Emperor of United States of América

David Lorea

Mon  rêve  américain  où  pour  être  plus  exact  mes  rêves  eurent  pour  cadre, San-Francisco...j'ai  aimé  cette  ville  à  tel  point  que  j'en  fis  la  capitale  de  mon  empire. On  écrivant  ces  lignes, mon  esprit  vagabonde  jusqu'à  la  source  première  de  mon  existence...existence  faîte  de  haut  et  de  bas  avec  plus  de  bas  que  de  haut  d'ailleurs.

Je  me  souviens...je  me  souviens  d'avoir  vue  le  jour  au-delà  de  l'océan  sur  une  orgueilleuse  île...l'Angleterre  à  Priors-Lee, le 17 janvier 1811...enfin, je  crois  pour  mon  malheur, je  ne  me  souviens  plus  très  bien  de  ma  date  de  naissance.

Que  voulez-vous, mon  esprit  à  prix  trop  souvent  l'habitude  de  vagabonder  vers  de  profondes  abisses  d'où  il  sort  rarement, alors  lorsque  j'évoque  ma  jeunesse  et  mes  premiers  pas  d'homme  adulte, cela  se  mélange  un  peu  entre  rêves  et  réalité.

Je  me  souviens, premier  souvenir  encore  vivace  dans  ma  mémoire, du  voyage  que  firent  mes  parents, John et Sarah Norton  pour  fuir  la  misère, espèrant  trouvé  ailleurs la  prospérité  qui  leur  était  refusé  au  royaume  du  roi Georges IV.

Cette  terre  miraculeuse, fut  la  baie  d'Algoa  cap  de  Bonne  Espèrance...de  ce  voyage, il  me  reste  encore  des  odeurs  d'écumes  marines  enfantines, à  peine  arriver, ils  se  mirent  au  travail.

1849, mon  père, me  fit  don  d'une  somme  assez  rondelette  quarante  mille  dollars, pour  que  je  puisse  réalisé  mon  rêve  conquérir  l'Amérique.

Amérique...Amérique, terre  de  contraste, continent  de  tous  les  rêves  me  voilà ! je  me  souviens, de  mon  arrivé  à  San-Francisco...Ah ! San-Francisco, elle  fut  pour  moi  une  maîtresse, je  l'ai  aimé  comme  un  amant  jaloux, les  premiers  temps, je  les  ai  passé  à  l'arpenter   de  tous  côté.

Vint  le  moment  de  choisir  enfin  un  local  siège  futur  de  mon  empire  comercial, lancer  dans  le  commerce  du  riz,  au  bout  de  cinq  ans,  après  un  long  négoce, je  pesais un  quart  de  millions  de  dollars...mais, toute  cette  fortune  partie  en  fumé  sur  un  mauvais  coup  de  dès  avec  le  destin...fin  1858, j'étais  à  la  rue.

Au  seul  mot, de  faillite, "mes  bons  amis"  de  la  bonne  société  de  San-Francisco  ne  voulaient  plus  entendre  parler  de  moi...les  cons, ils  me  fuyaient  comme  la  lèpre,  à  croire  que  la  faillite  qui  me  toucher  était de  nature  contagieuse.

Seul ! Chez  moi, enfin  pas  tout  seul  puisqu'il  me  reste  une  chaisse...tel  de  nouveaux  Attila, les  huissiers  sont  venuent  et  après  leurs  passage, même  la  poussière ne  veux  plus  revenir.

 Donc, seul  chez  moi, une  idée  germa  dans  ma  tête, j'allais  me  proclamé  empereur  des  Etats-Unis, depuis  quelques  mois, je  cherchais  un  moyen  de  faire  encore  parler  de  moi  et  aussi  pour  scandaliser  cette  bande  de  cloportes  fortunés.

Mon  élévation  à  la  dignitée  Impériale  se  fit  par  une  proclamation  en  dâte  du  17 septembre 1859, que  je  déclamais  sur  le  balcon  de  ma  chambre, cela  faisait  à  peu  près  cela: " A  la  demande  d'une  large  majorité  de  la  population  de  ces  Etats-Unis, moi, Joshua  Norton  originaire  de  la  baie  d'Alga  Cap  de  Bonne Espérance  et  depuis  neuf  ans  et  dix  mois  à  San-Francisco, je  me  déclare  et  m'auto-proclame  l'empereur  de  ces  Etats-Unis".

Je  puis  vous  croire  que  cette  proclamation  fit  de  l'effet...enfin  surtout  aux  deux  personnes  qui  passer  sous  mes  fenêtres, c'est  de  cette  manière  que  je  commençais  mon  règne.

Quelques  semaines  après  mon  avénement, je  décidais  par  un  souci  humanitaire   de  devenir, le  Protecteur  du  Mexique, pour  apporter  un  peu  de  paix  et  de  bonheur  à  ce  pauvre  peuple.

On  effet, depuis  leur  indépendance, ils  avaient  subi, une  longue  suite  sans  fin  de  prononciamento  qui  voyer  des  caporaux  de  hasard  renverser  des  maréchaux  d'occasion  eux-même  renversé  par  des  peignes-culs  sans  culture, cette  situation  grotesque  risquait   de  porter  atteinte  à  l'intégrité  des  Mexicains.

Les  premières  années  de  mon  règne  furent  des  plus  troublées, la  guerre  civile  déchirée  mon  pauvre  empire, pour  y  remedier, je  décidais  de  dissoudre  les  soi-disants  congrès  et  leurs  faux  présidents.

Hélas ! N'ayant  aucune  armée  sous  mon  commandement, mon  appel  fit  pshiitt.

Déçu, je  décidais  de  m'occupé  de  ma  chère  ville, il  faut  dire  qu'elle  était  devenue  la  reine  du  monde  de  la  pourriture...pourriture  à  tous  les  étages, des  canivaux  aux  couloirs  du  pouvoir  municipal.

Les  rues  étaient  des  plus  malodorantes  et   ne  parlant  pas  de  l'éclairage, il  était  pour  ainsi  dire  inexistant, San-Francisco  était  aux  mains   de  politiciens  peux  scrupuleux, qui  n'avait  qu'une  idée   en  tête, s'enrichir.

Pour, le  10ème  anniversaire  de  mon  règne,  des  travaux  furent  enfin  décidé, à  la  même  époque, je  fus  incarcéré  par  un  jeune  officier  de  police  qui  avait  pour  nom  Armand  Barbier, il  voulait  par  ce  geste  me  "soigner"  de  ma  soi-disante  folie...je  fut  libéré  le  lendemain  après  une  manifestation  populaire  en  ma  faveur.

Je  me  souviens  aussi  de  cette  vision  que  j'eu  un  jour  de  l'année  1872, construire  un  pont  suspendu, je  fit  afficher  un  décret  qui  disait  à  peu  près  ceci: "Nous  ordonnons  par  décret  aux  citoyens  de  San-Francisco  et  Oakland  d'apporter  des  fonds  pour  l'érection  d'un  pont  suspendu  de  Oakland  Point  via  Goat Island  où  alors  pour  la  construction  d'un   tunnel."

Durant  mon  règne, je  devins  ami  avec  le  grand  écrivain  Mark  Twain, qui  m'offrit  une  superbe  épitaphe  en  l'honneur  des  funérailles  de  mon  pauvre  chien  Bummer, je  la  retranscrie : " Bummer  est  mort, de  ces  nombreuses  années  d'honneur , de  maladie  et  de  puces."  sublime...hein.

Je  ne  comprends  pas, je  suis  nu  allongé  sur  cette  table, mon  célèbre  chapeau  posé  à  côté  de  ma  tête, j'ai  l'impression  de  volé  dans  les  airs, je  ne  comprends  plus  rien.

Je  me  souviens, je  me  souviens, d'avoir   reçu  un  uniforme  tout  neuf, j'ai  voulu  l'essayé  et  puis, ma  tête  à  heurté  le  trottoir...on  ne  peur  pas  d'une  chute, je  me  sent  happé  par  une  lumière  grise  où   vais-je ?

San-Francisco  Chronicle:

Le  roi  est  mort

Norton Ier  par  la  grâce  de  Dieu, empereur  des  Etats-Unis et Protecteur  du  Mexique  a  quitté  la  vie, le 08.01.1880.

Les  funérailles  ont-eu  lieu  au  Masonic  cemetery, elles  furent  payer  par  l'association  des  hommes  d'affaires  de  San-Francisco " Le  pacific  club."

Quelques  trente  mille  concitoyens, ont  accompagné  la  dépouille  du  défunt  empereur, la  foule  réunissant  tous  les  peuples  de  sa  majesté, du plus  pauvre  aux  plus  riche des  citoyens  des  états-unis  d'Amérique.

 

Ecrit  le 14.03.2006. à Bordeaux

  • quelqu'un a dit que la "gauche" des USA ne peut qu'être la plus désespérée du monde puisque la majorité des Terriens ne voudra pas croire les vérités qu'ils décrivent...vous y parvenez à décrypter le soi- disant rêve mais the Emperor of USA n'est- ce pas chacun de ses habitants plutôt arrogants ?

    · Ago almost 9 years ·
    Crater orig

    gun-giant

Report this text