Dédicace

lyselotte

Samedi dernier, dédicace à l'espace culturel du magasin Auchan de Biganos. 

Une affiche qui déboîte non? 

19 de mes bébés ont pris leur envol...

J'adore ces journées pleines de rencontres et d'échanges. 


J'ai mis témoignages et culture en balises, non pas que je me prenne pour une célébrité du monde culturel mais parce-que y a que ça qui colle. 

Un p'tit bout de mes rêveries? 


"Et glissent au sol la jupe et le chemisier déjà mis à mal. Puis la petite culotte, dentelle et p'tits nœuds. Elle est nue et détache ses cheveux, les épand sur ses épaules d'un lent mouvement de tête. Assis, il la contemple. S'attarde sur les seins lourds aux aréoles presque mauves. Puis sur le ventre bombé où une cicatrice ondule sur quelques centimètres tel un fil de laine nacré. Un léger friselis de poils frisés pare le haut du pubis, un ticket de métro qu'il apprendra à poinçonner de ses lèvres, bientôt. Elle s'avance en empaumant ses lourdeurs charnues, pinçant gentiment les tétons qui virent de l'anémone à l'écarlate. Déjà noués par leurs regards, ils ne se sourient plus, conscients de l'instant crucial qu'ils sont en train de vivre. Elle est glisse entre les jambes écartées du garçon et son ventre est juste à hauteur de sa bouche. Il n'a qu'à pencher légèrement le visage pour se poser près du nombril, petit bouton joufflu dans sa fossette lové. Il respire calmement malgré son trouble et son haleine chaude hérisse la peau de Bérangère de picotis charmants. Puis ses mains, sur les fesses de la fille, puis le bout de sa langue qui goûte sa chaleur.

Elle est là, debout devant lui et son cou ploie en arrière. Il l'attire contre lui et elle pose ses genoux sur le canapé, lui offrant l'élan de  sa gorge, le poids de ses seins, la saignée de son cou. Et elle qui s'active sur la ceinture récalcitrante, les boutons qui retardent, le tissu qui embastille. Enfin, la chair tendue, parcourue de ruisselets souterrains qui pulsent, comme vivants. Enfin sa main qui emprisonne et le cri du garçon. Son sexe est dur, si dur. Et ces doigts qui l'enserrent si bienvenus."


Voila...



Report this text