écrire pour exister

Hyacinthe Viroulaud

Je ne sais même pas quoi écrire, mystifié je suis comme figé

 J'aime me l'infliger, auto intrusif, cela me fait du bien

Fixé sur l'écran comme compulsif, crispé je plonge dans un monde, le mien

Je regarde autour de moi, l'évasion semble enfin se finaliser

Libérer mon esprit, et pris par la vie, rêver d'une nouvelle vision pour demain

Se poser, faire le vide, sentir venir ce moment, mes idées sont désormais rassemblées

  Mon corps, mon âme  ne font qu'un

 Ma main s'envole d'emblée, aussi tot, impulsive, elle parcoure seule mes pensées

Elle ne se retourne plus, convaincu, elle est en chemin

Vers les blessures rencontrées au fil des années,  elle coure, main mise maintenant sur mes secrets

 

Comme camé, calmé par mes écrits, je laisse sans cris, trépasser le temps qui passe

Comme embarqué par la mélodie, de mes doigts sur le clavier, je sens l'ambiance s'installé

Comme une victoire, chanté, sur une avenue bondée, de gens qui passent et repassent

Comme un pardon venu du ciel, mes péchés se tassent, le temps d'être oublié

Comme évaporé, je n'ai plus peur, je me laisse aller sans angoisses

Les lignes apparaissent, comme disparaissent celle des accros cocaïnés

 

Ligné de parents lecteur, je pose sur papier, des mots qu'un jour ils pourront lire

 J'aimerais que ma mère me dise, fier

Mon fils, Papa a sur son étagère, le fruit des tes dires

Que la maman compte à nos enfants ce qu'a écrit leur père

 

On pourrait alors s'écouter et rire ….. Ensemble

 

Comme une famille, qui partagerais le plaisir de lire et aussi d'écrire 

 

Hyass

Report this text