Elle rêve, Marie, elle rêve

sophie-l

Marie est une jeune fille - pas tout à fait une femme - de 20 ans. Elle les a fêtés la veille en compagnie de ses parents et de ses deux sœurs. Son père a longuement regardé son aînée souffler les bougies dont la cire dégoulinait sur le gâteau marbré. Leurs regards se sont croisés, il lui a souri franchement avec, dans les yeux, cette fierté propre aux pères. Elle  a baissé les siens, intimidée par cette déclaration, submergée par l’émotion. Elle aurait voulu se serrer dans ses bras, lui murmurer qu’elle aussi l’aimait.

Seulement, dans la famille de Marie, la bienséance l’emporte sur les débordements, quels qu’ils soient. Lorsqu’on pénètre chez eux, l’atmosphère lisse et feutrée de l’appartement produit un effet apaisant immédiat sur l’étranger en visite. Tout y est parfaitement à sa place, tant les objets que les occupants de ce six pièces citadin. Sa mère, accueillante, d’une sobre élégance, veille à ce que chacun ne manque de rien, tout en contrôlant, d’un froncement de sourcil, le moindre excès inopportun.

Les camarades de Marie ont toujours aimé se réfugier dans cette ambiance réconfortante, fuyant un foyer électrique pour l’une, un vide trop encombrant pour l’autre. Longtemps elle en a retiré un certain orgueil, heureuse que l’harmonie familiale puisse susciter admiration et envie.

Et puis, en grandissant, elle fut autorisée à passer quelques soirées chez ses amies, découvrant alors un univers où les portes claquent, où les paroles volent haut, et où les embrassades succèdent aux gifles. Décontenancée au début par cette avalanche d’énergie, c’est avec soulagement qu’elle regagnait la tranquillité rassurante du domicile familial. Saoule de tant de démesure, elle se réfugiait dans sa chambre, ouvrait sa fenêtre et se perdait dans la contemplation des toits de la capitale.

Aujourd’hui, au lendemain de ses 20 ans, Marie est devant sa fenêtre ouverte.

Le froid a envahi la pièce et pourtant, elle étouffe. Dehors, elle sent l’agitation qui s’est emparée de la ville à l’approche des fêtes de Noël : les lumières clignotent d’impatience, les flocons dansent une valse désarticulée et elle s’attend presque à voir surgir de derrière l’étoile du berger le Père Noël venu lui apporter son cadeau.

Marie rêve d’un cadeau qu’elle ne peut commander, qui ne peut s’acheter, qu’elle n’oserait demander à ses parents tant elle craint de les peiner.

Marie n’en peut plus de se contenter de contempler les toits de Paris.

Marie veut s’envoler et découvrir d’autres toits.

Marie veut crier, rire à gorge déployée, sortir dans la rue habillée comme l’as de trèfle, ou même de pique.

Marie veut être aimée fougueusement et prendre le monde entier pour témoin.

Marie veut, rêve, imagine, souhaite, idéalise, désire, soupire…

Et pourtant, Marie, vingt ans à peine passés, referme tout doucement la fenêtre…

Texte inspiré d'une photo d'une jeune fille, de dos, devant une fenêtre ouverte.

  • c'est un beau texte, qui reflète bien l'émotion ressentie. Bravo

    · Ago over 6 years ·
    Img 3671 465

    Nestor Barth

  • Mais un jour Marie aura 21 ans, une sorte d'indépendance flatteuse qui l'attend au tournant de la vie. Beau texte

    · Ago over 6 years ·
    La main et la chaussure

    Stéphan Mary

  • Elle a rêvé, Sophie, qu'elle était Marie, le temps d'une accalmie. Et de ce rêve fugace elle a laissé trace dans un bel écrit.

    · Ago over 6 years ·
    Image

    Archange Flippé

  • L'oiseau , qui regarde le ciel et reste dans sa cage la porte ouverte ! Le confort ronronnant et la griserie de l'inconnu si vivant ! Un choix à faire !Bien traduit cette montée d'envie (s) !

    · Ago over 6 years ·
    Ma photo

    theoreme

  • C'est un récit plein d'espoir.

    · Ago over 6 years ·
    Avatar

    Helene Bartholin

  • le souffle est en elle ... je ne me fais pas de souci ... elle va y aller dans ce monde qui bouge ... ou bien pas !

    · Ago over 6 years ·
    Img 5684

    woody

Report this text