Errances

Susanne Dereve

Flammèches sèches
De nuages filés au pinceau
Ciel de traîne
 
Vols d'oiseaux
Transhumances
 
Aller
 
Au pas lent des troupeaux
Pour  rejoindre l'errance
 
Des premiers matins
Des aubes bruissantes
 
De l'herbe blonde des prairies d'été
Offrant leurs chevelures déliées
Au vent solaire
 
De ces eaux solitaires
Des grands lacs d'altitude
Où se noie le lavis des forêts centenaires
 
Eaux de lapis lazuli et de cendre
Saturées de la réverbération du ciel
 
Aller
 
Au hasard des chemins
Au détour des sentiers
 
Heaumes de verdure
Où nichent les rivières
 
Où la lumière égaie des palets d'or
Au long des berges nues
De ruisseaux éphémères
 
Effleure le sommet
Des dômes embrumés
Avant d'aller se perdre au loin
 
Dans les vallées
 
Aubes adolescentes
 
Levers de soleil
Sur le toit du monde
Tendre Ophélie céleste
 
Etrange mappemonde
De nuages épars
Emergeant de la nuit
 
Vertige
 Solitude
 
N'être
Qu'un grain de cette matière vivante
Que caresse le jour
 
Se dissoudre et se fondre
Pour renaître à son tour
 
Et rejoindre l'errance
 

 
 
 
Report this text