Dialogue de sourds.

Hervé Lénervé

Pardon ? Comment ? Quoi ? Hein ?

-         Dis Hervé, tu te souviens  de Monique ?

-         Non !

-         Mais si ! Celle que tu trouvais mignonne au repas de fin d'année des retraités de la ville de XXXXX.

-         J'vois pas ! Y'a combien de temps ?

-         Six mois, voyons !

-         Attends six mois, j'ai fait trois AVC entre temps, comment veux-tu que je me souvienne de ta Véronique ?

-         Monique !

-         Ouais, c'est pareil ! Deux qui la tiennent, un qui la… enfin moi, c'que j'en dis.

-         Tu n'as vraiment plus aucune mémoire ! Enfin moi, je n'étais pas là, mais on m'a raconté…

-         Ok ! Alors, toi, tu n'y étais pas, mais tu te souviens et moi qui y étais, je ne me souviens pas ! D'accord ! Tu ne serais pas en train de me raconter des cracs, toi, mon gars ?

-         Bon ! Laisse tomber, j'étais venu te voir pour…

-         Quand ?

-         Ben, maintenant, quoi ?

-         Ah oui ! Je me souviens !

-         A la bonne heure. Pour t'emprunter…

-         Quand ?

-         Tu te fous de moi ou quoi?

-         Oui ou rien !

-         Tu ne veux pas savoir quoi ?

-         Non ! Car cela me gêne de te refuser et comme je suis une personne bien élevée et que mon niveau d'empathie est nettement au-dessus de la moyenne arithmétique de l'échantillon représentatif de la population francophone internationale répartie un peu partout dans la galaxie, je ne voudrais pas paraître ridicule à pleurer sur tes genoux pour t'avoir chagriné quelque peu.

-         Rien compris ! Tu me la prêtes ta tondeuse, oui ou non ?

-         Non ! Mais c'est pour ton bien, car une tondeuse est très dangereuse !

-         Po ! Po ! Po ! Une tronçonneuse est très dangereuse, une tondeuse est juste dangereuse.

-         C'est non ! Regarde une fille est inoffensive, pourtant dans tes mains, pour ne pas être vulgaire, elle devient dangereuse.

-         De quoi me parles-tu ?

-         De ta bléno. Turlututu !

-         T'es con ! Rien à voir !

-         Bien entendu ! Je sais bien que tu ne voulusses pas draguer ma tondeuse, que je voulusse seulement te faire comprendre que quand on a ta chance de non-cocusse, on prend un jardinier pour qu'il fasse… de rat.

-         Pour qu'il fasse quoi ? Pour me faire cocu ?

-         Mais non, triple buse, pour tondre sa pelouse.

-         Tu as vu le film « Gazon maudit » ?

-         Quel rapport ?

-         Ben, la pelouse, pardi !

-         D'accord, aucun rapport ! De toute façon tu vis en appartement et ton balcon n'a pas de gazon, que ferais-tu de ma tondeuse autoportée dernière génération pour très grande propriété de rich'man friqué, plein aux as ?

-         C'est pour ma moquette, elle pousse trop vite ces derniers temps.

-         Tu devrais couper ton arrosage incendie le jour.

-         Pas fou, j'n'ai pas envie de finir comme Mireille.

-         Mireille, qui ?

-         Mireille d'Arc, voyons, celle qui fut brûlée à Orléans.

-         Je ne connaissais que la d'Arc cramée à Rouen, éteinte deux heures après sa mort.

-         C'est pareil !

-         C'est c'la ouuuiiii !

C'est ça, oui… les vieux, ça parle, ça pour parler, ça parle, mais pour dire vraiment que du « grand n'importe quoi ! »

Report this text