...

Intrigante

Comme un regard inquisiteur qui me lèche toute entière et ce visage dont l'inclinaison soupçonneuse ne présage qu'un déballage charnel, presque pervers... irrésistible ce regard, voleur de sens, que je défie tout en l'adulant, ou les pourtours de mon corps se dessinent au fond de prunelles indomptées, à l'intérieur de ses pupilles fuligineuses ou luisent mes formes enfiévrées.

Quand ses mots ne sont plus cet assemblage de lettres désordonnées, ces mots qu'il préfère taire, et que ses mains deviennent la seule manière qu'il a de me signifier son désir, alors je m'écarte, pour mieux recevoir tous les maux de son corps qu'il me livre ardemment, je m'écarte encore, pour mieux accueillir son vit dissipé, vibrant d'une folie sanguine.

Je suis près de lui comme la plus belle femme de sa vie, qu'il ne garderait que pour lui seul, celle qu'il détient entre ses bras inspirés, cette heureuse captive au centre d'une prison frénétique... quand même la frontière entre sa peau et la mienne est une limite que notre amour ne peut accepter, ce temps qui perd toute notion, ces minutes qui n'existent plus, qui s'égrènent au fil du temps, inexistantes...  c'est à cet instant je sens son cœur qui me livre ses secrets les plus inavouables.

J'exploite mon corps pour apaiser ses ardeurs, j'apprivoise sa force pour me complaire à sa soif, et si le feu honore le démon et ses acolytes, cet autre feu entre deux corps alliés d'une même passion, convoite l'ange de l'amour, se passionne pour le ciel et s'embrase dans les cieux.

Bercée par ce langage qu'il n'utilise qu' entre chaque baiser qu'il m'offre intensément, je me laisse envahir à travers le prisme d'une idylle éternelle. J'expose mes charmes devant lui, jusqu'à ce que l'étincelle surgisse, qu'elle grandisse et submerge son corps qui réclamerait le mien férocement.

La jouissance n'est pas qu'un simple mot employé dans une phrase sensuelle, elle est ce qu'éprouve le corps quand celui-ci révèle toute l'euphorie qu'il ressent, sans se soucier d'une bienséance corporelle... c'est comme crier au bord d'une falaise, que l'écho nous répond à l'infini.. ce corps transi de joie attend inlassablement une réponse, que son autre jouisse sans relâche, car la vraie jouissance se mêle à l'autre, elle se vit à deux, cet éternel assouvissement de l'âme

Report this text