filles en chaleur qui vont à peine faire attention à moi. Et après je vais rentrer dans mon studio ridicule et j'aurais encore une tonne de vaisselle à faire.
Les gens sont particulièrement désagréables ce soir, ça m'étonne à peine. On est débordés, trop de monde. Je slalome entre les tables pour déposer des commandes, je me faufile entre des groupes de filles qui discutent en plein milieu sans se pousser. Clément va voir les clients directement dans la file pour prendre les commandes, les pauvres trois cuisiniers sont complètement dépassés.

Finalement je les trouve assez sympas ces filles. On rigole bien avec elles. On n'est pas arrivées en ville à l'heure prévue, c'est déjà bourré de monde, les terrasses des restos sont pleines, les snacks installés au bord du canal ont tous des files d'attente interminables. Et moi j'ai faim. Et ça sent bon. On sait toujours pas où on va manger. On finit par se décider pour un snack qui vend des kebabs. C'est parfait, ça faisait longtemps que j'en avais pas mangé. On se met dans la file. Enfin, je crois que c'est la file, je suis pas sûre. Ah si finalement, on est au bon endroit. Un mec vient prendre notre commande.
- Un kebab sauce blanche pour moi.
- Une galette sauce blanche.
- Pareil qu'elle.
- Et pour moi ce sera une galette sauce blanche mais sans tomates et sans oignons »
On rigole et le gars aussi.
- Que de la salade alors ?
- Ouais voilà, sourit Meggan.
- Un prénom ? »
On se regarde un instant sans comprendre et puis on percute.
- Meggan.
- C'était le prénom le plus facile de la bande ?
- Ça s'écrit avec deux G.
- Ah ben si tu veux je l'écris avec deux G, plaisante le serveur.
On paye, il arrache la feuille de son carnet et s'en va dans un dernier sourire.

Une bande de vieux est arrivée. Ils sont énervants, comme presque tous les vieux. Ce soir j'en veux au monde entier. Les vieux râlent de la lenteur du service. Coralie les prend en charge, je la vois qui fais des efforts pour ne pas enfoncer la tête de la vieille harpie dans le comptoir. Ça m'arrache un sourire intérieur. Mais un sourire amer. Décidément les serveurs ont jamais la côte, j'ai l'impression que pour les gens, les serveurs sont la source de tous les problèmes d'un restaurant.

Les serveurs, les cuisiniers, tout le monde s'agite fébrilement, mais rien n'y fait. Le service est lent. Trrrrèèès lent. Il y a vraiment trop de monde. La file d'attente se confond avec la foule qui s'est arrêtée au pied de l'écran qui va bientôt retransmettre le concert qui a lieu sur l'autre rive du canal. Parce que oui, il est 10 heures et on n'a toujours pas été servies. Mais c'est pas grave, on n'est pas pressées, ça nous dérange pas de pas voir le début du concert. On n'est pas compliquées. La blonde qui s'appelle Fanny et qui apparemment est la maman du groupe s'inquiète pour moi :
- Ma pauvre, tu auras passé la soirée à attendre debout pour pouvoir manger !
J'allais lui répondre que ça m'étais égal mais le serveur qui faisait des aller-retours dans notre dos depuis un bon bout de temps l'a entendue et a mal interprété sa remarque.
- On fait tout ce qu'on peut, lance-t-il d'une façon passive-agressive avant de filer de nouveau.
On se regarde toutes d'un air de dire « oups ! ». Je me mords la lèvre et Fanny se couvre la bouche avec sa main. Elle est morte de honte la pauvre, on sait ce qu'elle a voulu dire mais elle cherche quand même à se justifier auprès de nous, puisque le serveur est parti. C'est un grand garçon fin, il a un joli visage mais il avait l'air passablement de mauvaise humeur et je crois que Fanny a pas arrangé son état …

Et aller ! Ça a pas raté, maintenant c'est les fans des Fréro Delavega qui râlent parce qu'elles sont pas servies assez vite et que le concert de leurs chouchous va commencer dans cinq minutes. Elles ont l'air un peu vieilles quand même pour des fans des Fréro. Elles sont jolies. Surtout la petite brune qui a l'air d'être légèrement à l'écart des autres. Elle m'aurait plu mais le fait qu'elle soit là pour les Fréro gâche vraiment tout son charme. Je sais comment ça va se passer, ils vont commencer à chanter, elle va tomber en admiration devant eux, peut-être même hurler et elle et ses copines vont oublier le monde autour d'elles. J'ai une petite sœur fan de Kendji malheureusement.
Ça y est, le concert commence, ça résonne dans les hauts-parleurs et les deux têtes de hipster apparaissent à l'écran. Je jette un coup d'oeil au groupe de filles.

Le concert a commencé, j'entends Fanny qui pousse un soupir, je me tourne vers elle, elle a la tête levée vers l'écran et un sourire béat sur son visage. Mince alors, je pensais pas que c'était une fan ! Je croyais qu'on y allait parce que c'était gratuit. Mais elle a l'air d'être une fan calme, tant mieux ! Je la regarde avec un sourire amusé.

Tiens, pas de réactions hystériques chez les quatre. Il n'y en a même qu'une seule qui regarde l'écran rêveusement ; c'est la blonde désagréable, ça m'étonne pas. La petite brune regarde sa copine avec un sourire amusé. Waow, qu'est-ce qu'elle est belle comme ça. Je supporte pas les filles qui tombent en pâmoison devant les chanteurs. Et finalement ça a pas l'air d'être son genre. Pour la première fois de la soirée, je souris vraiment.

Fanny a entendu qu'on préparait notre commande, y a pas beaucoup de personnes qui commandent un kebab sans tomates et sans oignons. Ça doit faire plus d'une heure qu'on a commandé quand même. Et après on va encore devoir chercher un endroit où se poser vu qu'on a pris à emporter. Je crève de faim. Le serveur de tout à l'heure reviens vers nous.
- La commande pour Meggan c'est ça ?
- Oui.
- Si vous voulez, quand ça sera prêt, je pourrais vous trouver une place aux tables. Il y a une famille qui va pas tarder à finir.
- Oui merci, c'est sympa !
Quelques minutes plus tard, je le vois revenir avec notre sachet de kebabs et nous faire signe de le suivre. Mon sauveur. Il nous montre un coin de table. Il y a des miettes, c'est un peu sale mais tant pis, c'est mieux que rien. On s'installe en le remerciant et il repart. Mais il revient presque de suite et nettoie la table. J'en n'attendais pas tant. Son snack est bondé, ils sont deux à servir et il prend le temps de nettoyer notre table. Il a le droit à quatre sourires reconnaissants. On entame nos kebabs avec appétit. Qu'est-ce que c'est bon ! Mais ça donne soif. Et aucune de nous n'a de bouteille d'eau.
- On aurait dû commander des boissons, tant qu'à faire !
Ouais, c'est vrai. On pourrait toujours d'ailleurs mais d'un accord tacite on décide de ne rien prendre parce qu'on va pas les déranger pour quatre canettes, on n'est pas sur le point de se dessécher non plus.

Je les installées du mieux que j'ai pu, j'ai bien vu que la petite brune a eu l'air surpris que je nettoie leur bout de table. Ça m'a fait plaisir, je nettoie pas les tables pour n'importe qui ! Elle est vraiment charmante. Je dirais pas sexy, mais elle a quelque chose de particulier qui fait qu'on ne veut plus la lâcher du regard une fois qu'on a posé les yeux sur elle. Elles ont pas commandé de boissons, mauvaise idée avec un kebab. Je vais arranger ça.

Notre serveur providentiel revient encore une fois.
- Vous voulez pas des boissons ?
- Si !
Il y avait tellement de reconnaissance dans ce petit mot que c'en est presque comique. On commande, il mémorise et s'en va. Je le vois revenir avec les canettes fraîches à la main. Il est tellement gentil avec nous que j'espère presque qu'il va pas nous faire payer les boissons. Apparemment Méline pense comme moi :
- Sortez pas vos sous, peut-être qu'il va nous les offrir !
On espère toutes en fait. Il arrive, dépose les canettes, chacune devant la bonne personne, il a une bonne mémoire. Il y a un moment de flottement où je crois vraiment qu'il va nous les offrir.

Un Orangina pour la petite brune. J'aimerais bien savoir comment elle s'appelle. La pensée de leur offrir les boissons me traverse l'esprit. Je suis tenté, mais mon boss va me tuer.
- 8 euros s'il-vous plaît.

Dommage. Tu m'as un peu déçue, gentil serveur. On sort nos porte-monnaie à contrecœur. On va s'amuser là, aucune de nous n'a vraiment de monnaie. J'arrive à rassembler deux euros. Fanny sort un billet de 5 et paye pour Meggan. Méline fouille sans succès, elle tend un billet de 20. Un autre serveur aurait trouvé un arrangement plus simple, comme prendre le billet de 20 pour tout le monde. Pas mon serveur magique. Il prend tout rapidement et sans rien dire et il revient avec la monnaie qu'il rend sans se tromper. Décidément, ce mec est fabuleux. On lui rend un peu la vie dure quand même.

J'ai pas pu leur offrir les boissons mais je me suis rattrapé avec le coup de la monnaie. Je sais que tous les serveurs sont pas capables d'en faire autant, surtout un soir de rush comme celui-là. J'ai réussi à impressionner ma petite brune et ça a refait ma soirée. De loin je les vois rire entre elles, ça éclaire son visage, ça la rend encore plus belle.

On rigole toutes les quatre parce que Meggan est obligée de tenir son chapeau pour pas qu'il tombe quand elle boit. Je finis de manger la première, je ramasse les morceaux de viande tombés, je mets les déchets dans le sachet pour que ce soit plus facile à enlever pour le serveur. Je fais toujours attention aux serveurs parce que je sais que tout le monde n'en fait pas autant, et surtout que celui-là a déjà cru qu'on était ce genre de filles râleuses et pestes, je tiens à me rattraper et à faire meilleure impression. Il revient pour débarrasser, récupère le sachet que je lui tends.
- Les canettes, c'est fini ?
Meggan secoue la sienne.
- Euh … non.
Elle met une main sur sa tête et se penche soudainement pour vider sa canette d'un trait, comme si elle buvait un shot. Ça déclenche encore nos rires, et du coin de l'oeil je vois que le serveur rigole aussi.

Finalement elles sont toutes gentilles, je les aime bien, mais c'est la petite brune que je préfère. Tout à l'heure quand elle attendait debout, j'ai noté de belles fesses et j'ai presque regretté de la faire asseoir. Plus je la regarde et plus j'ai envie de la toucher, d'effleurer sa peau, de caresser ses cheveux. Mais je me reprend, j'essaie de passer à autre chose. Je viens de débarrasser leur table donc elles vont certainement s'en aller voir le concert de plus près et je ne reverrais jamais cette fille. Je vais m'occuper d'autres clients.

On rassemble nos affaires et nos esprits. Ce serveur a été merveilleux, il a pratiquement lu dans nos pensées. Je sais qu'on est dans un snack et que dans les snacks on donne pas de pourboire mais j'ai quand même envie de lui en donner un. Et puis il est mignon.
- Le pauvre serveur, on devrait lui donner un pourboire non ?
- Ouais t'as raison, il a été super gentil !
On ressort nos porte-monnaies. Je gratte mes derniers restes de monnaie, tout le monde participe un peu. Fanny récupère le tout mais hésite. Elle ose pas aller vers lui. On se lève, il est en train de s'occuper d'une famille juste en face. Fanny recule.
- Donne, j'y vais.
Fanny me donne les sous et je m'approche de lui. Il est en train de parler à cette famille et il me tourne le dos. J'ai jamais été très douée pour approcher les gens. Je le tapote timidement sur l'épaule. Il se retourne et il est visiblement surpris de me voir. Je tends ma main avec les pièces :
- Tenez, un pourboire.

Elle est venue me voir. C'est bien la dernière chose à laquelle je m'attendais ! Elle m'offre un pourboire. Personne ne m'a jamais offert de pourboire ici.

- Oh mais non, fallait pas ! C'est gentil, dit-il en m'effleurant le bras.
Il m'a touchée.

J'ai pas pu résister, je l'ai touchée. Pourtant je suis pas une personne tactile, je touche pas les gens quand je parle. Mais elle, oh elle !

Il prend le pourboire et je justifie ce geste peu commun :
- Pour nous avoir supporté toute la soirée.

Elle a dit ça avec un petit sourire, un petit sourire d'excuse tellement mignon. Je pourrais presque l'embrasser. Je vais le faire si elle continue de me regarder comme ça. Mais elle se sauve en soufflant un au revoir, elle se faufile jusqu'à ses amies et la foule se referme derrière elle. Je me demande un instant si je n'ai pas rêvé tout ça. Je souris bêtement en serrant les pièces dans ma main comme pour m'accrocher à ce qu'il me reste d'elle.

Je souris tout en essayant de ne pas perdre les filles. J'adore faire plaisir aux inconnus, je n'oublierai jamais la surprise de ce serveur et son sourire de gratitude. « Merci d'être gentille. Merci d'être différente. » Plus j'y pense, plus ça me saute aux yeux : on a été les seules qu'il a traité aussi bien ce soir et ça me fait sourire encore plus.

Merci d'avoir illuminé ma soirée. Et ma semaine.


Report this text